février 7, 2023

Love & Friendship

13664837_1372232599456812_922505022_n

De : Whit Stillman

Avec Kate Beckinsale, Chloë Sevigny, Tom Bennett, Stephen Fry

Année: 2016

Pays: Irlande, France, Pays-Bas

Genre : Romance

Résumé :

Angleterre, fin du XVIIIe siècle : Lady Susan Vernon est une jeune veuve dont la beauté et le pouvoir de séduction font frémir la haute société. Sa réputation et sa situation financière se dégradant, elle se met en quête de riches époux, pour elle et sa fille adolescente.
Épaulée dans ses intrigues par sa meilleure amie Alicia, une Américaine en exil, Lady Susan Vernon devra déployer des trésors d’ingéniosité et de duplicité pour parvenir à ses fins, en ménageant deux prétendants : le charmant Reginald et Sir James Martin, un aristocrate fortuné mais prodigieusement stupide…

Avis :

« Love & Friendship » est le cinquième d’un réalisateur bien trop rare, Whit Stillman. Whit Stillman est un cinéaste américain qui s’est fait connaitre dès son premier film « Metropolitan« , un film pour lequel il s’était battu, allant même jusqu’à vendre son appartement pour que le film voit le jour. Depuis, l’homme prend son temps pour écrire chacun de ses scénarios, ainsi, il n’est pas rare de voir de longues périodes avant qu’un nouveau film de Whit Stillman voit le jour.

« Love & Friendship » met un terme à cinq années d’absence, puisque ce film « fait suite » à « Damsels in Distress« , sorti en 2011, un film avec Greta Gerwig, qui est resté assez discret lors de sa sortie en salle. Adapté de Jane Austen, « Love & Friendship » est donc un film de costume qui navigue entre le drame, la comédie et les trahisons. Et si le rythme est parfois un peu trop lent, Whit Stillman nous fait passer un petit moment détendu et drôle. Un moment qui est emmené par une Kate Beckinsale divine en Lady Susan, une veuve bien loin d’être éplorée.

13649610_1372232779456794_508668388_n

Angleterre à la fin du XVIIIe siècle, Lady Susan Vernon est une jeune veuve. Étant dans une position loin d’être honorable, elle va jouer de son pouvoir de séduction afin de se trouver un bon parti qui pourra assurer son avenir. Reprenant contact avec sa sœur, Lady Susan jette son dévolu sur Mr. Reginald DeCourcy, qui n’est autre que le fils de sa sœur. Lady Susan sait comment jouer avec le jeune homme, mais l’arrivée de sa propre fille dans la demeure familiale vient mettre des bâtons dans les roues de sa mère.

Auréolé d’un excellent scénario qui est exactement ce que l’on avait envie de voir et de suivre, « Love & Friendship » s’offre à nous comme une petite douceur qui sera aussi acide que sucrée. Avec cette histoire, Whit Stillman nous entraîne dans un film plaisant. Un film ténu, très discret, très « éduqué », à l’image de cette haute société anglaise. Le réalisateur arrive sans mal à nous faire ressentir cette tenue, ses non-dits par bonne conduite et ce respect qu’entretiennent les personnages. Ces rapports entre eux sont d’ailleurs le cœur du film. Le scénario est vraiment très bien écrit, jouant parfaitement avec les mots, étant tour à tour cynique, vicieux, cruel mais, naïf, tendre et beau. Les dialogues sont de petits bijoux parfaitement dosés qui en plus de ça sont soulignés et soutenus par des silences et des regards qui parfois sont lourds de jugement. Le film nous présente des personnages qui sont aussi attachants que parfois détestables, mais qu’on adore détester. Mais si tout est beau et bon, on restera aussi en retrait. On restera quelque peu déçu par l’intrigue que nous raconte le réalisateur et la façon qu’il a de nous la raconter, car même si l’on passe un petit moment sympathique, le tout, dans sa forme, reste assez formel. Malheureusement « Love & Friendship » ne surprend pas, le tout est assez convenu et c’est vraiment dommage, car malgré ce tout convenu, le film est déjà bon, parfois même très bon. Alors avec un constat pareil, on se laisse imaginer à ce qu’il aurait pu être avec une histoire plus prenante.

« Love & Friendship« , c’est aussi des décors et des costumes qui sont terribles. Le tout se fond dans l’intrigue et ça donne un très joli cachet visuel au film. Le film bénéficie aussi d’une BO très bien accordée à son époque. Une BO très anglaise et très jolie à l’oreille. Quand on regarde « Love & Friendship« , on imagine très bien que le film ne jouit pas d’un financement incroyable et pourtant, avec cette ambiance presque intimiste, Whit Stillman a su, avec beaucoup de talent et d’assurance, livrer un film qui tient le coup. Un film qui est crédible et qui de plus reste beau à regarder.

Mais là où le film a du mal à être égal, c’est dans sa mise en scène. Si Whit Stillman nous offre un film duquel ressortent des idées géniales, comme le fait de présenter ses personnages de manière humoristique et caricaturale en début de film, « Love & Friendship » doit affronter aussi une mise en scène qui traîne en longueur. Alors que l’on ne s’ennuie pas, « Love & Friendship » a tendance à étirer plusieurs de ses scènes. Peut-être que ce sentiment est renforcé par le manque de surprise dans l’histoire et qu’on devine assez vite comment elle va se finir, quoi qu’il en soit, il en ressort que Whit Stillman a du mal à conclure son film.

13664788_1372232789456793_162044870_n

« Love & Friendship« , malgré le fait qu’il traine en longueur et qu’il ne soit pas aussi prenant qu’on aurait voulu, reste toutefois un joli moment de cinéma, qui s’inscrit très (trop) classiquement dans la tradition des beaux films anglais de costumes. Parsemé d’humour, de drame et surtout de manipulations mondaines, « Love & Friendship » mérite bien son petit succès malgré ses défauts.

Note : 14/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=pg_FqaM3Uvs[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.