décembre 6, 2022

22 Jump Street

11259018_1091821890831219_483250380_n

De : Phil Lord et Christopher Miller

Avec Channing Tatum, Jonah Hill, Peter Stormare, Ice Cube

Année: 2014

Pays: Etats-Unis

Genre: Comédie

Résumé:

Les deux policiers Schmidt et Jenko, après être retournés au lycée pour mettre à découvert un nouveau réseau de trafiquants, retournent cette fois-ci à la fac pour démanteler un trafic de drogues.

Avis:

Il y a six ans maintenant débarquait sur les écrans un film d’animation en 3D au nom plutôt bizarre. Ce film, c’est « Tempête de boulettes géantes« . Ce film fut une véritable surprise pour moi, car derrière ce nom ô combien étrange et surprenant, se cachait en fait une très bonne comédie aussi drôle que touchante. Ce film, c’était le premier d’un duo de réalisateur Phil Lord et Christopher Miller et depuis ce premier film, le duo a fait son petit bonhomme de chemin, allant de succès en succès. On leur doit le premier « 21 Jump Street » et sorti la même année que sa suite, le succès pop et fun « Lego Movie« . Alors avec tant de succès dans l’humour, on est en droit de se demander si les deux réalisateurs ne sont pas les nouveaux rois du délire à Hollywood ? Et ce n’est pas leur série « The Last Man on Earth » qui ira dans le sens contraire…

Adapter la célèbre série « 21 Jump Street » au cinéma n’était pas une chose simple, on peut même dire que le projet était plutôt casse-gueule tant la série a marqué son époque. Et pourtant, malgré des maladresses, le premier film, emporté par les funs Channing Tatum et Jonah Hill s’est trouvé être plaisant, amusant, et même quelque peu touchant, grâce au caméo de l’année 2012. Il se trouve aussi que derrière les maladresses, le film fut aussi un véritable carton dans le monde et bien sûr, au vu des chiffres, on ne pouvait pas rester sur un seul film et c’est dans une logique presque implacable, que le quatuor Lord/Miller/Tatum/Hill s’est reformé pour un nouveau et bon délire.

11225943_1091821964164545_169787542_n

Schmidt et Jenko, ce sont les deux nouvelles recrues stars de la police de Jump Street. Ensemble, ils ont réussi leur première mission et fait tomber un redoutable trafic de drogues dans un lycée. Alors pour leur nouvelle mission, ils ont le droit aux bouchées doubles, avec deux fois plus de moyens. Pour cette nouvelle mission, ils doivent de nouveau démanteler un trafic, mais cette fois-ci, ce ne sera pas au lycée, mais à l’université qu’ils vont aller. Une nouvelle drogue est distribuée sur le campus. Elle a des propriétés assez surprenantes, appelées « why phy », elle est capable de stimuler l’attention pendant quatre heures et puis dérive sur un trip phénoménal, mais aussi très dangereux. Une élève a même fini par se suicider. Schmidt et Jenko vont devoir s’infiltrer, se faire accepter et découvrir qui est ce dealer au tatouage ringard. Cette nouvelle mission pour Jump Street va alors être des plus compliquées pour les amis…

Le premier « 21 Jump Street » avait été une bonne surprise pour moi. Alors que j’étais parti pour le détester, j’aime beaucoup la série, même si je ne l’ai pas encore vu en entier et l’idée d’en faire un film à la sauce un peu débile d’Hollywood avait le don de m’agacer. En fait, j’y étais allé car Johnny Depp y tenait un petit rôle dans dedans. Mais il s’est trouvé que j’ai passé un bon moment devant et j’en étais ressorti convaincu et amusé. Alors j’étais plutôt content de me replonger dans cette suite, qui du coup s’affranchit de « 21 Jump Street » en passant à « 22 Jump Street« . Donc après l’hommage à la série pour le premier film, les deux réalisateurs ont pu faire avec plus de liberté ce qu’ils voulaient avec cette suite et il s’avère qu’ils ont réussi à nous offrir une bonne suite, bien délirante et qui s’avère être même un poil au-dessus du premier film.

