décembre 3, 2021

Le Secret de l’Alchimiste – Scott Mariani

iyfh

Auteur : Scott Mariani

Editeur : City Poche

Genre : Thriller

Résumé :

Ancien membre des commandos d’élite, Ben Hope est hanté par les drames de son passé et il voue sa vie à la recherche d’enfants disparus. Lorsqu’il est contacté par un mystérieux employeur pour localiser un manuscrit dont le contenu pourrait sauver une petite fille, il accepte de se lancer dans l’aventure la plus périlleuse de son existence. Ce document révélerait la formule de l’élixir de longue vie découverte par l’alchimiste Fulcanelli Mais Ben n’est pas le seul à vouloir tout risquer pour cet incroyable trésor. Depuis les Nazis pendant la guerre, jusqu’à la puissante société secrète catholique Gladius Domini, tous ont tenté de s’emparer du mythique secret de l’immortalité. Ben Hope fait équipe avec une scientifique pour suivre les traces des anciens cathares dans le Languedoc où le secret – s’il existe – pourrait bien être dissimulé depuis des siècles…

Avis :

Le thriller ésotérique aura marqué les années 2000 avec le succès du Da Vinci Code et la découverte des références du genre telles que Steve Berry, James Rollins ou Henri Loevenbruck pour n’en citer que quelques-uns. Aussi, c’est assez tardivement que Scott Mariani s’invite dans ce paysage littéraire fourni. Diplômé de lettres, journaliste et traducteur, l’homme n’est pas étranger au monde des mots. Pour son premier roman (parution en 2007), il se penche sur Fulcanelli. Si l’alchimie a déjà effectué plusieurs incursions dans le domaine, le mystère qui entoure Fulcanelli est l’occasion d’explorer les multiples légendes et rumeurs qui se répandent à son sujet.

Ainsi, l’intrigue se basera non seulement sur le passé et les éventuelles découvertes de Fulcanelli, mais fouillera le thème vers des horizons bien connus des férus d’ésotérisme : la disparition des cathares, le trésor de Rennes le château, les penchants occultes des nazis (toutefois, à peine évoqués). Chaque élément se justifie parfaitement au sein de l’histoire. Les liens sont parfois ténus et néanmoins plausibles pour tisser une trame saisissante sur un rythme nerveux au possible. L’architecture du roman s’axe sur des chapitres courts via une dynamique qui ne faiblira qu’en de rares instants.

Ainsi, on n’échappe pas aux habituelles courses-poursuites, fusillades et recherches d’artefacts ou de reliques inestimables. En ce sens, il est vrai que la progression se montre linéaire, voire prévisible. Les retournements de situation sont attendus, les péripéties nombreuses, mais l’issue ne fait aucun doute. Ajoutons des énigmes et des codes à la construction tortueuse et le cahier des charges du genre est rempli à la ligne prête. Pour autant, le style de l’auteur et l’immersion quasi immédiate permettent d’explorer les méandres de l’alchimie sans se perdre en détails inutiles ou propos abscons.

L’on ne fait peut-être qu’égratigner la surface d’un mythe, il n’en demeure pas moins que Scott Mariani maîtrise son sujet sans se complaire dans un amas de connaissances et de documentations qui aurait pu laisser de côté les novices. Accessible, Le secret de l’alchimiste l’est à n’en pas douter sans toutefois édulcorer ou négliger le thème principal. Il en ressort autant une lecture « plaisir » qu’un apprentissage pour découvrir les rudiments de la discipline et, plus globalement, ceux de l’ésotérisme. L’auteur distille ses théories en restant aussi proche que possible de la réalité avec une modeste touche de mysticisme (la quête de l’immortalité ou de la jeunesse éternelle).

Les personnages sont, quant à eux, dans la norme. À savoir, ni repoussants, ni réellement attachants. La faute à un traitement convenu qui privilégie l’héroïsme inconsidéré au détriment du réalisme. Toutefois, les caractères bien ancrés, ainsi que les confrontations entre les différents intervenants atténuent les clichés et d’éventuelles caricatures inhérentes aux antagonistes. Chacun dispose d’un passé plus ou moins fouillé et/ou torturé, des motivations propres, ainsi que des comportements crédibles au vu de ce que l’on connaît d’eux ou croit connaître d’eux.

Au final, Le secret de l’alchimiste n’est pas une surprise si l’on attend une approche singulière du genre. Prévisible dans son déroulement, l’histoire est néanmoins efficace à plus d’un titre. Autant son sujet se révèle intéressant, autant son traitement s’adresse à tous les niveaux. Entre péripéties et explorations en tout genre, cette première aventure de Ben Hope possède un charme évident pour ceux qui ne sont pas étrangers et insensibles à celles d’un certain Cotton Malone ou de l’équipe Sigma Force. Un roman nerveux et maîtrisé.

Note : 14/20

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.