octobre 5, 2022

Elle – Perverse Fascination

13330450_1329650227048383_2046161889_n

De : Paul Verhoeven

Avec Isabelle Huppert, Anne Consigny, Laurent Lafitte, Charles Berling

Année : 2016

Pays : France, Allemagne

Genre : Thriller

Résumé :

Michèle fait partie de ces femmes que rien ne semble atteindre. À la tête d’une grande entreprise de jeux vidéo, elle gère ses affaires comme sa vie sentimentale : d’une main de fer. Sa vie bascule lorsqu’elle est agressée chez elle par un mystérieux inconnu. Inébranlable, Michèle se met à le traquer en retour. Un jeu étrange s’installe alors entre eux. Un jeu qui, à tout instant, peut dégénérer.

Avis :

Réalisateur culte qui a parcouru trente années de cinéma de manière incroyable, laissant derrière lui des films inoubliables, voilà dix ans, malgré le très bon « Black Book« , que Paul Verhoeven a « cessé » ses activités. Pendant dix longues années, il s’est fait silencieux. Puis alors qu’on ne l’attendait plus, le voici qui fait étrangement parler de lui chez nous. Alors qu’on aurait pu le voir de retour chez lui ou aux Etats-Unis, le Hollandais violent a choisi de faire un film en France, en français, et avec Isabelle Huppert, Laurent Laffite et Virgine Efira.

Un choix étrange qui a pour le moins piqué d’un coup les curiosités. Paul Verhoeven s’apprête-t-il a bousculé le cinéma français ? Évidemment que oui, car son cinéma bouscule et interloque toujours et ça même quand le film n’est pas terrible. Sélectionné à Cannes, les premières critiques annoncent le retour d’un grand Verhoeven. Impossible donc de laisser passer le film. Et c’est avec un plaisir fou qu’on va découvrir un très bon film du réalisateur. Un film qui correspond tout fait à ce que l’on aime et attendait du cinéma de Verhoeven.

« Elle » est donc un film fascinant, très ambigu et torturé. C’est un film de personnages. Des personnages incroyables, malsains, qui sombrent « dans un déni étrange ». Bref, Paul Verhoeven est bien de retour et s’il faut encore attendre dix ans pour avoir un film de cette élégance-là, alors nous sommes partants.

13282886_1329650293715043_1634600792_o

Michelle est une femme qui a très bien réussi dans la vie. À la tête d’une société de création de jeu vidéo, Michelle est une femme de pouvoir, elle gère sa vie et ses affaires d’une main de maître. Mais un matin, sa vie prend un nouveau tournant, car Michelle se fait agresser chez elle. Sans laisser de traces, son violeur disparaît, laissant Michelle seule. Mais de manière étrange, ce viol n’a pas l’air d’affecter tant que ça Michelle. Alors quand ce dernier se manifeste encore, Michelle se met à sa recherche et très vite, un jeu étrange et pervers commence entre l’agresseur et sa victime.

Quel retour incroyable que nous offre-là le grand Paul Verhoeven ! Un retour parfaitement gagnant qui confirme que le réalisateur, alors âgé de soixante-dix-sept ans, a encore plus d’un tour dans sa besace. Son « Elle » est une belle surprise, totalement dérangeante. Une surprise qui met terriblement mal à l’aise et tient en tension du premier au dernier plan.

Loin des conventions habituelles, Paul Verhoeven nous livre un film imprévisible, très torturé et névrosé, dont la force trouve ses fondations dans ses personnages et les relations qui les habitent, plus que dans son intrigue principale. Devant « Elle« , on reste scotché par l’élégance de sa mise en scène et le pouvoir qu’a Verhoeven à nous surprendre avec ce film particulier. En même temps, quel film de Paul Verhoeven n’est pas particulier ?

