juin 13, 2024

La Nostra Vita

12467730_1220787001268040_874886275_n

De : Daniele Luchetti

Avec Elio Germano, Raoul Bova, Isabella Ragonese, Luca Zingaretti

Année : 2010

Pays : Italie, France

Genre : Comédie

Résumé :

Claudio, ouvrier dans le bâtiment, travaille sur un chantier dans la banlieue de Rome. Il est très amoureux de sa femme, enceinte de leur troisième enfant. Un drame inattendu va soudain bouleverser l’insouciance de cette vie simple et heureuse. Pour survivre, Claudio va affronter avec rage l’injustice intime et sociale qui le touche. Le soutien de sa famille, de ses amis et l’amour de ses enfants vont l’aider à réussir le pari de la vie.

Avis :

Elio Germano dégageait quelque chose de très particulier dans « Suburra » de Stefano Sollima. Et l’acteur, qui est très loin d’être en début de carrière, a déjà une sacrée filmographie allant de Michele Placido à Abel Ferrara en passant par Rob Marshall ou Emanuele Crialese. Et son travail fut même récompensé puisqu’il fut honoré par trois David di Donatello, l’équivalent de nos Césars, en tant que meilleur acteur dans son pays, dont un pour ce film.

« La Nostra Vita« , c’est donc typiquement le genre de film qui fut une belle surprise. En une heure et demie, Daniele Luchetti nous invite à entrer au plus près de ce père courage qui va tout faire pour sortir la tête de l’eau.

12470986_1220787117934695_1999069204_o

Claudio est un jeune père de famille heureux en couple et dans son travail. Avec sa femme, ils attendent leur troisième enfant. Mais quand cette dernière accouche, elle perd la vie en donnant naissance à un petit garçon. En l’espace de quelques heures, Claudio voit alors son monde s’écrouler. Comment reprendre sa vie alors que la douleur est présente à chaque instant ? Essayant de ne pas sombrer dans le désespoir, ne serait-ce que pour assurer l’avenir de ses enfants, Claudio se lance alors corps et âme dans son travail. Mais une découverte, suivi d’un mauvais choix, vont alors compliquer encore un peu plus la situation.

« La Nostra Vita« , c’est la vie de tous les jours vécue par des personnages tout ce qu’il y a de plus simple. C’est une histoire tout ce qu’il y a de plus banale, mais que le réalisateur arrive très bien à nous faire ressentir. On entre dans « La Nostra Vita » comme on entre dans une tranche de vie. Les personnages qu’on s’apprête à suivre ne sont qu’alchimie et délicatesse. De suite, le film dégage une chaleur, une joie de vivre et l’on s’accroche très rapidement au personnage, ce qui rendra la suite d’autant plus touchante.

Ce qui est très bon avec « La Nostra Vita« , c’est que le réalisateur Daniele Luchetti a l’intelligence de ne pas faire sombrer son film dans la tristesse, le misérabilisme ou encore le glauque, alors qu’il est question d’un homme qui doit faire son deuil pour finalement avancer dans sa vie. Le scénario tient la route et s’aventure là où il faut aller. Daniele Luchetti sait très bien comment faire évoluer cet homme. La façon qu’il a de s’enfermer dans son travail pour oublier est touchante, voire même bouleversante à plus d’une reprise. Ce personnage, avec ce drame qui le touche, est en perpétuelle évolution et l’on apprécie par exemple le regard neuf qu’il va porter sur les ouvriers qu’il a engagés. Daniele Luchetti injecte un peu de social dans son film, parlant aussi de la condition des travailleurs clandestins et le contexte même de l’Italie et ce que certains habitants sont prêts à faire, flirtant avec l’illégalité, pour s’assurer que la tête est bien en dehors de l’eau et qu’ils ne finissent pas par se noyer. Un sujet lourd abordé avec beaucoup de discrétion et de pertinence par son réalisateur, sans pour autant que ce « nouveau » sujet finisse par passer au-dessus du deuil et des émotions de son personnage.

Le seul regret qu’on aura, car il ne fera pas avancer l’histoire, au contraire, c’est la découverte que Claudio va faire dans l’un des immeubles en construction. Cette découverte, et les tensions qu’elle apporte, n’était pas nécessaire et le tout est assez mal amené. C’est bien dommage, car c’est l’une des causes qui fait que le film baisse en émotion et qu’il ne soit donc pas si marquant. Ce qui est beau avec ce film, c’est aussi la mise en image de Daniele Luchetti. Son film est vivant, très clair et léger, alors qu’il aborde des sujets lourds, il respire la vie. Les plans bercés par l’éclairage superbe de ce soleil d’Italie sont très beaux à regarder. Puis l’image est simple, sans fioriture, elle reflète bien ses personnages.

Enfin, le film est porté par un magnifique Elio Germano. L’acteur n’a vraiment pas volé son prix à Cannes ou chez lui. Confus, en colère, nuancé, bouleversé, sans tomber dans le mélodrame, il crève l’écran et sera toucher comme il se doit. Et malgré la présence de comédiens tout aussi parfaits que lui, au final, on ne retient que lui une fois le générique arrivé. C’est franchement une très belle découverte, et c’est un nom qui devrait faire parler de lui.

12490276_1220787101268030_1987501314_o

Au final, Daniele Luchetti a très bien su gérer et mélanger ses sujets et ce père, qui essaie de garder la tête haute, car il ne peut faire autrement. C’est franchement dommage que le réalisateur y ait rajouté une intrigue de trop. Quoi qu’il en soit, « La Nostra Vita » est un film à voir, ne serait-ce que pour son acteur qui enrage intérieurement et pour le traitement du deuil que le réalisateur a parfaitement su mettre en scène.

Note : 16/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=6HvQ-Vg_Dsk[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.