décembre 3, 2021

Le Mystère Dyatlov – Anna Matveeva

CVT_Le-mystere-Dyatlov_997

Auteur : Anna Matveeva

Editeur : Les Presses de la Cité

Genre : Thriller

Résumé :

L’histoire semble tout droit sortie d’un film d’horreur : neuf étudiants partent faire du ski dans l’Oural, en Russie, en février 1959, et n’en reviennent jamais. Après de nombreuses recherches, leurs cadavres sont finalement découverts avec d’étranges blessures : têtes et côtes fracassées, lésions internes, langue manquante… Tous auraient fui dans la terreur soudaine leur camp au milieu de la nuit pour se réfugier dans la forêt voisine où, sans équipement, ils n’avaient aucune chance de survivre au froid.
Les enquêteurs concluent l’affaire par « morts des suites d’une force inconnue et impérieuse » et la classent ensuite « Top secret »… Des années plus tard, les circonstances exactes du drame demeurent obscures. Dès lors, plusieurs hypothèses ne cessent de courir, des plus fantaisistes aux plus probables (apparition d’extraterrestres, vengeance de personnages mythologiques ou de tribus autochtones, expériences secrètes effectuées par des militaires ou des astronautes…).
Anna, la narratrice, décide de mener sa propre enquête.

Avis :

L’affaire du col Dyatlov est un fait divers peu connu dans nos contrées. En 1959, la mort de 9 randonneurs sur le mont Kholat Syakhl (littéralement : « la montagne aux cadavres ») a rapidement été étouffée par les autorités russes. Comment expliquer ce drame ? Pourquoi le gouvernement de l’époque a-t-il balayé sous le tapis cet étrange événement ? Plus important encore, qu’est-il arrivé à ces jeunes gens particulièrement expérimentés dans leur domaine ? Le mystère reste entier ; pour ne pas dire insoluble. Des spécialistes, des curieux et autres amateurs de bizarreries se sont penchés sur le cas en multipliant les hypothèses (des plus vraisemblables ou plus farfelues) sans jamais trouver la vérité.

De fait, la culture occidentale commence à s’y intéresser petit à petit en jouant particulièrement sur l’aspect paranormal des événements. The Dyatlov pass incident, found footage de Renny Harlin toujours inédit dans l’hexagone (assez bancal dans son traitement, cela dit) et Kholat, jeu vidéo à l’atmosphère travaillée. Mais il est question ici de littérature. Le livre d’Anna Matveeva a été repris à plusieurs reprises pour l’étoffer et le peaufiner depuis sa parution dans le magazine russe L’Oural. Est-ce un roman ou un essai documentaire ? À vrai dire, un peu du premier et énormément du second. Un mélange pour le moins surprenant et délicat à mettre en œuvre.

En effet, il est difficile de tenir en haleine avec une succession de documents plus ou moins officiels sans créer une certaine distance avec le lecteur ; a fortiori lorsqu’on aborde un sujet spécifique avec des termes techniques. Autopsie, rapport d’enquête, particularité d’une contamination radioactive, inventaire des objets personnels, lexique, pratique de la randonnée en milieu extrême… L’auteure passe en revue tout ce qui se rapproche de l’expédition Dyatlov de près ou de loin. D’un point de vue purement formel, Le mystère Dyatlov est un condensé exhaustif sur l’ensemble des faits qui entourent la mort de ces neuf jeunes gens expérimentés.

Pour faciliter la lecture, l’intrigue (comprenez, l’histoire romancée) et la documentation possèdent une police d’écriture différente. On suit avec intérêt le parcours et la découverte de la narratrice si tant est que l’affaire nous interpelle. Si la réalité dépasse souvent la fiction, la première prend le pas sur la seconde. Les protagonistes (peu nombreux, au demeurant) officient en arrière-plan pour que l’on puisse s’imprégner des faits, ce qui les a précédés, mais aussi les investigations entreprises par la suite. En cela, Anna Matveeva nous donne l’impression d’être un peu le dixième homme (ou femme) de cette expédition vouée à une tragédie énigmatique.

Il est vrai que certains passages peuvent paraître répétitifs. Toutefois, l’auteur confronte les différents intervenants et acteurs pour dénoter les variantes, les incohérences et les pistes qui découleront vers des versions à la plausibilité fluctuante. L’auteure n’apporte pas d’éclaircissements ou de réponses dogmatiques. Elle se contente de faire une synthèse objective sans prendre le parti du surnaturel ou du rationalisme. D’ailleurs, elle exposera plusieurs hypothèses sans se prononcer autrement que par un pourcentage de probabilité. Des méchants nains venus de l’Arctique au nuage de sodium ou à la chute d’un satellite, rien n’est oublié.

Au final, Le mystère Dyatlov est un livre à mi-chemin entre roman et documentaire. En s’appuyant uniquement sur la singularité d’une affaire irrésolue et la multitude de zones d’ombre qui l’entoure, l’aspect fictionnel est secondaire, pour ne pas dire anecdotique. Anna Matveeva expose les faits et permet au lecteur d’effectuer ses propres recherches et réflexions à partir de documents authentiques. Une approche originale non moins risquée qui se solde par un ouvrage prenant où le paranormal s’invite sans qu’on franchisse la frontière. Chacun y verra ce qu’il souhaite et c’est sur ce point que Le mystère Dyatlov montre toute sa richesse : en restant objectif sans oublier le côté émotionnel de la tragédie.

Note : 16/20

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.