octobre 18, 2021

Tales From the Crypt

Tales-from-the-crypt

Résumé :

Une anthologie des comics d’horreur qui sont parus entre 1950 et 1955. Les prémices au genre horrifique, en quelque sorte.

Avis :

Après la seconde guerre mondiale, les comics de super-héros ne se vendaient par très bien. Les lecteurs étaient en attente d’une lecture différente, peut-être plus mature, ou encore changeant des habitudes prises par les maisons d’édition. C’est alors qu’en 1950 sort un nouveau genre de comics, celui d’horreur. Les Tales from the Crypt ont été publiés pendant 5 ans, et ont connu un succès retentissant.  Amorçant un genre nouveau dans la littérature mais aussi au cinéma, les contes de la crypte (nom en français) vont lancer une mode qui va aller crescendo dans les années suivantes. Aujourd’hui, Akileos sort une anthologie de ces veux comics pour le plus grand plaisir des fans et pour les amateurs d’histoires horrifiques old school. Alors que vaut ce premier tome réunissant 6 volumes d’origine ? Ouvrons ces quelques pages et enfonçons-nous dans la crypte sombre.

La première chose qui frappe quand on lit ces histoires, c’est qu’elles sont très courtes, et font entre 7 et 8 planches maximum. On se doute bien qu’à l’époque, la restriction de budget et de place était de rigueur et que les scénaristes, aussi bien que les dessinateurs ont du faire un gros effort de gain de place et proposer des scénarios pas forcément profond. Seulement, il faut aussi se dire que les sciences occultes, ainsi que les histoires d’horreur n’étaient pas forcément d’actualité à l’époque, où les sciences prévalaient un maximum. Ce qui est étonnant, surtout dans les premières histoires, c’est que la volonté d’ancrer un phénomène mystérieux et effrayant, puis de donner un retournement de situation totalement probable est très forte. On ressent presque un refus de croire en quelque chose de surnaturel. Par la suite, les histoires deviendront un peu plus fantastiques et on aura très souvent des interrogations sur la possibilité d’un truc comme ça (je pense notamment à l’histoire avec le bateau pirate fantôme). Le plus gros problème de ces histoires, c’est qu’avec la limite des planches, certaines vignettes sont couvertes de texte et les dessins n’obtiennent qu’une petite place. Cela dit, et malgré des histoires assez inégales, avec des scénarios simplistes comme Folie à Menderley ou d’autres assez drôles comme la main du maestro, on ressent vraiment l’époque et on voit très clairement l’évolution que prennent les histoires fantastiques et horrifiques. Ce que l’on peut aussi remarquer, c’est la volonté de faire quelque chose de différent à chaque histoire, et d’intercaler des histoires de fantômes, avec des histories de monstres, avec des histoires de folie ou de psychopathes (ah, l’histoire avec les décors de meurtres dans le parc d’attraction, un pur bonheur !), et ainsi donner au lecteur une sensation de changement très agréable et montrant toute une palette de sujets différents pour écrire des histoires d’horreur.

Au niveau du dessin, j’aime vraiment ce genre de trait, oscillant entre réalisme et fantaisie. Alors tout cela a pas mal vieilli, mais ce petit côté old school donne un coup de frais et on n’a pas à supporter toutes ces couleurs artificielles faites par ordinateur. D’ailleurs, le noir et blanc renforce cette aspect vieux comics et sied parfaitement aux différentes histoires. Quand je lis ça et là, sur divers sites que des gens se plaignent du dessin, qui l’a pris un coup de vieux, ou que les histoires sont débiles, il faut arrêter de prendre les gens pour des cons, car on sait ce que l’on achète et l’on sait à quoi s’attendre quand on achète les Tales from the Crypt. Ce qui est assez marquant, c’est le design des créatures, comme la bête du fond des mers, qui reste assez sommaire et pas très détaillé. Ceci dit, les émotions des personnages sont assez bien foutues, et on sent vraiment cet aspect typique des années 50.

Au final, Tales from the Crypt tient toutes ses promesses, plongeant le lecteur en plein dans les années 50 avec des histoires horrifiques inégales mais d’une fraîcheur incroyable. Les dessins d’époque sont plein de charme et rappelle les comics d’antan. De plus, on ressent vraiment les prémices de l’horreur et les bases que ce comics va poser en matière d’humour noire et d’histoire horrifiques avec ce qu’il faut de bestiaire fantastique (vampire, créature des mers, fantômes, Loup-Garou…) et avec des retournements de situation parfois inattendus, parfois attendus, mais assez savoureux. Une anthologie que je conseille aux amoureux de vieilles choses, aux fans de la série télévisée et aux amateurs de films d’horreur, proposant ainsi les débuts de cinéma de genre.

Note : 15/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.