janvier 29, 2022

American Nightmare

affiche-american-nightmare-the-purge-2013-2

Titre Original: The Purge

De : James DeMonaco

Avec : Ethan Hawke, Lena Headey, Max Burkholder, Adelaide Kane, Edwine Hodge

Année : 2013

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller, Huis-clos

Scénario : James DeMonaco

Résumé :

Afin de réduire la criminalité croissante aux Etats-Unis, le gouvernement a trouvé la solution : la PURGE. Pendant 12h, toutes les activités criminelles sont légalisés (le meurtre également). Cette demi-journée d’anarchie totale aurait le pouvoir de canaliser les pulsions violentes de la majorité des citoyens. James, qui a fait fortune dans le domaine de la sécurité à domicile, se prépare, avec sa famille, à se repaître de ce spectacle largement médiatisé entre les murs de sa maison hautement sécurisée. Soudain, un homme vient quémander de l’aide. La famille va devoir faire un choix, bourreau ou victime ? Dans quel camp se ranger…

Avis :

L’idée de départ de « The Purge » est sympa (oui, c’est bel et bien le titre original du film, on comprend pourquoi on a droit à un autre titre, nous francophones). Cette histoire distopique  nous laisse présager une violence graphique teintée d’un message politique et sociologique assez fort. Mais qu’en est-il ? S’agit-il ici d’une œuvre majeure dans la lignée de Battle Royale, V pour Vendetta ou 1984 ou s’agit-il d’un film qui ne doit son buzz que par son pitch improbable ? Plongeons dans ce huis-clos à la réputation sulfureuse.

purge1_2576156b

Dès le départ, on est plongé dans le bain. Le film commence par des images de violences urbaines filmées par des caméras de surveillance. Par la suite, la voix d’une présentatrice de télé nous présente cette fameuse « Purge » comme étant un événement accepté par la population américaine (un peu comme le jeu de massacre de Battle Royale ou la course à la mort des Seigneurs de la route). On sent l’événement médiatisé à mort, qui dépeint les dérives de la télé réalité. Seulement voilà, de nombreux films ont déjà utilisé ce procédé qui est désormais usé jusqu’à la corde et qui ne nous étonne plus (C’est arrivé près de chez vous, Halloween Resurrection, Ultimate Game, …) Le sous contexte, s’il est honorable, tombe complétement à  plat ; la faute à une réalisation uniquement centrée sur l’action. On sent ici une louable intention de dénoncer le capitalisme ou encore le rapport avec la violence des USA, mais tout ça  tombe complétement à plat. Dommage, car il y avait vraiment moyen de tirer quelque chose d’un pitch aussi improbable.

Le film a le bon gout de ne pas verser dans le sombre et dégueulasse comme on pouvait le craindre. Le pitch pouvait nous laisser imaginer toutes les crapuleries nauséabondes possibles mais il n’en est rien. Voilà peut-être le souci majeur du film. En effet, avec une histoire pareille, on s’attend à voir des scènes de chaos et d’anarchie totale dans les rues de la ville, mais il n’en est rien, tout le film se passe dans la même maison nous laissant un gout de trop peu. Alors que l’on s’attendait à un survival assez bourrin, on se retrouve avec un huis-clos à peine efficace.

Comble du comble,  ce huis-clos se retrouve complétement dénué de suspense, là où, dans ce genre de film, la tension monte crescendo, rien de tout ça ici, on suit les événements sans que cela ne nous fasse ressentir quoi que ce soit. Les acteurs ne sont pas des plus convaincants, à commencer par la famille en question qui est affligeante de clichés, Ethan Hawke en tête (Sinister, …) , tout comme les psychopathes d’un soir que nous croisons tout au long du métrage qui font directement penser à Alex et ses Droogies d’ Orange Mécanique ou encore, aux deux frangins psychopathes de Funny Games.  Et que dire de ce twist qui ne surprend personne. On ressort de la séance avec une impression de déjà vu, mais en moins bien.

safe_image_php

En résumé, American Nightmare n’est pas la bombe insolente que l’on laissait présager. Ce n’est pas non plus une purge (oui, elle est nulle, je sais), mais ce film est bien trop sage pour retenir notre attention. Les événements défilent à une telle vitesse que cela plombe le suspense et rend ce film fade, une pâle copie de tout ce qu’on a déjà vu dans le genre. C’est dommage car il y avait moyen de faire beaucoup mieux avec un pareil matériau…

Note : 08/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=JgViSMsXatk[/youtube]

Par Trasher

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.