septembre 27, 2022

Underworld – Blood Wars – Sang Intérêt

De : Anna Foerster

Avec Kate Beckinsale, Theo James, Tobias Menzies, Lara Pulver

Année : 2017

Pays : Etats-Unis

Genre : Fantastique

Résumé :

Dans ce nouvel opus de la franchise de blockbusters, Underworld: Blood Wars suit la chasseuse de lycans Selene face aux agressions brutales des clans lycans et vampires qui l’ont trahie. Avec ses seuls alliés, David  et son père Thomas, elle doit mettre fin à la guerre sempiternelle entre les deux clans, même si cela implique pour elle de faire le sacrifice ultime.

Avis :

Pourquoi continuer une saga si sa qualité va en déclinant ? Tout simplement dans un but lucratif et il faut croire que la saga Underworld n’en a clairement plus rien à faire du public. Si les deux premiers films étaient plutôt sympathiques même si perclus de scories et de clichés, c’est à partir du troisième film que les choses ont commencé à se dégrader. On nous fournit une préquelle dont on connaissait déjà les tenants et les aboutissants grâce aux deux premiers épisodes et le quatrième opus est une purge atroce avec un scénario vide de sens et une volonté de toujours aller plus vite sans jamais développer les personnages et le scénario. Alors qu’attendre que Blood Wars, le dernier né de la franchise, qui est lui aussi une vraie suite ?

Si déjà les attentes n’étaient pas particulières avec ce métrage, à cause de la médiocrité du précédent film mais aussi parce que l’on sait que toute suite faite pour engendrer du pognon ne peut être bonne, au visionnage, le résultat est encore plus navrant. On avait laissé Sélène abandonner sa fille et combattre des loups-garous qui avaient trouvé un sérum pour devenir plus fort et encore plus violent. Là où on nous proposait des humains au milieu d’une bataille, on n’aura qu’un simple duel entre lycans et vampires pour une survie qui ne semble pas prête de s’éteindre. C’est bien simple, à aucun moment on a la sensation que les vampires ou les lycans vont disparaître, revenant sans cesse pour se mettre sur la gueule. Blood Wars n’échappe pas à cette règle et va raconter la sempiternelle baston entre suceurs de sang et mangeurs de chair. Rien n’est fait pour pousser le spectateur à la réflexion et quand on regarde le fil rouge du métrage, on se rend compte que c’est le même depuis le tout premier film. En gros, une des deux espèces veut dominer l’autre, il y a des traitres, des marchés sont conclus et Sélène se retrouve au milieu pour gérer tout ça à coups de tatanes. Un traitement binaire pour un film complètement stupide et qui passe complètement à côté de son sujet principal.

Car pour une fois, le film essaye tant bien que mal d’avoir un léger fond en critiquant ouvertement tous ces puissants qui veulent devenir encore plus puissant au mépris des autres et même des siens. Ici, entre un chef de meute insipide mais visiblement inspirant qui veut la force des hybrides et une vampire qui ne rêve que d’un siège au conseil des vampires, c’est la valse des opportunistes et des connards, mais tous ces bad guys sont complètement ratés. Surjeu perpétuel de Lara Pulver et de Tobias Menzies, les deux acteurs en deviennent risibles et surtout, ils ne dégagent aucun charisme. Difficile à ce moment-là de donner du crédit aux deux et de sentir de la haine ou de l’empathie pour eux. Mais le pire dans tout ça, c’est que même Kate Beckinsale semble perdue dans ce fatras sans queue ni tête et elle n’est même pas sexy dans cet opus. Il reste ceux qui gravitent autour de ces personnages comme Theo James qui essaye de s’en sortir sans jamais parvenir à faire ressentir quoi que ce soit et Charles Dance qui cachetonne pour la dernière fois.

La mise en scène est aussi une catastrophe. Il faut dire que l’on confie le projet à Anna Foerster dont c’est le premier film et la jeune cinéaste n’a pas un CV glorieux. Réalisatrice d’épisodes de séries, elle commence sa carrière en gérant les effets spéciaux d’Independence Day de Roland Emmerich. Alors forcément, quand on lui donne un projet de cette envergure, c’est plus complexe à gérer. On se retrouve donc avec des passages très kitschs, comme des ralentis inopportuns qui ne servent à rien et cassent le rythme de la fusillade, ou encore des moments presque gênants, notamment lors de la présentation de la nouvelle race de vampires, vivant dans le froid et dont le décor fait penser à de la fantasy des années 80. Aussi cheap que le troisième épisode, Blood Wars n’épargne pas non plus ses effets spéciaux, créant du lycan numérique à tout va et n’arrivant pas à trouver un juste milieu entre maquillage et images de synthèse. Même l’ambiance n’est pas intéressante, affichant toujours une imagerie bleutée fatigante et ne proposant pas de réels partis pris. Quand on regarde ce dernier opus, beaucoup plus sage dans les moments gores que les précédents, on a la sensation d’un film à destination des adolescents, alors qu’eux-mêmes n’auront pas connus les premiers épisodes.

Enfin, que dire des scènes de combat. Bien évidemment, quand on regarde déjà la fadeur de la réalisation, on ne peut que s’ennuyer devant les bastons. Si l’exploitation de l’espace se révèle un peu plus intéressante dans cet opus, évitant les combats de couloir à la Resident Evil, on reste face à des montages hyper cut et qui n’ont pas de sens. Qui est assez fou pour couper une scène de baston en plein milieu d’un corps à corps afin de passer à une course poursuite qui se déroule en parallèle ? Visiblement, il y a eu du souci sur le montage et cela se ressent dans ces séquences qui sont presque insupportables à regarder. Il faut rajouter à cela un éclairage minimaliste, donnant des zones sombres où l’on ne voit rien, notamment lors du combat final entre David et Semira, ainsi que des résolutions de fight hallucinants, où chacun en prend plein la tronche durant un quart d’heure pour finalement se débarrasser de son adversaire en un seul coup. Il y a réellement des incohérences flagrantes dans ce film qui font qu’on ne peut pas le prendre au sérieux.

Au final, Underworld – Blood Wars est une calamité. S’il peut se révéler plus plaisant que le premier pour son environnement légèrement gothique et la découverte d’une nouvelle race de vampires, il ne va pas plus loin niveau scénario et réalisation. Tournant toujours en rond autour de cette guerre entre lycans et vampires, le film ne renouvelle pas la saga et pire, l’enterre une bonne fois pour toute avec une mise en scène plate, des acteurs au rabais et surtout une histoire inexistante. Bref, un mauvais film qui veut cibler les ados mais qui ne fournit aucune substance.

Note : 06/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=ouuzCTG-4IY[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.