août 10, 2022

Les Liens du Sang T.02 – Il y a de la Magie dans l’Air – Helen Harper

Auteure : Helen Harper

Editeur : Collection Infinity

Genre : Fantastique

Résumé :

Après avoir échappé aux griffes de Corrigan, le Seigneur Alpha de la Fraternité, Mack essaye de mener une vie tranquille dans la campagne écossaise, le plus loin possible des métamorphes. Mais lorsqu’elle trouve un travail dans une vieille librairie, tenue par une mystérieuse dame âgée qui semble non seulement passionnée par les bienfaits des herbes mais aussi connaître plus de choses qu’elle ne le devrait, Mack se retrouve prise dans un maelström impliquant le ministère des Mages, le peuple des Faes et la Fraternité. À présent, Mack doit faire un choix entre rester cachée ou affronter le danger. Et dans ce cas, assumer aussi ses véritables sentiments pour Corrigan, le puissant alpha aux yeux verts.

Avis :

Dans le second tome de Les liens du sang, nous retrouvons une héroïne tout feu tout flamme, qui a du caractère et qui s’active telle une pile électrique. On aime irrémédiablement sa fougue, son langage politiquement incorrect, ses sautes d’humeur et ses colères parfois brûlantes. On ne s’ennuie presque pas grâce à ses réflexions et idées dingues, qui nous amènent à sourire et à nous amuser. Mieux que dans le tome 1, l’intrigue se construit sans incohérence et avec intelligence. Ouf ! Malgré cela, le rythme décousu et la lecture rapide génèrent des sensations qui frustrent tant l’œuvre donne envie de se plonger dans sa suite !

Une évolution des personnages

Le personnage de Mack évolue énormément dans ce volume et c’est ce que l’on attendait. Sa condition de draco wyr commence à prendre de l’ampleur : d’étranges pouvoirs se développent en elle. Personne n’en comprend la signification, et surtout pas l’intéressée. Entre panique et questionnement, une quête initiatique pour se retrouver va l’emmener à la rencontre de nouveaux êtres, tout droit sortis de l’univers d’urban fantasy d’Helen Harper, que nous n’avions jamais croisés jusqu’alors.

En parallèle, la meute du tome un reste vivace, et la relation avec l’alpha continue de battre son plein, bien qu’elle n’avance guère. A l’image des clichés du genre, le loup et guerrier Corrigan reste mystérieux et joue les mauvais garçons, mais le lecteur sent qu’il cache nombre de qualités autres, des traits bienvenus pour complexifier le personnage et mieux s’y attacher.

Les mages

Dans ce tome deux, nous faisons la rencontre des mages. L’auteure les réinvente quelque peu pour mieux se les approprier. Leurs capacités, fonctions, traditions se trouvent à peine développées : une technique bien trouvée pour nous happer et nous donner envie de poursuivre sur le tome trois qui se concentrera sur eux.

Pourtant, le peu qui se dévoile nous accroche. Leurs caractères hautains, impétueux et ô combien proches des nôtres, nous amusent et nous intriguent à la fois. Les nouveaux personnages qui s’installent prennent de la place et se rapprochent de notre héroïne.

Les scènes d’action s’enchaînent quand Mack pénètre dans leur quartier général. Les descriptions détaillées des systèmes de sécurité désuets, des bâtiments modernes et d’une technologie sans élément féerique ne nous embarquent pas dans une aventure hors du temps, mais plaisent tout de même par leur souffle davantage porté sur l’espionnage, la filature et l’adrénaline. L’autrice choisit le parti pris d’une ambiance plutôt terre à terre, agrémentée d’humour, de sarcasme et de répliques cinglantes, un tout qui enveloppe parfaitement le caractère déjà tempétueux de Mack.

Les faes des cours

La faction des faes amène avec elle une touche plus légère, même si elle s’accroche elle aussi aux caractéristiques qui semblent définir tous les personnages de Helen Harper : du caractère ! On se balade en terres légendaires à leurs côtés, auprès d’êtres plus ésotériques, difficiles à cerner. Farceurs, joueurs et impertinents, ils s’avèrent finalement essentiels à la quête de notre héroïne.

D’un côté, la cour d’été, de l’autre, la cour d’hiver. Les seelies et unseelies s’ancrent dans les anciennes traditions écossaises et nous enchantent de leur folklore multiple, approprié par nombre de cultures celtes. Une belle découverte pour les amoureux des contes et légendes, bien que leur représentation manque de féerie.

Le rythme et la teneur

L’intrigue principale se déroule sur à peine quelques heures. Cela n’aurait pas été gênant sans les longueurs sur la fin et un début qui peine à prendre. Une fois lancé, le lecteur ne voit heureusement plus le temps passer. Cependant, le roman manque de messages forts et d’instants inoubliables. Tout ce qui défile sous nos yeux manque cruellement d’impact et de tensions. La fougue de Mack et son empressement à sauver sa nouvelle amie portent l’histoire.

En bref

  • Un second tome qui nous fait découvrir deux peuples particuliers : les mages et les faes.
  • Une ambiance agréable mais qui manque de féerie : les plus sombres côtés de l’humanité se voient mis au premier plan.
  • Une héroïne toujours aussi prenante : son caractère constitue la force du roman.
  • Une relation avec l’alpha loup qui traîne en longueur : Corrigan reste le cliché du bad boy mais cache une personnalité plus intéressante.
  • Une intrigue qui court : pas de passages marquants.

Note : 16/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.