janvier 22, 2022

The Karaté Kid

Karate-Kid-Affiche-France

De : Harald Zwart

Avec Jaden Smith, Jackie Chan, Taraji P. Henson, Wen Wen Han

Année: 2010

Pays: Etats-Unis, Chine

Genre: Action

Résumé:

Lorsque la carrière de sa mère l’entraîne à Benjing en Chine, le jeune Dre Parker doit faire face à des changements radicaux. Au bout de quelques jours, il se retrouve mêlé à une altercation au sein de son école, impliquant Cheng, l’un des garçons les plus doués en Kung Fu et qui lui fait définitivement perdre le respect de ses camarades de classe.
Témoin de cet affrontement, Mr Han, professeur de Karaté à la retraite, embauché par les Parker comme chauffeur et assistant, décide d’aider Dre à regagner le respect de son entourage.

Avis:

On ne va pas se le cacher, il y a en a ras-le-bol des remakes et des reboots à tout bout de champ. Mais alors pourquoi les regarder ? Pour justement comparer et voir la médiocrité actuelle et le manque cruel d’imagination des scénaristes américains. D’ailleurs, pour citer Einstein : L’imagination est plus importante que le savoir. Enfin, il est évident que l’imagination a disparu depuis longtemps des esprits des producteurs de films, de plus en plus frileux face à la nouveauté et à la prise de risque que cela inclut. Film culte pour toute une génération de trentenaire, Karaté Kid avait échappé jusque là à la mauvaise cure de jouvence imposée par des studios peu scrupuleux. En 2010 sort le remake (ou reboot, appelez cela comme vous voulez) de Karaté Kid, avec pour titre, The Karaté Kid. Alors le film est-il un massacre ? Nos souvenirs d’enfance sont-ils encore violés ? Allons faire un petit tour du côté de Pékin !

jaden-smith-karate-kid

10 billets sur le black ! C’est le fils de Will Smith, il ne peut que gagner !

Le scénario du métrage est très simple et constitue le modèle des films familiaux du moment. On pourra d’ailleurs le comparer très facilement à Real Steel, le film de robots boxeurs avec Hugh Jackman, car les deux films sont très similaires dans leur structure et dans leur fin. On va donc suivre Dre Parker et sa mère qui parte pour Pékin des suites de la mort du papa. Ils aménagent dans un immeuble où vivent plusieurs résidents américains. A son arrivée, le petit Dre tombe amoureux d’une jeune chinoise, mais l’un des proches de la demoiselle est jaloux et fracasse le petit Dre facilement avec des méthodes de Kung-fu. Alors qu’il est à deux doigts de se faire vraiment démonter par la bande qui le martyrise, le concierge de son immeuble lui vient en aide et le prend sous son aile. Alors que le concierge, monsieur Hun demande à l’entraineur de la bande d’arrêter de faire mal à Dre, l’entraineur propose un marché : Dre doit s’inscrire à un tournoi de kung-fu et combattre loyalement. C’est alors qu’un long entrainement commence en plus des relations humaines qui vont se développer durant tout le film. Bizarrement, quand on regarde ce film, on évite de repenser à l’original de 1984. En effet, le fait d’avoir mis un enfant black au sein d’une communauté asiatique change la donne et le résultat est assez différent. Ainsi, on sera plus en face d’une relecture que d’un remake pur et dur. Sans être gnangnan et débile, l’histoire se laisse suivre, notamment grâce à la difficulté d’adaptation du jeune Dre, mais aussi grâce aux différentes histoires des protagonistes, comme la perte du père du jeune héros ou encore le drame familial qu’à connu monsieur Hun. Ainsi, outre des scènes d’entrainement agréables et des combats rondement menés, on ne s’ennuiera pas un seul instant et l’ensemble forme quelque chose de naturel et de suffisamment plausible. Bien entendu, on fermera les yeux sur l’entrainement loufoque et diablement efficace de monsieur Hun et la victoire finale du jeune héros, mais cela a aussi son charme et surement une importance pour les enfants regardant ce métrage. La réalisation est propre et ne prend pas beaucoup de risque, si ce n’est lors du passage du théâtre d’ombres, moment bien travaillé et relativement poétique.

Bien évidemment, le film fonctionne aussi et surtout grâce à la prestation des acteurs, et notamment de Jaden Smith, le fils de Will Smith et Jackie Chan. Pour ce dernier, il reste assez loin de ses derniers rôles plutôt humoristiques et caricaturaux. Il joue ici un ancien professeur de kung-fu qui s’est retiré des suites d’un accident qui a couté la vie à sa femme et à son fils. Il tient alors un rôle à la fois dramatique et touchant où les blagues vaseuses ne sont pas de mise. Et on voit que le maître des arts martiaux se débrouille plus que bien et qu’il reste très convaincant dans ce rôle. Cela fait d’ailleurs du bien de le voir dans ce registre plus dramatique et sérieux. On pourrait par contre se poser des questions sur la présence de Jaden Smith dans ce film. En effet, on pourrait parler du népotisme évident avec son père qui place ses enfants un peu où il veut entre le cinéma et la chanson, mais il faut avouer que ce cher Jaden Smith est relativement convaincant dans son rôle. Assez touchant, proche d’une réalité simple, il devient rapidement sympathique, surtout parce qu’il se fait latter la gueule durant une grosse moitié du film. Néanmoins, il reste très touchant lors de la révélation faite par Jackie Chan et prouve qu’il ne doit pas son accession devant les caméras que grâce à son père. On pourra aussi apprécier la prestation de Taraji P. Henson en temps que mère célibataire, qui est assez drôle et assez touchante aussi. Maintenant, est-ce que les phases d’action tiennent la route ? Oui, c’est d’ailleurs assez intéressant, car elles ne sont pas forcément nombreuses, on en verra surtout vers la fin du film lors du tournoi, mais elles sont intéressantes, bien filmées et bien chorégraphiées. On est loin des pitreries habituelles de Jackie Chan avec des tonnes d’objets. On pardonnera facilement l’écueil du petit black qui gagne le tournoi en apprenant très rapidement les rudiments du kung-fu face à de jeunes professionnels qui font ça depuis leur plus tendre enfance. La fin rappellera de façon évidente celle de Real Steel, tout comme le schéma narratif du film.

the_karate_kid_43

J’te jure, c’est pas moi qui ai volé le scooter à ta sœur !

Au final, The Karaté Kid est un film relativement sympathique. Bien entendu, il ne vaut pas celui de 1984, mais on est plutôt dans une relecture moderne de l’histoire, avec le même déroulement mais avec des éléments différents. Film familial par excellence, il permet de passer un bon moment sans se prendre la tête, entre comédie, drame et action. Comme quoi, il n’y a pas que des relectures dégueulasses dans le cinéma moderne et celui-ci donne l’espoir de voir des remakes ou reboots de qualité.

Note : 14/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=fvIiP_DAdu8[/youtube]

Par AqME

316356_10201093379436910_1464413393_nNote de Trasher: 15/20 Pas la bouse à laquelle je m’attendais.

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.