mai 16, 2021

Dogman

De : Matteo Garrone

Avec Marcello Fonte, Edoardo Pesce, Alida Baldari Calabria, Nunzia Schiano

Année : 2018

Pays : Italie

Genre : Policier

Résumé :

Dans une banlieue déshéritée, Marcello, toiletteur pour chiens discret et apprécié de tous, voit revenir de prison son ami Simoncino, un ancien boxeur accro à la cocaïne qui, très vite, rackette et brutalise le quartier. D’abord confiant, Marcello se laisse entraîner malgré lui dans une spirale criminelle. Il fait alors l’apprentissage de la trahison et de l’abandon, avant d’imaginer une vengeance féroce…

Avis :

Matteo Garrone est l’un des plus grands réalisateurs italiens contemporains. C’est un réalisateur qui depuis plus de vingt ans maintenant, nous propose régulièrement de nouveaux projets, et même si ce dernier n’arrive n’a pas convaincre tout le monde, il n’en demeure pas moins qu’un nouveau film de Matteo Garrone résonne comme un petit évènement. Trois ans après l’échec de « Tale of Tales« , qui restera comme l’un de ses films les plus particuliers, Matteo Garrone quitte l’univers du conte baroque pour un retour à notre époque. Il revient donc avec « Dogman« , un film incroyablement sombre, adapté d’un fait divers glaçant.

Si « Dogman » ne sera pas le chef-d’œuvre annoncé par tous les médias, il restera toutefois un bon, voire même un très bon, moment de cinéma. Un moment de cinéma emporté par un acteur tout simplement grandiose ! Marcello Fonte n’a clairement pas volé son prix d’interprétation au dernier Festival de Cannes et il s’impose comme une très grande révélation.

Marcello, c’est la caricature incarnée du brave type. Toiletteur pour chiens, animaux pour lesquels il a un amour immodéré, Marcello est très apprécié dans le quartier où il vit. Gentil, bien trop gentil, Marcello a bien du mal à dire non et très vite, il va se laisser embrigader presque malgré lui dans une spirale criminelle, dont l’issue ne pourra qu’être fatale.

Neuvième film pour Matteo Garrone, « Dogman » est sûrement son film le plus sombre et le plus surprenant. Plongée dans un univers on ne peut plus réaliste, Matteo Garrone peint ici le quotidien d’un homme tout ce qu’il y a de plus adorable. Doté d’un scénario qui fait froid dans le dos, Matteo Garrone capte notre attention du début jusqu’à la dernière image de son film. Parfaitement maîtrisé, le cinéaste nous plonge alors dans une sorte de spirale vicieuse qui, on le sait, ne pourra que mal se finir.

Et plus que le quotidien déjà riche et passionnant de son personnage principal, Matteo Garrone peint et décrit avec beaucoup de réalisme toute la complexité de l’âme humaine. Ici, chaque personnage est là pour un but précis, et tous ensembles, ils donnent une grande cohérence à l’œuvre. « Dogman« , c’est le parcours d’un homme, d’un père, pris dans un engrenage qui va totalement le dépasser. Et c’est même ce dépassement, cette perte de contrôle et de repères, qui fait que le final est d’autant plus percutant et particulièrement marquant. Mais « Dogman« , c’est aussi une Italie très pauvre, c’est aussi l’Italie de la débrouille et des influences. C’est aussi la délinquance, la violence de certains quartiers, ou encore l’absence de la police… Bref, autant de sujets approchés ou évoqués par son réalisateur qui font toute la richesse de « Dogman« .

« Dogman« , comme vous l’aurez compris, c’est aussi un acteur, Marcello Fonte, qui est bluffant de bout en bout. Si le personnage en lui-même était déjà très riche, Marcello Fonte le rend totalement passionnant et très touchant. C’est un personnage devant lequel on ressent énormément d’empathie, tant il est sincère, réel, triste, drôle et maladroit à la fois.

Puis enfin, il est impossible d’aborder « Dogman » sans parler de la mise en scène de Matteo Garrone. Une mise en scène sublime, dotée de plans et de scènes incroyables. Une mise en scène capable de la plus belle des tendresses, puis d’un coup de basculer dans la plus grande des violences. Une mise en scène qui dégage un caractère certain ! Une mise en scène qui ne manquera pas de nous marquer. Mais une mise en scène qui a aussi ses faiblesses, avec notamment, et étrangement, un rythme incertain parfois, ce qui fait que sans que l’on s’ennuie, « Dogman » peut paraître aussi longuet. Ne sachant trop quoi enlever, « Dogman » reste toujours passionnant, sans pour autant être captivant en permanence et c’est ce qui fait qu’il n’est qu’un bon, voire très bon, moment de cinéma, à la place d’atteindre le chef-d’œuvre incroyable qu’on nous a vendu.

Néanmoins, « Dogman« , vous l’aurez compris, reste un bon moment de cinéma. Un cinéma qui fait que même avec ce ventre mou, on adorerait voir des films comme ça bien plus souvent. Le nouveau film de Matteo Garrone est donc à voir.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.