juillet 22, 2024

Charlie’s Angels – Les Anges se Déchaînent

Titre Original : Charlie’s Angels : Full Throttle

De : McG

Avec Cameron Diaz, Drew Barrymore, Lucy Liu, Bernie Mac

Année : 2003

Pays : Etats-Unis

Genre : Action

Résumé :

Lorsque les témoins protégés par le programme gouvernemental commencent à tomber comme des mouches, c’est que quelqu’un a mis la main sur deux anneaux qui, une fois rassemblés, révèlent la liste cryptée de ceux qui ont contribué à faire arrêter les plus grands criminels. Pour les récupérer, Charlie envoie ses trois armes secrètes.
Tous les talents et le charme des trois demoiselles ne suffiront pas à percer le mystère. Elles vont devoir affronter une personne qui fut jadis dans leur camp. Et de son côté, Dylan va devoir faire face à un terrible secret qui met en péril la vie de ses deux amies…

Avis :

Après avoir longtemps navigué dans le domaine de la musique en réalisant une pelletée de clips, notamment pour les groupes Korn et The Offspring, McG s’est vu proposer la réalisation d’un premier film, l’adaptation en long-métrage de la série culte « Charlie et ses drôles de dames« . Malgré des retours mitigés, le premier film de McG a trouvé un très joli succès et ainsi mis en chantier la carrière de réalisateur de son metteur en scène.

Avec un succès comme cela, et surtout avec ce trio d’actrices qui s’éclatent dans la peau de ces personnages complétement abusés qu’on avait apprécié découvrir, très vite l’idée d’une suite a vu le jour et voilà que quatre ans plus tard, comme son titre l’indique, les anges de Charlie sont prêts à se déchaîner.

Immense plaisir coupable, très joli souvenir d’adolescence, cette suite que nous offre McG est une sorte de bonbon tellement sucré que rien qu’à sa vision, on en explose de diabète. Absurde, barré, déjanté, fucké, lourdingue, pour cette suite, McG et Hollywood ont voulu sortir l’artillerie lourde et si l’ensemble frôle bien souvent le ringard et le débile, « Charlie’s Angels … » reste encore aujourd’hui un divertissement plutôt honnête qui nous offre des moments cultes, devant lesquels on ne peut que délirer.

Il existe une liste de témoins qui sont protégés par les plus hautes instances des Etats-Unis. Pour avoir cette liste, il faut réunir deux anneaux et aujourd’hui, quelqu’un s’est mis en tête de réunir ces anneaux, et vendre la liste au plus offrant. Le Marshall Ray Carter était l’un des détenteurs de l’un des anneaux. Il fut enlevé et c’est en Mongolie que les drôles de dames de Charlie sont venus le délivrer. Maintenant, il ne reste plus qu’aux filles de découvrir qui se cache derrière cette machination…

Dieu que c’est con … Oui oui, c’est bien la première chose qui vient en tête à la redécouverte de cette très grosse bêtise. C’est bien simple, il y n’a rien qui va avec ce film. L’intrigue part dans tous les sens et tout sens de la logique et de la cohérence a foutu le camp du scénario. Scénario qui surfe entre les vagues de comédie, film d’action, film d’espionnage, et surtout film entre copines qui s’éclatent. Si l’on ajoute à cela que l’ensemble a très mal vieilli, offrant des effets spéciaux au comble du ringard (et ça, déjà à l’époque de sa sortie en salle), on pourrait aisément se dire qu’il faut ni plus ni moins que fuir ce second opus, comme on aurait déjà pu et dû fuir le premier. J’ai envie de vous dire oui, mais très étrangement, ce n’est pas le cas et malgré la tonne de défauts, qu’on pourrait qualifier de religion dans ce film tellement c’est n’importe quoi, ce second film de McG demeure un film délirant. Le genre de divertissement qui malgré tout, atteint sa cible sans trop de problèmes (à condition de se mettre en off, j’en conviens).

Si le scénario fait briller les lettres des mots « n’importe quoi », on se laisse pourtant très facilement emporter dans ce déchaînement d’action, de complots, de gags, de trahisons, de bastons, de courses-poursuites en tout genre et surtout, ô grand surtout, de scènes complètement barrées, qui valent, ne serait-ce que pour leur folie décomplexée, leur coup d’œil. À la volée, comme ça, on peut citer la scène d’ouverture, un fight avec un Justin Theroux qui rend « hommage » au « … nerfs à vif« , les poses de combats agrémentées de cris démesurés, un fight avec Demi Moore, alors sur le retour et plus badass que jamais, une réception sur Donna Summer, ou encore des fights et des fights, à la fin, qui emportent le film dans une certaine démesure, tellement énorme, qu’elle en est à mourir de rire. Aujourd’hui encore, on n’en revient pas tant c’est abusé et drôlissime.

D’ailleurs, si l’on part du côté de l’humour, malgré des gags qui tombent à plat et laissent un sentiment de lourdingue, on doit bien avouer que souvent, « Charlie’s Angels … » arrive à se faire drôle, avec sa galerie de personnages hauts en couleurs, avec son sens de l’action qui mélange plutôt bien l’action et la comédie. Puis surtout, on se marre grâce à ces comédiens qui s’en donnent à cœur joie, et plongent les deux pieds devant dans leurs personnages. Cameron Diaz, Lucy Liu et Drew Barrymore continuent ce qu’elles avaient commencé quatre ans auparavant, et franchement, elles s’amusent tellement avec ces personnages et leurs pitreries que c’est communicatif.

On ajoutera à cela que le film est un immense mélange entre seconds rôles connus et caméos délirants de toutes sortes, allant d’acteurs confirmés comme Jason Patrick à Bruce Willis, de Bernie Mac qui remplace Bill Murray (qui ne supportait pas Lucy Liu) à Crispin Glover, Matt LeBlanc, John Cleese, Luke Wilson, Justin Theroux, Shia Labeouf, Carrie Fisher, Rodrigo Santoro, Pink, les sœurs Olsen, Jaclyn Smith, la rappeuse EVE… Bref, ça ne s’arrête pas et très souvent, ils font mouche.

On ajoutera une BO déchaînée et débridée qui comme pour le premier film, s’avère être un petit best of de ces années-là et plus encore, Pink, Bon Jovi, les Beach Boys, Nickelback, David Bowie, Donna Summer, Nas, Prodigy, Mc Hammer, les Who… Bref, ça fait très plaisir à entendre, et même si l’on peut reprocher qu’il y ait trop de son, c’est très souvent bien employé.

Alliant ringard et plaisir très coupable, ce second « Charlie’s Angels … » emprunte les mêmes sentiers que le premier film de McG et l’on s’amuse toujours autant. Certes, on ne peut pas le nier, niveau scénario, c’est mauvais, ça part dans tous les sens et ça en fait bien trop, certes ce sentiment se prolonge côté visuel, qui frise la catastrophe, et pourtant, malgré tout, il y a une générosité, un délire et une envie de nous amuser avec cette parodie d’action de la série, qu’on se laisse attraper et l’on passe un moment de n’importe quoi à se marrer. Bon, il faut dire aussi que le film fonctionne bien grâce à son casting, qui est vraiment le cœur de « Charlie’s Angels … ». Puis Cameron Diaz, Lucy Liu, Drew Barrymore qui se fightent contre une Demi Moore enragée, ça vaut son petit coup d’œil.

Note : 12/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.