janvier 27, 2023

Panic! at the Disco – Too Weird to Live, Too Rare to Die

PanicAtTheDisco_TooWeirdToLive

Avis :

Comment se faire remarquer musicalement, dans un monde où internet modifie grandement les ventes de disques ? Telle est la question que l’on pourrait se poser lorsque l’on démarre un nouveau groupe qui à la base n’a pas forcément vocation à faire de ventes et recherche juste un petit public pour se faire plaisir. C’est un peu le cas du groupe Panic ! at the Disco puisqu’à la base, les jeunes américains ne voulaient faire que des reprises du groupe Blink-182. Ce n’est qu’après avoir trouvé un bassiste et un chanteur que le groupe a décidé de se faire entendre. Et pour ce faire, ils y sont allés au culot, postant des liens de leurs morceaux sur le Live Journal de Pete Wentz, le bassiste du groupe Fall Out Boy. Ce dernier fut impressionné et après une rencontre avec le groupe, leur fait signer un premier disque, A Fever You Can’t Sweat Out. L’album se vend à plus de deux millions d’exemplaires et il connait un certain succès. Par la suite, le groupe va sortir connaître des départs dans le line-up mais va tout de même sortir deux autres albums, Pretty. Odd. En 2009 et Vices & Virtues en 2011. Après un premier album relativement électro, le deuxième album a surpris beaucoup de monde allant vers le pop rock. Si l’ensemble est intéressant, le groupe est vraiment une copie des Fall Out Boy, notamment avec une voix de tête très similaire. Mais la surprise étant toujours aux bouts des écouteurs, que nous réserve Too Weird to Live, Too Rare to Die ?

Le premier constat que l’on peut faire en regardant le skeud, c’est qu’il est très court. A peine 10 pistes pour un poil plus d’une demi-heure de musique. C’est peu, et il n’y a plus qu’à espérer que le tout soit vraiment dense et prenant. Et finalement, le résultat est mitigé, même si l’album demeure sympathique dans son ensemble. This Is Gospel qui ouvre le bal démarre de façon surprenante, avec une voix autunée du plus mauvais effet. Puis le refrain lâche la pression et libère un son plus énergique et résolument pop rock. Bien sûr, on pense immédiatement au Fall Out Boy, mais vu la qualité de leur dernier album, on espère que Panic ! at the Disco ne suit pas la même tangente. Et quand on écoute Miss Jackson, le deuxième morceau, on prend réellement peur. Peu marquant, sans idée, le titre se laisse écouter mais s’oublie aussi vite, la faute à une composition transparente et facile. Heureusement pour nous, Vegas Lights viendra nous rassurer sur l’énergie du groupe. Mélange malin d’électro et de pop rock, le titre est entrainant et taillé pour la scène. Il s’agit là d’un des meilleurs morceaux du skeud. Mais le soufflé retombe quelque peu avec le morceau suivant, Girl That You Love qui fait écho aux morceaux électro des années 80. Ce n’est pas qu’il est mauvais, mais il n’est pas entrainant et fait assez rétro sans pour autant être irréprochable. Bref, on préfère lorsque le groupe balance la sauve en version rock. Et c’est là qu’arrive le meilleur titre de l’album. Nicotine est un pur moment pop rock avec un soupçon d’électro pour rendre tout ça dynamique et entêtant à souhait. La voix du chanteur est parfaite pour ce genre d’exercice, le pré chœur envoie la patate et le refrain est parfait. Bref, c’est vraiment la meilleure piste de l’album qui termine un peu trop abruptement.

panicatthedisco_2013

Le morceau d’après est assez plaisant, continuant dans la lancée du morceau précédent, tout en étant plus calme. Girls/Girls/Boys est un morceau sympathique mais qui manque de la pointe de dynamisme de Nicotine. Quoiqu’il en soit, c’est du pop rock à 100%. Casual Affair, est un titre ovni dans ce skeud. Profondément électro, le titre est absolument planant, aérien, mais vraiment prenant, notamment grâce à un refrain simple et qui rentre bien en tête. C’est calme, vraiment propre tout en gardant un coté pop rock, notamment avec une structure classique. Le titre suivant, Far Too Young to Die, s’appuie lui aussi sur une rythmique électro avant d’entamer un refrain simple et clair. On s’éloigne clairement de la ligne de conduite pop rock, pour entrer dans quelque chose de plus électro mais qui est loin des standards commerciaux et qui restent à part, plus posé, plus discret et c’est agréable. La fin du titre relève par contre d’un aspect rock, avec la présence des guitares qui donnent du peps à l’ensemble pour un final explosif. Collar Full est par contre un pur titre pop rock, ressemblant un peu trop à un titre qu’aurait pu faire les Fall Out Boy. C’est sympa, mais peu innovant. Il reste le refrain, simple et mémorisable. Enfin, le skeud se termine avec The End of All Things, un piano dégueulasse, mou et sans aucune originalité. On ne languit qu’une chose, c’est que le titre s’arrête.

Au final, Too Weird to Live, Too Rare to Die, le quatrième album de Panic ! at the Disco est un skeud en dents de scie. Possédant des titres intéressants et parfois vraiment accrocheurs, l’album possède aussi des moments d’errance ou de facilité dont on se serait bien passé. Bref, un album sympathique, mais qui ne restera pas dans les annales du genre.

  1. This is Gospel
  2. Miss Jackson feat Lolo
  3. Vegas Lights
  4. Girl That You Love
  5. Nicotine
  6. Girls/Girls/Boys
  7. Casual Affair
  8. Far Too Young to Die
  9. Collar Full
  10. The End of All Things

Note : 12/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=tGE381tbQa8[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.