Ce que j’ai trouvé cool dans ce nouveau film, c’est qu’il s’agit d’un copié-collé du premier, mais à l’envers, et malgré le côté un peu prévisible de l’histoire, ce fait d’inverser les rôles par rapport au premier film, donne de la drôlerie au film. Dans son intrigue, on n’aura donc pas de grosses surprises, le film sera assez linéaire et le méchant, pour ma part, a très vite été découvert (c’était tellement évident…). Mais alors pourquoi ce film s’avère être un poil au-dessus du premier ? Eh bien, c’est pour les gags que j’ai trouvés vraiment très bien vus, plusieurs m’ont fait rire devant la « nullité assumée » qu’il dégage. C’est con, mais ça marche. Les scénaristes qui ont planché sur l’intrigue ont eu plein de bonnes idées pour le film, les meilleurs étant toutes les fausses allusions à l’amour très « gay » que se portent les deux personnages principaux. C’est franchement drôle, on a le droit à un vrai petit couple et plusieurs scènes par rapport à cela sont même énormes. Ensuite, et ça c’est un gros point fort, c’est l’humour qui n’est pas lourdingue ni vulgaire. On a le droit de vrais gags qui s’appuient sur des situations loufoques et cocasses. Nul besoin d’appuyer sur le cul ou de roter pour faire rire, c’est plus subtil et ça fait du bien. Le film offre aussi de multiples références et autres clins d’œil, allant des années 80, où l’on reconnaît « L’arme fatale« , aux années 2000 avec « Fast and Furious« . Puis enfin, et là, c’est le petit plus qui termine le film en beauté, c’est ce générique final, hilarant, qui se caricature lui-même. Rien que d’y penser, je me marre tout seul. Si beaucoup d’idées dans le film sont bonnes, je crois que ce générique, c’est la meilleure et il fait qu’on termine le film sur une note tordante, presque frustrante, car on aimerait bien qu’il se réalise pour la plupart (ceux qui ont vu le film me comprendront).

Le film fonctionne aussi bien car il y a une bonne alchimie qui se dégage des deux acteurs principaux. On sent qu’ils s’éclatent à jouer ensemble. On a l’impression de retrouver deux potes et c’est cool. J’adore les petites vannes qu’ils peuvent se balancer ou encore les fausses crises de jalousie, « 22 Jump Street« , c’est aussi un bon film sur l’amitié. On a le droit à de vrais moments de complicité, des délires, et des coups plus durs, et la petite morale est bienvenue.

Le film bénéficie aussi de bons seconds rôles, entres les nouveaux arrivants, plutôt bien trouvés, Wyatt Russell est énorme, et des anciens qui reviennent (Rob Riggle dégueulasse à souhait, le pauvre Dave Franco) et les récurrents désormais, comme Ice Cube, qui est tellement drôle ici, avec ce qu’il lui arrive. Ce casting est lui aussi bien trouvé, bourré de bonnes idées, il est aussi cool que le film lui-même.

11287749_1091822060831202_1252455649_o

Cette suite est donc très plaisante. Alors oui bien sûr, ce n’était pas la comédie de l’année dernière, le film a des faiblesses, tout n’est pas aussi bien que ça, j’aurais apprécié une histoire un peu plus creusée dans l’enquête que mènent les deux et que ce grand méchant soit moins évident, mais au final, j’ai passé un bon moment, j’ai souvent ri, ce qui devient assez rare et puis franchement, terminé le film avec ce générique déjanté, fait que je ne peux garder que de bons souvenirs. Alors pour répondre à ma question, sur le fait que Phil Lord et Christopher Miller sont peut-être les nouveaux rois de la comédie à Hollywood, j’ai envie de répondre oui, car en seulement quatre films, les deux ont réussi à beaucoup me faire rire et j’attends de voir leur prochain délire.

Note : 14,5/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=E75vDXAQzzI[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.