mai 26, 2024

Bates Motel Saison 1

ACH003376552.1411491608.580x580

D’Après une Idée de : Anthony Cipriano

Avec Vera Farmiga, Freddie Highmore, Max Thieriot, Nicola Peltz

Pays: Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 10

Genre : Drame

Résumé :

Après la mort mystérieuse de son mari, Norma Bates décide de refaire sa vie loin de l’Arizona, dans la petite ville de White Pine Bay dans l’Oregon, et emmène avec elle son fils Norman, âgé de 17 ans. Elle rachète là-bas un vieux motel abandonné depuis de nombreuses années, ainsi que le manoir qui trône majestueusement quelques mètres plus loin. La mère et le fils partagent depuis toujours une relation complexe, presque incestueuse. Des événements tragiques vont les pousser à se rapprocher encore davantage. Ils partagent désormais ensemble un lourd secret…

Avis :

Il est de bon ton de dire qu’en ce moment, les séries télés concurrencent dangereusement le cinéma. Il faut dire que l’on trouve des bouzins infâmes sur grand écran alors que les séries télés gagnent fortement en qualité, autant au niveau de l’image que du scénario. Si le phénomène s’est démocratisé assez récemment, on remarquera que le domaine de la série reste assez restrictif sur plusieurs points et notamment sur celui de l’argent qu’elle fournit. En effet, si une série ne fonctionne pas, elle est immédiatement arrêtée, ce qui fait que les fans n’auront pas droit à une fin décente. Alors bien évidemment, comme au cinéma, les séries sont soumises à la loi du marketing et les scénaristes doivent se soumettre aux quatre volontés des chaînes. Mais pour s’assurer de bonnes audiences, les chaînes productrices ont trouvé un filon doré, celui d’exploiter les films en format télévisé. Une Nuit en Enfer, Daredevil, bientôt Suspiria ou encore Bates Motel, toutes ces séries font référence à des films plus ou moins cultes et essayent soit d’offrir une relecture, soit un reboot d’un personnage. Ainsi, Bates Motel voit le jour, en rappelant au bon souvenir du film Psychose d’Alfred Hitchcock. Sauf que la série se déroule de nos jours et que ce bon vieux Norman Bates est tout jeune (17 ans) et qu’il va subir ses premiers émois.

bates-motel-nice-town-picked-norma

Norma Bates vit avec son fils Norman et son mari. Mais celui-ci décède dans un accident et Norma, avec l’argent de l’assurance, décide de changer de vie et achète un motel avec une maison. Très possessive, elle protège Norman, un garçon réservé, de certaines choses de la vie comme les filles. Mais quand le grand frère apparait pour revenir vivre à la maison, les choses changent et Norman prend de plus en plus de liberté au grand dam de sa mère. Elle va alors se rendre compte qu’à White Pine Bay, les gens cachent bien leur jeu et que bien souvent ils ne sont pas ce que l’on pense.

Faire une série autour du personnage de Norman Bates, voilà un pari risqué et assez inhabituel. Et puis il semble difficile de remplacer Anthony Perkins dans le rôle. Et pourtant, ce pari sera à moitié réussi dans cette première saison qui tient presque toutes ses promesses. Afin de ne pas dénaturer l’œuvre de Hitchcock, les auteurs ont eu le bon sens de partir dans une autre direction que la simple suite avec la jeunesse de Norman Bates. Mais une jeunesse qui se déroulerait de nos jours. Les jeunes ont des Iphones, les ordinateurs sont de sortis et internet permet de trouver tout ce que l’on souhaite. Cette ambiance pourrait être décevante, mais elle va être contrebalancée par un aspect rétro général. Norma Bates roule dans une vieille Mercedes, le motel est assez miteux et très vintage, tout comme les tenues de la maman. Cette ambivalence va jouer en faveur de la série, car elle est en adéquation avec les personnages. Si c’est relativement déroutant au départ, cela fonctionne de façon assez pertinente par la suite.

Les personnages sont aussi très intéressants car ils jouent tous un double-jeu. On détestera Norma durant les premiers épisodes, pour comprendre par la suite les raisons de son protectionnisme excessif. Il se passe l’effet inverse avec son fils (Freddie Highmore est plutôt bon) qui deviendra au fil des épisodes le taré que l’on nous vend. Entre des échecs dans sa vie d’ado transi et des personnages secondaires proche du psychopathe, on va vite comprendre pourquoi Norman Bates devient le malade mental qu’il est. A côté de cela, on trouve d’autres personnages moins nuancés mais tout aussi intéressant dans leur utilité. Le grand frère est celui qui va réellement protéger sa famille et qui va ouvrir son frère au vrai monde. Quant au shérif, il est assez détestable, mais reste finalement le personnage le plus normal de la série. Cette dichotomie avec tous les protagonistes proposent quelque chose de trouble et de plutôt intéressant, happant le spectateur pour une révélation finale logique mais inattendue.

D’autant plus que la série explore de nouvelles pistes concernant l’entourage de Norman Bates, avec du trafic de femmes asiatiques ou encore la culture de champ de cannabis, premier commerce local, mais dont les travailleurs risquent leur peau (littéralement). Alors effectivement, cela peut paraître un peu grossier, mais ça apporte de l’eau au moulin et permet d’étoffer un peu cet univers si particulier, à l’image de son personnage principal, qui peut partir en vrille un peu n’importe quand. On ressent aussi une pointe mal-être sur certains points, avec notamment une prof qui est assez proche de Norman ou encore une relation mère/fils très fusionnelle qui dérange. Néanmoins, tout cela reste encore bien gentil et ne va pas très loin dans les délires psychotiques ou relationnels.

bates-motel-the-truth-review

Au final, la première saison de Bates Motel est plutôt une bonne surprise. Il faut dire que le format de dix épisodes est idéal, évitant ainsi les épisodes qui ne servent à rien et un rythme trop langoureux. Les acteurs sont au top, Vera Farmiga en tête, et la réalisation est plutôt solide. Une première saison qui pose les bases, qui divertit et qui reste assez intéressante, notamment dans le traitement de Norman Bates, ce qui est déjà pas mal.

Note : 14,5/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=L4ABq1FuEmI[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.