juillet 15, 2024

Collectif Métissé – Rendez-Vous au Soleil

collectif-metisse-rendez-vous-au-soleil

Avis :

L’été est une période propice à la musique légère et aux passages obligés pour certains afin de vendre leur merde. En effet, pour les tubes de l’été, il ne faut pas chercher un grand technicien musical et encore moins un bon chanteur, il suffit d’un rythme entrainant, si possible déjà entendu un milliard de fois et des paroles qui rentrent facilement en tête. La chaleur et les vacances aidant, les gens ont le cerveau en mode off (pour certains c’est toute l’année) et il faut sa dose de débilité moderne pour ne pas passer pour un pseudo bobo archaïque auprès des enfants et des cons. Fort heureusement pour nous, Magic System ou le Collectif Métissé sont là pour nous sauver, sortant à chaque période la même daube auditive qui rendrait crétin le plus intelligent des intellectuels du monde entier. Entre musique pourrave et répétitive, paroles à la limite du délit culturel, ces deux groupes forment la sacro-sainte chanson française pour demeurés de la plage. Mais un mystère demeure. Comment un groupe comme le Collectif Métissé peut-il remplir l’Olympia ? Le français moyen est-il devenu un abruti fini ? Nos tympans sont-ils aussi abîmés que cela, au point d’en faire un déni de médiocrité ? On a voulu savoir ce qu’était vraiment le Collectif Métissé et on s’est plongé dans leur dernier album. On n’aurait pas dû.

Fer de lance de la diversité représentative d’une certaine France, le Collectif Métissé se nomme ainsi à cause des différentes origines de ses membres. Entre black blanc et beur, le groupe veut brasser un maximum de cultures pour régurgiter une purge auditive qui ne sera que répétition, facilité et médiocrité. C’est bien simple, sous ses couverts de politiquement correct, le groupe cache en fait quelque chose de bien plus dangereux, la volonté de ne rien faire, de se laisser aller et surtout, de ne s’intéresser à rien. Le premier morceau du skeud, éponyme de l’album, est une ode à l’abrutissement. Rendez-Vous au Soleil commence avec un accordéon pour ensuite flirter avec le reggae et le ragga mais version électro du pauvre. On a simplement l’impression d’être rétrogradé dans les années 90, où les tubes de l’été étaient une catastrophe que l’on retrouvait dans les Dance Machine. Le public visé est forcément jeune mais le problème vient de la grande diffusion d’une telle musique, qui provoque un nivellement vers le bas vertigineux. A la rigueur, si cela ne tenait qu’à une seule chanson, on pourrait se dire que l’aspect mercantile se fait sur un tube, ce qui peut paraître normal pour pouvoir bouffer. Mais non ! Tout l’album est dégradant et seuls deux thèmes sont brassés : les femmes et la fête. C’est hallucinant quand on regarde les titres : Touche pas à ma Fiesta, Kiffer la Life, On va se Lâcher, Faut pas se prendre la Tête, tout est fait pour devenir le crétin parfait, celui qui ne s’implique pas, celui qui est passif et qui ne pense qu’à danser, boire et baiser.

ob_1c570f_collectif-metisse-photo-promo-2-bd

Si c’est moins dangereux qu’un Booba au niveau des paroles, on est au degré zéro de la chanson française. Même les boîtes de nuit devraient refuser de passer une telle musique, aussi vide et aussi mal foutu. Les mecs, ils en sont à un tel point de branlette que même lorsqu’il faut chanter, c’est faux. On retrouvera même des morceaux qui ne veulent rien dire comme On va Wayner. A voir si cela à un rapport avec Bruce Wayne et que l’on devienne un Batman pour protéger son prochain, mais le thème semble trop complexe pour un groupe comme eux. Mais finalement, le pire dans tout ça, c’est que tous les membres du groupe vont te faire croire qu’ils aiment la chanson et qu’ils se cassent la tête à faire des albums. Alors déjà, quand tu sors un album tous les ans, faut pas venir me faire croire que tu bosses comme un malade, surtout quand tout se ressemble dans ton skeud. Mais en plus de cela, le groupe se permet une reprise d’un morceau qui a à peine un an, C’est la Vie de Khaled. Comment ne pas voir le côté commercial de la chose, le groupe essayant certainement de toucher des droits sur tous les mariages de France et de Navarre. Enfin, quand le groupe sort de son électro house des années Chirac, il propose une guitare sèche et un titre choral qui se rapproche d’un We Are The World. Malheureusement, encore une fois, c’est faux, c’est kitsch (on n’a plus fait depuis les années 80) et les paroles sur la famille sont d’une bêtise affligeante.

Au final, Rendez-Vous au Soleil, le dernier album du Collectif Métissé, reste une énigme, un mystère insolvable pour tout amoureux de la chanson, de n’importe quel horizon qu’elle soit. D’une nullité abyssale, le skeud propose trois versions de la même chanson, une reprise de moins d’un an et des morceaux similaires qui ne prônent que l’amusement, la fête et la non implication dans n’importe quelle vie sociale décente. Un puits sans fond de crétinerie au service d’une musique abominable que même Patrick Sébastien renierait s’il ne travaillait pas pour le service public.

  1. Rendez-Vous au Soleil
  2. C’est Pas Compliqué
  3. C’est la Vie
  4. Mariana
  5. Touche Pas à Ma Fiesta
  6. Bouge-Toi feat Tony Gomez
  7. Kiffer la Life
  8. Dolce Vita
  9. On Va Se Lâcher
  10. On Va Wayner
  11. Faut Pas Se Prendre La Tête
  12. Dis-Lui que tu l’Aimes
  13. Cool Man
  14. Les Filles Sont Belles
  15. Rendez-Vous au Soleil (Dj Fred Dance mix)
  16. Famille
  17. Rendez-Vous au Soleil (Acoustique)

Note : 00/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=SmsUh5iSYfI[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.