décembre 7, 2021

Sale Gosse – Stephen King

7770432171_sale-gosse-la-nouvelle-de-stephen-king-publiee-vendredi-14-mars-en-version-numerique

Auteur : Stephen King

Editeur : Albin Michel

Genre : Thriller

Résumé :

Un gamin diabolique qui provoque immanquablement la disparition de vos proches, un sale gosse qui a conduit le comptable George Hallas dans le couloir de la mort. Et qui pourrait bien un jour croiser votre chemin…

Avis :

Pour la promotion de Docteur Sleep, Stephen King effectuait une tournée en Europe en 2013, plus particulièrement en France et en Allemagne. Fort de l’accueil qu’il a reçu, le romancier à succès décide de rédiger une nouvelle destinée exclusivement à ces deux pays pour les remercier. Après la suite de Shining et de Plein gaz (autre nouvelle écrite en collaboration avec son fils Joe Hill), voici donc une (très) courte histoire disponible au format numérique pour 4 € ; somme exorbitante au vu de l’épaisseur du livre (à peine 54 pages). Une fois la pilule avalée, pouvons-nous apprécier ce Sale Gosse, si tant est que cela soit possible ?

L’intrigue nous plonge dans le couloir de la mort en compagnie d’un homme bien sous tous rapports ayant tué un enfant de sang-froid. Comment ? Pourquoi ? Là est toute la question dont le narrateur tentera d’exposer le mobile en remontant dans le passé de l’assassin. Si le milieu carcéral a déjà été exploré par l’auteur dans La ligne verte ou Les évadés, cette brève incursion délaisse le côté émotionnel, ainsi que la profonde réflexion sur la peine de mort et l’enfermement pour rentrer dans le vif du sujet avec un minimum d’explication, format oblige. De fait, l’environnement ne se révèle qu’une toile de fond savamment mis en scène pour une série de flash-back.

Ceux-ci ne sont pas destinés à excuser l’assassinat du sale mioche, mais à entrevoir un début de compréhension. Harcèlement et moqueries parsèment le quotidien de Georges avec une touche de fantastique. En effet, l’enfant (ou quoi que ce soit) ne vieillit jamais au fil des décennies et semble être la cause des malheurs de notre malchanceux protagoniste : accidents, suicide, meurtre… Sa vie se ponctue de tragédies qui auraient pu être évitées, du moins nous le fait-on croire. Seulement, à force de mener son intrigue à cent à l’heure, l’on aura que peu d’explications en amont, a fortiori en dernière ligne droite.

La conclusion se révèle assez prévisible et laisse des portes trop grandes ouvertes. Quid de l’origine de cette créature qui traverse les âges sans être affectée par le temps ? On peut aussi bien croire à un fantasme, à un démon ou à un fantôme. À trop répandre des interrogations sans apporter de réponses, il aurait été préférable d’entretenir le doute concernant la crédibilité de la version du coupable. Imagination débordante, folie, mensonge prémédité ? Il manque clairement un élément pour pleinement apprécier cette nouvelle.

Certes, l’on reconnaît bien cette propension de l’écrivain à dépeindre un portrait des États-Unis authentique avec ces détails insignifiants qui, au final, contribue à développer l’ambiance générale. Seulement, les protagonistes sont confrontés à de vagues esquisses où se rencontrent des caricatures assez grossières. Tant la description physique que la morale du sale gosse se montrent puériles, tant il est évident de le détester. Des subterfuges faciles et des traits de caractère peu étonnants sont le lot de cette histoire.

Malgré la démarche louable de l’auteur pour remercier ses fans européens, Sale gosse est une nouvelle en demi-teinte. Outre son prix, on regrettera une intrigue qui laisse planer davantage de questions que de surprises. La faute à une interprétation du lecteur trop large, un développement en deçà de nos attentes et des personnages caricaturaux et aux comportements peu réalistes. En dépit d’un côté fantastique sympathique, on ne fait que survoler l’histoire via un moment distrayant et néanmoins peu impliqué par la succession de drames. Stephen King nous a habitués à bien mieux dans le domaine de la nouvelle.

Note : 12/20

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.