janvier 28, 2022

The French Dispatch – Wes Anderson se Copie/Colle

De : Wes Anderson

Avec Timothée Chalamet, Léa Seydoux, Bill Murray, Saoirse Ronan

Année : 2021

Pays : Etats-Unis, Allemagne

Genre : Comédie

Résumé :

The French Dispatch met en scène un recueil d’histoires tirées du dernier numéro d’un magazine américain publié dans une ville française fictive du 20e siècle.

Avis :

Cela fait maintenant plus d’une vingtaine d’années que Wes Anderson nous offre des moments de cinéma tout à fait particuliers. Auteur à l’univers reconnaissable entre tous, Wes Anderson a su s’imposer, et même se faire désirer. Il faut dire qu’au cours des années 2000 et 2010, le cinéaste nous a offert de sacrés bons moments de cinéma entre « Moonrise Kingdom« , « La vie aquatique« , « The Grand Budapest Hotel » ou encore son « … île aux chiens« . Pour son nouveau film, Wes Anderson a choisi Angoulême comme lieu de décors, pour ce qui est désormais son dixième long-métrage.

« The French Dispatch » est un film qui m’intriguait. Il se pose comme un Wes Anderson tourné chez nous et rien que pour cela, j’avais très envie de m’y arrêter. Pour l’occasion, le metteur en scène américain a réuni un casting en or massif, pour un film qui s’annonçait comme toujours atypique, et c’est donc quelque part entre plaisir et petite déception que ce « … French Dispatch » agît. Sympathique au demeurant, typiquement Andersonien, on ne peut pas s’y tromper, original, sublime dans sa composition, il n’empêche que sur l’ensemble, « The French Dispatch » est bordélique, et selon ce qu’il raconte, il n’arrive pas toujours à être aussi intéressant qu’on l’espérait.

Arthur Howtitzer Jr., un américain expatrié, s’est installé il y a plusieurs années à Ennui-sur-Blazé où il a monté un magazine, « The French Dispatch ». Aujourd’hui, Arthur n’est plus et ses collaborateurs se réunissent pour lui rendre hommage et revisiter l’un des derniers numéros du magazine.

Les films de Wes Anderson sont toujours des expériences et comme toute expérience, on y adhère ou non. Le style du réalisateur n’est pas commun, et même si je dois dire que je suis très réceptif à l’univers de ce dernier, il y a des films qui ont été plus ou moins « faciles » que d’autres et « The French Dispatch« , fait clairement partie de la deuxième catégorie.

Dans ses grandes lignes, le nouveau Wes Anderson est loin d’être un mauvais film. A bien des arguments, des scènes ou des éléments, il est un bon et beau film (beau dans le terme esthétique). Si l’on s’arrête du côté de l’image, et du style Andersonien, « The French Dispatch » nous offre tout ce que l’on est venu chercher. Original dans son idée, puisque le réalisateur met en scène des articles du fameux « The French Disptach ». Ainsi, le film se décline en cinq parties, avec en gros un prologue, trois articles et une conclusion en forme d’éloge funèbre.

Dans ce que raconte le nouveau Wes Anderson, « The French Dispatch » a de quoi amuser et plus largement plaire. L’ouverture du film est magique et d’emblée, on sait où nous sommes. Wes Anderson, à travers les articles qu’il va mettre en scène, s’amuse. Entre clichés français et petites histoires rocambolesques, « The French Dispatch » oscille entre absurdité, personnages hauts en couleurs et répliques très drôles. Après, comme je le disais, si l’idée est bonne, si le film est original et plaisant dans ses grandes lignes, il n’empêche qu’il a parfois du mal à fonctionner, car il se pose comme bordélique.

Bordélique dans ce qu’il raconte, ayant par exemple du mal à passer d’un article à l’autre et derrière ça, il a aussi du mal à joindre de manière cohérente les passages d’un article à l’autre. Si l’idée est très bonne, et la démarche intéressante, parfois ça coince. De plus, tout n’est pas si intéressant que cela dans ce que le réalisateur nous raconte. L’un des articles par exemple, celui autour d’une révolution, demeure assez moyen, même si visuellement parlant, il est un petit bijou purement Wes Anderson. Idem pour celui autour du commissaire et d’un enlèvement, avec notamment une course-poursuite en animation qui résonne comme un petit cache misère, car le budget pour filmer une course-poursuite ne devait pas être là. Wes Anderson, avec son style si particulier, s’est sûrement dit que l’animation passerait bien pour cacher le budget et l’on ne se poserait pas plus de question que cela, car dans un sens, ce genre de petites folies va avec le cinéaste. Certes, ça peut fonctionner, ça a son charme, mais c’est aussi voyant.

Si le film, comme je le disais, est sublime esthétiquement parlant. Si le film est bourré d’originalité et de trouvailles. Si le film ne cesse de se renouveler, offrant toujours du plus beau à l’écran, le sentiment de bordel évoqué plus haut se fait encore plus grandement ressentir dans la mise en scène du réalisateur. Ainsi, le film a des problèmes de fluidité, et au-delà de ça, on a du mal à comprendre le choix de la photographie, passant du noir et blanc à la couleur sans vraiment de cohérence. Le réalisateur alterne parfois ces colorimétries dans une même scène, ce qui force encore un peu plus le sentiment de boxon.

Enfin, si le film tient un casting en or massif, et si tous les acteurs sont excellents, on regrettera que beaucoup de personnages ne soient pas plus développés que ça. Après, malgré ça, on se laisse gentiment emporter, car qualités et défauts conjugués, le style du réalisateur et ce qu’il nous raconte, en plus de ses acteurs qu’on se plaît à suivre, fait qu’on se laisse gentiment prendre dans ce film.

« The French Dispatch » n’est donc pas un grand film de Wes Anderson, mais malgré tous ses défauts et ce sentiment de bordel, il demeure un film plaisant qui sommes toutes, nous fait passer un chouette petit moment. Amusant à bien des instants, magnifique dans ses images et beaucoup de ses idées, et tenu par des acteurs qu’on se plaît à suivre, si « The French Dispatch » peut véhiculer une petite déception, comparé notamment à de grands crus comme « The Grand Budapest Hotel » ou « Moonrise Kingdom« , je ne regrette cependant pas de m’y être arrêté.

Note : 11/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.