mai 16, 2021

Disparitions

Titre Original : Imagining Argentina

De : Christopher Hampton

Avec Antonio Banderas, Emma Thompson, Claire Bloom, John Wood

Année: 2005

Pays: Etats-Unis

Genre: Policier, Drame

Résumé :

En Argentine, pendant la dictature militaire de 1976 à 1983, plus de 30 000 personnes ont disparu sans aucune explication ; parmi elles, Cécilia, une journaliste engagée. Carlos, son mari, directeur de théâtre, va tout faire pour la retrouver saine et sauve.
Obsédé par sa quête, il imagine ce que sa femme endure et pense alors se découvrir un don de clairvoyance qui lui permettrait de vivre l¹histoire des disparus et de retrouver leur trace. Mais pourra-t-il sauver Cécilia avant qu¹il ne soit trop tard ?

Avis :

Christopher Hampton est un réalisateur et scénariste de renom, mais c’est au départ un dramaturge, et il est considéré comme l’un des meilleurs de sa génération. Il est notamment connu pour avoir adapté sur scène « Les liaisons dangereuses » du roman de Choderlos de Laclos. C’est d’ailleurs aussi lui qui signera l’adaptation de sa propre pièce de théâtre en scénario pour Stephen Frears, collaboration qu’il prolongera avec « Mary Reilly » et « Chéri« . Si Christopher Hampton signe des scénarios pour Anne Fontaine, David Cronenberg, Agnieszka Holland, Joe Wright et d’autres encore, il passe à la réalisation en 1995 avec « Carrington« , film qui obtiendra un Prix Spécial du Jury au festival de Cannes 1995.

Depuis 1995, Christopher Hampton a très peu réalisé, ses films se comptent pour l’instant au nombre de trois et c’est de son dernier en date auquel on va s’intéresser. Pour son troisième film, après six ans d’absence, Christopher Hampton a choisi de s’intéresser à l’Argentine sous la dictature de Videla. Sujet important, lourd, difficile et assez peu abordé au cinéma finalement, avec « Disparations« , Christopher Hampton livre un film à la fois hors du commun et inégal. Pourtant, l’un conjugué dans l’autre, « Disparitions » mérite qu’on s’y arrête.

Argentine, entre 1976 et 1983, le pays sombre dans une dictature militaire et en l’espace de quelques années, plus de trente mille personnes ont purement et simplement disparu. Carlos est le directeur d’un petit théâtre. Carlos est marié à une journaliste engagée qui écrit sur le pouvoir en place. Un soir, en rentrant chez lui, Cecilia a disparu. Obsédé par la disparition de sa femme, Carlos va se découvrir un don de voyance. Ainsi, il va voir ce qu’endure sa femme, et tout en aidant certaines familles, Carlos va se servir de ce pouvoir pour trouver des indices dans l’espoir de sauver Cecilia avant qu’il ne soit trop tard.

« Disparitions » de Christopher Hampton est un film qui a fait sa petite polémique quand ce dernier est sorti, car si le réalisateur revient sur un pan noir de l’histoire de l’Argentine récente, il a eu l’idée de parsemer son récit d’un élément fantastique, ce que certains ont trouvé déplacé. Mais fantastique ou non, « Disparitions » est un film qui demeure essentiel dans ce qu’il raconte, c’est-à-dire l’Argentine sous la dictature militaire de Videla et ne serait-ce que pour cela, « Disparitions » mérite qu’on s’intéresse, et même qu’on s’y arrête.

Ainsi donc, pour nous raconter la dictature et la disparition de la femme du personnage principal, Christopher Hampton a choisi d’incorporer à son histoire un élément fantastique, le don de voyance et je dois dire que le postulat de départ était déjà intéressant, mais avec cette idée en plus, Hampton apporte un intérêt supplémentaire à son film. Jouissant d’une intrigue bien fichue, car le réalisateur, qui est aussi le scénariste de son film, sait bien manier son histoire pour que cette dernière soit réaliste, qu’elle décrive bien l’horreur de la dictature, la terreur des disparitions et des disparus. Christopher Hampton retranscrit bien l’atmosphère d’un tel régime et l’idée du don de voyance permet de nous emmener auprès des victimes de ces rafles, et ainsi montrer (de manière originale dans son idée) les conditions de vie et d’autres abus encore de ce régime.

Puis avec cette idée aussi, Christopher Hampton pousse encore un peu plus son intérêt, puisque le réalisateur apporte un certain suspens à son intrigue, Carlos arrivera-t-il à sauver sa femme avec ce qu’il voit ? Réussira-t-il à regrouper les pièces du puzzle à temps ? Évidemment avec une telle histoire, fantastique ou non, on imagine bien l’enquête et l’espoir que le personnage peut avoir à retrouver sa femme et si le fantastique pour paraître comme un artifice de scénario, cette idée change des habitudes, et comme elle est plutôt bien menée, on se laisse prendre au jeu.

Derrière ces points positifs, comme je le disais plus haut, « Disparitions » demeure un film inégal et malgré l’intérêt et le suspens, malgré des scènes et des idées fortes, le film de Christopher Hampton manque d’émotion et ce sentiment est étrange, car il y a beaucoup d’éléments qui pousse à l’émotion, malheureusement, même si l’on suit avec intérêt, on reste assez peu touché.

Point négatif encore, si dans son intrigue l’idée de fantastique fonctionne bien, en termes de mise en scène, Christopher Hampton a du mal à l’employer pleinement et ça se sent dans le montage de certains de ses flashbacks qui sonnent évidemment comme des pièces de puzzle que le personnage va devoir rassembler, mais l’ensemble sonne aussi comme confus, voire même assez brouillon parfois. Puis « Disparitions » aura aussi un problème de rythme, s’essoufflant parfois, bien souvent avec ces scènes de flashbacks confuses. Mais dans l’ensemble, entre bon et moins bon, Christopher Hampton tire son épingle du jeu et intéresse et intrigue avec son film qu’on se plaît à suivre.

On se plaît aussi à suivre ce film car il est tenu par deux acteurs excellents, Antonio Banderas, excellent en marié plein d’espoir, et Emma Thompson merveilleuse en captive. On notera aussi des seconds rôles forts et intéressants, notamment Leticia Dolera, qui incarne la fille du couple, ou encore Rubén Blades et Maria Canals-Barrera qui travaillent avec Banderas dans son théâtre.

Troisième et dernière réalisation en date pour Christopher Hampton, « Disparitions » est donc un film qui est à la fois hors du commun pour son idée d’apporter du fantastique là où l’on n’aurait pas pu penser en trouver, mais c’est aussi un film inégal, qui manque d’émotion et qui a tendance à parfois s’essouffler. Quoi qu’il en soit, Christopher Hampton s’en sort plutôt bien et son « Disparitions« , entre originalité et vérité, mérite qu’on s’y arrête, car il revient avec une certaine force sur une période noire de l’Argentine qui n’est pas tant évoquée que ça.

Note : 12/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.