mai 25, 2022

La Bulle – Judd lePataud

Titre Original : The Bubble

De : Judd Apatow

Avec Karen Gillan, Pedro Pascal, Leslie Mann, David Duchovny

Année : 2022

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie

Résumé :

Dans cette comédie, un groupe d’actrices et d’acteurs confinés en pleine pandémie dans un hôtel s’efforcent, tant bien que mal, de boucler le tournage de la suite d’un film d’action sur des dinosaures volants.

Avis :

Dans le paysage de la comédie américaine, Judd Apatow fait office de pape, tant depuis une vingtaine d’années le réalisateur a su injecter un peu de rire neuf. Débutant comme scénariste et comédien dans les années 90, c’est surtout à partir des années 2000 et son premier film, « 40 ans et toujours puceau« , que Judd Apatow va se fait remarquer. Depuis, Apatow offre régulièrement des comédies dont lui seul a le secret. Son dernier film en date, destiné aux salles de cinéma, c’est « The King Of Staten Island » sorti en 2020.

Après deux ans d’absence, voici que le réalisateur de « Funny People » est de retour, mais cette fois-ci, c’est Netflix qu’il a choisi, pour un film post Covid. Avec « La bulle« , Judd Apatow a décidé de rire du Covid et des mesures sanitaires, en racontant les péripéties d’une superproduction hollywoodienne qui, pour tourner le nouveau film d’une franchise, doit se créer une bulle sanitaire. Avec l’humour grinçant et potache de Judd Apatow, « La bulle » avait bien des ingrédients pour nous amuser, et si le film le fait très bien, ça ne durera qu’une vingtaine de minutes, car après son ouverture, très vite, le scénario fout le camp et l’humour devient tellement absurde, qu’il est vite lourd, très, très lourd.

Carol Cobb est une actrice en perte de vitesse, qui a trahi sa famille de cinéma en ne jouant pas dans la suite d’une franchise, « Bêtes des montagnes », qui l’avait révélée comme une star. Aujourd’hui, elle a signé pour jouer à nouveau dans cette franchise, or les tournages sympathiques qu’elle a connu son loin derrière, car le Covid et la pandémie se sont invités à la fête. Pour tourner ce sixième film, les mesures sanitaires sont drastiques, et pour assurer la sécurité de tout le monde, une bulle sanitaire est créée. Ce tournage, qui est déjà sous tension, va le devenir encore plus lorsque tous les egos des acteurs, réalisateur, et autres producteurs se confrontent…

Quelle déception que cette « … bulle« . Judd Apatow qui se lance dans l’idée de raconter le chaos d’un tournage en pleine pandémie, avec un parterre de stars, franchement, on se voyait déjà rigoler de la première à la dernière minute. Et il y a de quoi être véritablement frustré en voyant le résultat, car l’espace d’une vingtaine de minutes, le temps d’une ouverture, et d’une arrivée sur le tournage, « La Bulle » nous offre ce que l’on est venu chercher. Judd Apatow mixe à merveille les mesures sanitaires, la parano qui fait inventer des mesures toujours plus contraignantes. On sourit volontiers devant les confinements, les PCR, les quarantaines en chambres d’hôtel, ou encore les distances sociales, ce qui est compliqué pour un tournage. Tournage qui en plus de ça, se moque des franchises hollywoodiennes, Judd Apatow nous faisant entrer sur le tournage d’un sacré nanar qui nous réservera son lot de surprises.

Cette ambiance bon enfant, et surtout l’humour autour de la pandémie est vrai bien vu et bien trouvé, mais malheureusement, ça ne va pas durer, car finalement, cette « … bulle » se révèle être une fausse bonne idée et très vite Judd Apatow épuise ce qu’il avait à dire sur le sujet. Par la suite, si le film offre de quoi sourire avec de bons gags, toujours en rapport avec la pandémie, ces derniers vont être bien trop dispersés et il ne reste pas plus qu’à se mettre sous la dent une suite de gags autour d’un tournage qui se barre en vrille, allant de pétage de câbles en pétage de plomb. Très vite, le scénario ne suit pas, parce que cette « … bulle » n’en a aucun.

Judd Apatow arrivera bien à nous intéresser avec les backstages de certaines scènes de son faux tournage, mais là encore, ce n’est pas suffisant, face au vide et à la lourdeur de l’humour qui se veut, se croit, et même se sait drôle, alors que pas vraiment, ou trop rarement. Du coup, on se retrouve comme piégé devant un parterre hystérique, en roue libre totale. Ça hurle, ça gesticule dans tous les sens, ça fait n’importe quoi pour se faire remarquer et plus cette non-intrigue avance et plus l’on s’ennuie et surtout l’on se fiche bien de ce qui peut arriver à cette bande d’acteurs coincés dans cet hôtel.

On ajoutera à cela la réalisation assez chaotique de Judd Apatow, qui clairement se prend les pieds dans ses pieds de caméra. « La bulle » est foutraque, et si on relèvera bien quelques trouvailles amusantes entre les fonds verts et le rendu en images, ça ne suffira pas à nous amuser et nous divertir sur les deux heures que dure ce film. Deux heures qui paraissent très longues. Une sensation qui est d’autant plus dommage, car en termes de réalisation, « La bulle » est pleine d’idées, Judd Apatow s’essayant à tout un tas de formats, s’amusant avec sa caméra. Ainsi, il s’amuse entre le numérique et le fond vert, il s’amuse avec le format TikTok, il s’amuse avec un faux making of, il pousse sans cesse son curseur, mais finalement, ça ne raconte rien, et ça devient vite épuisant.

Enfin, comme toujours, le réalisateur a réuni un joli casting, avec des habitués de son cinéma et de petits nouveaux, mais s’il est plaisant de voir tous ces acteurs qu’on apprécie face aux mesures sanitaires, très vite, tout ce petit monde est lâché dans la nature, sans aucune direction, si ce n’est d’en faire beaucoup trop et de sombrer dans l’hystérie collective.

Bref, « La bulle » avait bien des ingrédients pour nous amuser, voire même plus. L’idée de prendre la pandémie pour en faire une comédie absurde était alléchante, d’autant plus avec Judd Apatow à l’écriture et la réalisation. Puis il y a ce cast terrible composé çà et là de Karen Gillan, Pedro Pascal, Leslie Mann, David Duchovny, Keegan-Michael Key et quelques guests assez surprenantes, mais rien n’y aura fait, car une fois passé le sacrément amusant début, « La bulle » ne va faire que s’enfoncer, pour finalement ne plus rien raconter et devenir inintéressante. Dommage, vraiment dommage.

Note : 07/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.