Oppressant dès le premier plan, austère, inquiétant, Paul Verhoeven nous entraîne dans une histoire dont seul lui a le secret. Une histoire où tout est ambigu, qui multiplie les rebondissements qui surprennent le spectateur, voire même qui le prend complètement en otage face à l’incongruité des situations. Une histoire dont chaque personnage a l’air de cacher quelque chose. Une histoire où chaque personnage, de par leurs névroses, leurs non-dits, leurs perversités ou encore leurs ambiguïtés, rend l’œuvre passionnante et même jouissive. Paul Verhoeven arrive à tenir un certain suspens terrible face à l’identité de l’agresseur de Michelle. Puis quand il la révélera, il fera basculer son film dans tout autre chose. Et si « Elle » était passionnant jusque-là, Paul Verhoeven, de manière habile et intelligente, arrive à rendre son film encore plus fascinant et dérangeant qu’il ne l’était déjà. Bref, c’est un grand coup de maître, surtout que « Elle » ira plus loin que la perversité de son intrigue principale. Car si l’on reste scotché et passionné par le scénario et son fil rouge, Paul Verhoeven développe en parallèle des sous-intrigues toutes aussi fascinantes. « Elle » aborde les relations père/fille, mère/fils. « Elle » parle du poids du passé ou encore des médias. « Elle » crée quelque chose de fascinant et tendue dans l’entreprise de Michelle. Paul Verhoeven aborde aussi l’univers des jeux vidéo, aborde les secrets, les intrusions abusives et les révélations que l’on peut découvrir grâce à l’informatique. Bref, le scénario d’ »Elle » est d’une richesse et d’une profondeur sidérante et c’est grâce à tous ces détails et bien d’autres encore que le film de Paul Verhoeven prend son spectateur pour ne pas le lâcher une seconde.

« Elle » est aussi un film étonnant, car Paul Verhoeven y installe un humour noir, presque déplacé, qui est totalement génial. Dans « Elle » vous riez parfois là où vous ne devriez pas. Paul Verhoeven et Isabelle Huppert décomplexent certaines choses atroces, bousculant la bienséance, et on apprécie autant qu’on est dérangé et encore une fois, « Elle » en sera d’autant plus fascinant.

« Elle« , c’est aussi une mise en scène d’une élégance incroyable dont beaucoup devraient s’en inspirer. Trop court, le film ne se voit pas passer. Subversif, incongru, charnel et pervers, Paul Verhoeven démontre qu’il n’a absolument rien perdu de ce qui faisait le caractère unique de son cinéma. La mise en scène lorgne beaucoup vers le malsain par les choix de son réalisateur. Avec « Elle« , on a une impression dérangeante de voyeurisme qui se dégage du tout. Un peu comme si nous étions les voyeurs tour à tour fascinés, amusés et dérangés de la tragédie qui se déroule devant nous. Et ce qui fait peur, c’est qu’on adore ça.

Pour « Elle« , Paul Verhoeven a choisi Isabelle Huppert et lui offre l’un des rôles les plus fascinants que l’actrice ait pu obtenir ces dernières années. Un rôle complexe, difficile, plein de souffrances, voire même de méchanceté. C’est un rôle courageux dans lequel le talent d’Huppert éclate. Elle est génial du début à la fin et arrive à rendre son personnage aussi inquiétant qu’attachant. D’ailleurs, il y avait peu d’actrices qui auraient pu tenir ce personnage et quand on voit le résultat, on constate que Paul Verhoeven a fait le bon choix. Et ce bon choix se confirme aussi pour les autres acteurs qu’il a choisis, puisque chacun d’eux trouve une place et une certaine fascination. Laurent Laffite est bluffant dans un rôle à contre-emploi. On appréciera la découverte de Jonas Bloquet qui incarne avec beaucoup de rage le fils d’Huppert. Ou encore Arthur Mazet, qui sans avoir un rôle incroyable arrive à tenir tête à Huppert et la relation que le film installe entre les deux personnages est assez fascinante.

13324257_1329650507048355_363104417_o

Paul Verhoeven vient donc bousculer le cinéma français, comme il l’avait fait avec le cinéma hollywoodien d’ailleurs. Son « Elle » est donc un petit bijou d’ambiguïté, de perversité et de nuance. Drame effroyable et thriller impeccable, « Elle » est beau, fort, dur, il ne laisse pas indifférent, il est dérangeant, il secoue et finalement, il fascine de bout en bout. Paul Verhoeven n’a rien perdu de son talent, on peut même dire que cette retraite de dix ans lui a fait le plus grand bien car un film aussi intense et riche, ça ne court pas les écrans tous les jours.

Note : 17,5/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=YqGJtnKZ2vs[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.