janvier 16, 2022

Korpiklaani – Kulkija

Avis :

Le folk métal est un genre assez particulier qui mélange des riffs de Heavy avec des instruments issus de divers folklore. En règle générale, les groupes qui officient dans ce genre musical font tout d’abord du métal, dans lequel ils intègrent des éléments folk avec des accordéons, des flûtes ou d’autres instruments moins connus. Avec Korpiklaani, c’est totalement différent, et le groupe a connu deux mutations avant de trouver son forme actuelle. En effet, fondé au début des années 90, le groupe se nomme tout d’abord Shamaani Duo et ne fait que de la folk avec une langue particulière, le Sames. Trois ans plus tard, le groupe change alors de nom et devient Shaman où les instruments les plus utilisés sont la batterie Yoik, Shamane et Humppa. Que des peuplades scandinaves qui ont un folklore particulier qui s’accorde finalement assez bien avec le métal. Pour autant, Korpiklaani voit le jour en 2003, effectuant de grands changements dans sa musique, incluant plus de Folk Métal et des chants qui lorgnent vers le Thrash. Cela va permettre au groupe de se faire connaître et même d’avoir une notoriété internationale. Ultra prolifique, le groupe a sorti un album tous les ans de 2005 à 2009, il propose en 2018 son dixième album, Kulkija, qui fait suite à Noita sorti trois ans plus tôt. Et que nous cache cette jaquette bucolique ?

Le skeud débute avec Neito et dès le départ, on sent les intentions du groupe de livrer une galette riche, variée et qui fait honneur au folk. Car oui, les instruments folkloriques auront une grande importance dans cet effort. Si les guitares résonnent dès le départ du morceau, c’est clairement les moments plus folklo qui ressortent. Le chant quant à lui est maîtrisé et on se retrouve face à un titre plutôt festif, enjoué et qui donne envie de connaître la suite. Korpikuusen Kyynel sera dans le même moule, mélangeant de façon  osmotique la guitare avec l’accordéon et les couplets seront presque des chansons à boire. Il faut dire que la formation s’est fait une spécialité de parler de la nature, mais aussi de l’alcool et des fêtes. Le refrain est efficace et rentre vite en tête malgré la barrière de la langue. Cependant, on sent que tout cela manque un peu d’impact. Aallon Alla va rectifier le tir en mettant en avant un morceau plus sombre et un mélange toujours aussi pertinent entre des riffs lourds et puissants et un violon plus léger qui nous ramène vite aux vertes forêts de la Finlande. Avec Harmaja, Korpiklaani se lance dans la ballade et c’est bien foutu, touchant, tout en gardant cette particularité des instruments folks. Le plus étrange, c’est que malgré la langue, rugueuse et incompréhensible pour nous, on se laisse emporter dans cette douce mélodie. Kotikonnut reviendra par la suite à quelque chose de plus jovial et Korppikalliota trouvera un équilibre parfait entre un début festif et un couplet plus doux, plus touchant grâce à un violon aérien et beau.

Comme on peut le voir, cette première moitié d’album demeure dense et varié. Le groupe trouve toujours des mélodies accrocheuses avec un savant mélange d’instruments modernes et d’autres plus anciens, presque oubliés. Tout cela va se rencontrer dans le très gros morceau qu’est Kallon Malja, dépassant les sept minutes et changeant plusieurs fois de registre. On débute doucement avec du folk, avant de partir sur du pur Heavy qui sera ponctué de temps à autre par un accordéon. Le break qui répète le titre de la chanson est puissant et très clairement Heavy, montrant que le groupe peut aussi s’énerver au sein de compositions plus complexes. Par la suite, le groupe ne va pas forcément sortir de sa zone de confort. Prenons l’exemple de Sillanrakentaja (putain l’enfer pour écrire les titres des chansons…) qui débute de façon purement thrash avec un chant qui peut faire écho à du Metallica, mais petit à petit, le groupe se calme et propose quelque chose d’assez sympathique mais qui reste du Korpiklaani. Cependant, ça reste le morceau qui a le moins d’influence folk dedans. Par la suite, l’album va se transformer en album à boire j’ai envie de dire. Entre Henkselipoika, Riemu et ses chœurs masculins ou encore Kuin Korpi Nukkuva et son ambiance de taverne, on a vite envie de danser et de faire la fête avec le groupe. Dans sa clôture, la formation propose un superbe morceau avec Tuttu on Tie, un long titre dépassant les sept minutes et qui prend aux tripes dès son départ.

Au final, Kulkija, le dernier album en date de Korpiklaani, est une belle réussite même si le groupe ne sort pas vraiment de sa zone de confort et se contente de faire ce qu’il sait faire de mieux, à savoir un mélange parfait de Métal et de Folk en utilisant en plus un langage très particulier. Si cela peut décontenancer les néophytes, les fans trouveront rapidement leurs marques et le groupe livre tout de même une belle galette, dense, riche et généreuse.

  • Neito
  • Korpikuusen Kyynel
  • Aallon Alla
  • Harmaja
  • Kotikonnut
  • Korppikalliota
  • Kallon Malja
  • Sillanrakentaja
  • Henkselipoika
  • Pellervoinen
  • Riemu
  • Kuin Korpi Nukkuva
  • Juomamaa
  • Tuttu on Tie

Note : 15/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.