octobre 6, 2022

The Batman – The Very Dark Knight

De : Matt Reeves

Avec Robert Pattinson, Zoë Kravitz, Paul Dano, Colin Farrell

Année : 2022

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller

Résumé :

Deux années à arpenter les rues en tant que Batman et à insuffler la peur chez les criminels ont mené Bruce Wayne au cœur des ténèbres de Gotham City. Avec seulement quelques alliés de confiance – Alfred Pennyworth, le lieutenant James Gordon – parmi le réseau corrompu de fonctionnaires et de personnalités de la ville, le justicier solitaire s’est imposé comme la seule incarnation de la vengeance parmi ses concitoyens. Lorsqu’un tueur s’en prend à l’élite de Gotham par une série de machinations sadiques, une piste d’indices cryptiques envoie le plus grand détective du monde sur une enquête dans la pègre, où il rencontre des personnages tels que Selina Kyle, alias Catwoman, Oswald Cobblepot, alias le Pingouin, Carmine Falcone et Edward Nashton, alias l’Homme-Mystère. Alors que les preuves s’accumulent et que l’ampleur des plans du coupable devient claire, Batman doit forger de nouvelles relations, démasquer le coupable et rétablir un semblant de justice au milieu de l’abus de pouvoir et de corruption sévissant à Gotham City depuis longtemps.

Avis :

Après avoir interprété l’homme chauve-souris dans « Batman V Superman« , il était dit, et même signé, que Ben Affleck devait alors interpréter et réaliser un film solo sur Batman. Ben Affleck se consacre donc à l’écriture du scénario, et le projet avance plutôt bien. Mais au final, plus d’un an après, Affleck abandonne la réalisation du projet, tout en restant l’acteur principal, enfin du moins pour un temps, car peu après l’arrivée de Matt Reeves sur le film, Ben Affleck n’apparaît plus sur le projet et Matt Reeves décide de reprendre l’écriture du scénario à zéro. S’ensuit alors la recherche d’un nouveau Batman, et si les noms de Nicholas Hoult, Jack O’Connell, Armie Hammer, Jake Gyllenhaal sont évoqués, le grand favori sera Robert Pattinson. L’arrivée de Robert Pattinson dans la peau de Bruce Wayne, ne se fera évidemment pas sans polémique, l’acteur étant encore rattaché à « Twilight« .

Réalisateur des deux derniers « La planète des singes« , Matt Reeves s’est fait une très jolie place dans le paysage d’Hollywood, en arrivant à conjuguer le blockbuster avec une certaine patte qu’on pourrait aisément placer dans un cinéma d’auteur.

Ayant une vision s’aventurant ailleurs, loin de ce que les blockbusters de notre époque ont l’habitude de nous offrir, « The Batman » est un film surprenant, très surprenant. Surprenant de par sa noirceur, surprenant de par son intrigue qui lorgne bien plus vers le film d’enquête que le véritable film de super-héros, surprenant de par son image… Bref, ce « The Batman » est un thriller dingue qui offre une enquête passionnante dans les tréfonds de la ville et alors même qu’il fait trois heures, Matt Reeves arrive à nous faire dire que son film en serait presque trop court !

Gotham City, par une nuit pluvieuse, alors que les criminels de la ville vaquent à leurs occupations, une menace plane au-dessus d’eux. Une menace ailée, en forme de chauve-souris qui illumine le ciel. Depuis plusieurs années, Bruce Wayne, dans le costume de Batman, a instauré la peur. Cette nuit-là, le corps sans vie et mutilé du Maire de la ville est découvert. À ses côtés, une lettre pour le chevalier noir. Une lettre ponctuée d’un point d’interrogation.

Sombre, ténébreux, ravagé, sauvage, gothique, la vision de « … Batman » que nous offre Matt Reeves est à l’opposé des blockbusters actuels et ça fait énormément de bien.

Ce nouveau  » … Batman » est un film sombre et ça, on le voit dès son incroyable scène d’ouverture. D’emblée, Matt Reeves pose le ton et l’ambiance et jamais il ne va quitter cette noirceur. Il faut dire que le réalisateur envoie sacrément du lourd dès le départ. En quelques scènes, avec une voix off et le score affolant de Michael Giacchino, Matt Reeves place ses pions, pose sa ville, ses « méchants », et son personnage abîmé.

Puis après son ouverture, Matt Reeves va surprendre encore (le mec ne va faire que ça pendant trois heures), en faisant donc basculer son film dans un film d’enquête qui lorgne avec le thriller. Oubliez les films de super-héros lambdas, « The Batman » est loin de ça. « The Batman » est un film qui prend son temps. C’est un film qui mène une enquête et dont le scénario vole d’indice en indice. Au programme de cette investigation, meurtres, corruption, justice, infiltration et manipulations. Matt Reeves, qui co-écrit le scénario, nous entraîne dans un film passionnant qui descend de plus en plus profondément dans la noirceur et la corruption de Gotham City. Très bien mené, le scénario nous réserve aussi quelques surprises avec des sous-intrigues qui reviendront sur le passé de son justicier, ce qui lui donnera du fond, et expliquera beaucoup de l’état dans lequel il se trouve.

Allié de ce scénario, la mise en scène de Matt Reeves est incroyable. « The Batman » est un film étouffant, presque sans vie, tant il est gangréné de partout. Matt Reeves, qui a bien l’air d’avoir une liberté totale, nous entraîne au cœur des ténèbres, avec une photographie frôlant le noir et blanc, ce qui accentue encore un peu plus le sentiment d’effroi et de malaise. Ayant une vision de Gotham et largement de « Batman », Matt Reeves nous offre des scènes millimétrées, des décors, des cadres, des mouvements de caméra qui renforcent le côté obscur de son film. De plus, le réalisateur gère aussi bien l’iconisation de son personnage, que le côté enquête torturée de son film, ou encore les scènes d’action qui vont être diablement efficaces et percutantes, on aura même droit à une course-poursuite hallucinante qui se pose d’ores et déjà comme la meilleure de l’année. Le tout est accompagné, comme je le disais déjà plus haut, pour une BO incroyable de Michael Giacchino. Assurément, le compositeur livre là l’un de ses meilleurs travaux.

Enfin, que dire de ce casting, là aussi démentiel ! Robert Pattinson dans la peau de Batman est excellentissime. Le teint blanc vampirique, l’âme torturée, l’esprit rageur, le corps mutilé, et l’envie de justice qui l’habitent font de lui un Batman et un Bruce Wayne des plus surprenants. À ses côtés, ou face à lui, le film nous offre un Jeffrey Wright excellent en inspecteur Gordon, une Zoë Kravitz qui s’en tire très bien dans la peau de Selina Kyle, un Colin Farrell méconnaissable et terrifiant de la peau du Pingouin, un John Turturro qui en impose en Carmine Falcone, un Andy Serkis un peu effacé, mais qui fait le taf et enfin un Paul Dano halluciné et hallucinant.

Plus qu’un film de super-héros, « The Batman » par Matt Reeves est un thriller ténébreux qui mène une enquête au cœur de la noirceur d’une ville pourrie par la corruption et les crimes. Passionnant de bout en bout, fou et sauvage, malsain, et même malaisant, Matt Reeves nous offre un grand « Batman » et le meilleur film sur le chevalier noir depuis « The Dark Knight« . Puis accessoirement, Matt Reeves se pose décidément comme l’un des metteurs en scène les plus passionnants de son époque.

Note : 18,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.