septembre 27, 2022

Les Tuche 3

De : Olivier Baroux

Avec Jean-Paul Rouve, Isabelle Nanty, Claire Nadeau, Sarah Stern

Année : 2018

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Jeff Tuche, se réjouit de l’arrivée du TGV dans son cher village. Malheureusement, le train à grande vitesse ne fait que passer, sans s’arrêter à Bouzolles. Déçu, il tente de joindre le président de la République pour que son village ne reste pas isolé du reste du territoire. Sans réponse de l’Élysée, Jeff ne voit plus qu’une seule solution pour se faire entendre : se présenter à l’élection présidentielle… Profitant de circonstances politiques imprévisibles, Jeff Tuche et toute sa famille vont s’installer à l’Élysée pour une mission à haut risque : gouverner la France.

Avis :

« Les Tuche« , c’était ma faille l’espace du premier film qu’Olivier Baroux nous avait présenté en 2011. Carton surprise, le réalisateur qui avait bien du mal à retrouver le succès avait alors décidé de donner une suite à ces « … Tuche » avec « … le rêve américain« . Mais si la spontanéité du premier avait fonctionné, ce second opus était on ne peut plus lamentable. Mais malgré tout, ce deuxième a fait un sacré carton, ce qui a donc débloqué des fonds pour faire un troisième film.

Et voilà que ces « … Tuche » est désormais une trilogie. Et oui, une trilogie… Pour ce troisième film, Olivier Baroux a décidé d’emmener ses « … Tuche » à l’Elysée. Après Monaco et Los Angeles, la famille Bidochon investit donc les plus hautes fonctions de l’état. Bon, autant le dire, j’aimais l’idée de voir Jeff Tuche à l’Elysée, surtout que l’ancienne campagne présidentielle est encore très fraîche dans les esprits, et si le film arrivait à retrouver le ton sympa du premier, il y avait de quoi se marrer… Mais malheureusement, c’est encore une fois loin d’être le cas et franchement, hormis quelques gags et un débat télé d’entre deux tours, ce troisième opus est comme le deuxième, mais en plus mauvais !

Jeff Tuche est aujourd’hui maire de Bouzolle et son plus grand projet, c’est de faire arriver le TGV dans sa petite ville. N’arrivant à rien, il décide alors de se présenter à l’élection présidentielle, avec pour seul programme, l’arrivée du TGV. Un combat perdu d’avance, (comment les Français pourraient voter pour Jeff Tuche ?) et c’est pourtant ce qui va se produire, quand Jeff Tuche, par un heureux concours de circonstances, va se retrouver au second tour. Jeff et toute sa petite famille vont alors s’installer à l’Elysée pour les cinq prochaines années.

Donc pour résumer la situation, le premier « … Tuche » fut une petite surprise, car il fut léger et drôle. Le deuxième fut une catastrophe on ne peut plus abyssale… Enfin, le terme « on ne peut plus » vient de prendre un autres sens, car Olivier Baroux vient de pousser plus loin encore le « on ne peut plus ».

Mauvais en tout, bon en rien, à toucher le fond, mais creuse encore, les mots et les expressions manquent pour décrire la tristesse, la solitude et la pauvreté de cette suite alors même qu’elle avait de bonnes idées au départ. D’ailleurs, avec cette idée d’élection présidentielle, cette suite méritait dans son idée d’exister bien plus que la précédente.

Mais voilà, l’idée drôle de départ est réduite à néant avec un film qui donne ses lettres d’or au mauvais goût et au succès fait avec rien. Car oui, il n’y a rien dans ce film. Aucun scénario : où est passée la critique sympa et bien vue ? Ici, tout est expédié à la va-vite pour faire des blagues et installer très vite Jeff et sa famille à l’Elysée, quitte à prendre le spectateur pour de très grosses poires. Le coup de l’éviction des deuxièmes, troisièmes et quatrièmes avant Jeff Tuche est au-delà de ce que l’on peut s’imaginer. C’est vraiment prendre des gens pour des cons, au nom de l’humour de bas étage qui n’est absolument pas drôle.

Les personnages sont lourdingues et la caricature qui fonctionnait il y a sept ans de cela se fait de plus en plus débile et finit par ne plus rien raconter du tout. De plus, le film est tenu par des acteurs tellement convaincus par ce qu’ils font, qu’ils n’ont plus de limites, se gargarisant eux-mêmes de leurs propres blagues. Jean-Paul Rouve est insupportable de connerie, tout comme Pierre Lottin et Sarah Stern. Claire Nadeau a une évolution incompréhensible et le seul personnage qui était intéressant et tenu par un comédien sympa, Théo Fernandez, le petit dernier des Tuche, est relayé au troisième plan dans une intrigue qui ne sert à rien. Franchement, il ne reste plus qu’Isabelle Nanty qui arrive à trouver un ton assez juste en première Dame et Philippe Magnan, en président sortant, qui est drôle.

Ringard, lourdingue, pas drôle, abusé, navrant, gênant, ce troisième « … Tuche » est au-delà de l’imaginable… Et dire qu’on en est déjà de plus de deux millions d’entrées et qu’il a l’air parti pour être l’un des plus gros succès de cette année. Si le premier avait été ce que j’appelle une faille, me faisant passer un bon petit moment, le second et ce troisième ont amplement cimenté cette faille.

Note : 04/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=WqSPFOLA9sE[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.