mai 29, 2024

Glass Animals – Zaba

glass-animals-zaba_600_600

Avis :

Quand un groupe sort un premier album, c’est toujours assez délicat de se faire connaître et reconnaître. Il faut dire que le marché du disque est en berne depuis l’avènement d’internet et du tout gratuit et que certains groupes doivent trouver des solutions alternatives pour réussir à percer le mur de l’anonymat. Et si faire des tournées permet de se faire voir et d’avoir une certaine notoriété scénique, les festivals semblent être aussi une solution de mise en lumière. Et quand on y pense, c’est assez logique puisque les petits groupes font l’ouverture de grands groupes et jouent ainsi devant un public grandissant et pouvant devenir potentiellement fan. C’est un peu ce qu’il s’est passé avec Glass Animals, groupe de rock indépendant britannique dont le premier album, Zaba, est sorti en catimini en Juin 2014. Il aura fallu attendre près de un an pour que l’album se vende bien, grâce à des shows télévisés, mais surtout grâce à une tournée des festivals les plus prestigieux comme Coachella ou encore Lollapalooza. Et c’est donc après plus de 130 concerts et un quasi tour du monde que le groupe commence à se faire un nom et devient l’un des groupes les plus en vue du moment. Et alors que le second album doit voir le jour en Août, il est toujours intéressant de se plonger dans les débuts d’un groupe prometteur.

Zaba commence tout en douceur avec Flip, un morceau calme mais qui monte crescendo et annonce clairement la volonté du groupe à faire du rock mais dans un style à part, presque ilien dans son atmosphère et d’une douceur infime. Ici, point de riffs agressifs, point de poussées criardes, mais au contraire une voix suave et lente ainsi qu’un mélange d’instruments électro et classique, offrant une mixité d’une fraîcheur inattendue. Et c’est bien ça qui ressort après plusieurs écoutes de cet album finalement très réussi. Donnant dans un style résolument cool, le groupe est entre le John Butler Trio et Weezer, dans une ambiance chaude et presque réconfortante. Le morceau le plus flagrant, image de cette osmose, c’est peut-être bien Toes, un titre au tempo lent mais envoutant et qui montre toute la palette artistique du groupe ainsi que la voix typiquement anglaise du chanteur. C’est doux, c’est frais, c’est calme et c’est vraiment bien fait. Mais ce n’est pas pour autant que l’album en lui-même est lénifiant. En effet, le groupe arrive à alterner les styles et les rythmiques avec un talent fou, sans pour autant renier leur héritage rock indé anglais. Ainsi, Black Mambo serait le résultat idéal de cette symbiose agréable et novatrice.

glass-animals-0389-874x575

Néanmoins tout n’est pas rose non plus. Car si le groupe fournit un album réussi et plutôt inattendu, il n’est pas exempt de défauts et de titres parfois inutiles ou trop lénifiants. A titre d’exemple, on peut citer Cocoa Hooves qui résonne parfois assez faux avec des distorsions pas toujours bien vues ou encore Walla Walla qui demeure trop étrange pour pleinement convaincre. Alors certes, c’est bien peu de pièces, mais cela entache un peu l’ensemble, car déjà que la rythmique est assez lente, il faut peu de choses pour rompre un équilibre fragile et il s’avère que parfois, on sort du skeud et la musique s’oublie aussi vite. Rien de bien méchant cependant, mais on sent encore les scories du premier album qui cherche encore des pistes pour devenir plus convaincant. Fort heureusement, et malgré le léger ventre mou en fin de session, JDNT redore le blason du groupe dans un titre aérien où le chanteur laisse éclater sa voix et dans lequel le refrain rentre rapidement en tête.

Au final, Zaba, le premier album de Glass Animals, est une jolie réussite qui a le mérite de fournir autre chose dans le domaine de l’électro rock. Résolument frais et novateur, on a bien du mal à croire que ces gars viennent d’Angleterre tant leur musique respire la chaleur et les rythmiques iliennes. Bref, un premier album plaisant, qui a son lot de petites erreurs, de petites errances, mais qui a le mérite d’aller au bout de son concept sans jamais céder aux appels du commerce, fournissant ainsi un style à part et qui pourrait bien être la symbiose parfaite entre l’électro et le rock anglais.

  1. Flip
  2. Black Mambo
  3. Pools
  4. Gooey
  5. Walla Walla
  6. Intruxx
  7. Hazey
  8. Toes
  9. WYRD
  10. Cocoa Hooves
  11. JDNT

Note : 14/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=IIA1XQnAv5s[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.