mai 16, 2021

Divergente 2: l’Insurrection

10405928_1061431503870258_408856299_n

Titre Original: Insurgent

De : Robert Schwentke

Avec Shailene Woodley, Theo James, Octavia Spencer, Jai Courtney

Année: 2015

Pays: Etats-Unis

Genre: Science-Fiction

Résumé :

Dans un monde post-apocalyptique où la société a été réorganisée autour de 5 factions (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères et Fraternels), Tris a mis au jour un complot mené par la faction dominante, les Érudits, dirigés par Jeanine. Abandonnant une ville à feu et à sang, à la recherche d’alliés, Tris et Quatre sont désormais traqués par les autorités. Jeanine décrète la loi martiale pour anéantir les Divergents, tandis que la guerre entre les factions prend de l’ampleur. Pourquoi les Divergents sont-ils une menace pour la société ? La découverte d’un objet mystérieux, hérité du passé, pourrait bien bouleverser l’équilibre des forces…

Avis :

Il y a quelques années maintenant, Hollywood a découvert les sagas littéraires. C’est avec un certain « vampirique » « Twilight » que la Mecque du cinéma a ouvert cette nouvelle ère. Depuis, les sagas ont fleuri, mais sont toutes assez moyennes, voire même mauvaise dans l’ensemble. Alors après nous avoir donné des « Âmes vagabondes« , des « Hungers games« , des « Le monde de Narnia« , des « Le labyrinthe« , on trouve « Divergente« , dont le premier volet était sorti en 2014.

Parfois, dans une vie de cinéphile, on aime se faire violence, on aime garder espoir, gardant toujours cette envie incroyable d’être surpris. Alors que le premier ne m’avait pas du tout convaincu, qu’il faisait même partie du top de mes flops de l’année passée, j’ai décidé de poursuivre l’aventure, espérant trouver quelque chose de mieux (puis l’argument Kate Winslet/Naomi Watts dans le même film m’a d’autant plus tenté), et c’est un peu le cas. Moins détestable que le premier film, ce nouvel épisode reste un déballage de guimauve qui nous réserve quelques vraies bonnes idées.

11079767_1061431687203573_82629364_n

Après avoir réussi à déjouer les plans de la diabolique Jeanine, Tris est obligée de fuir et trouve refuge chez les Fraternels. Alors qu’elle et Quatre sont les ennemis publics numéros un, Jeanine déclare la loi martiale sur la ville. En parallèle de ça, elle commence à étudier le fameux objet trouvé. Un objet qui devrait révéler au monde un secret pour pouvoir mieux vivre. Jeanine va alors découvrir que pour ouvrir cette « boite », il lui faut des divergentes. Elle va alors se lancer dans une quête effrénée. Tris et Quatre, eux, vont devoir faire alliance avec les sans factions et commencer à planifier une lutte contre les Érudits et leur cheftaine Jeanine.

Exit Neil Burger, réalisateur du premier chapitre, aujourd’hui, on dit bonjour à Robert Schwentke, l’homme derrière « Flight Plan » ou « R.E.D« . Le nom du réalisateur avait de quoi plaire et passer après la bouse de Neil Burger ne devrait pas trop être difficile. Et bien la réponse est oui et non, car ce deuxième épisode est vraiment très partagé. Plus sympa que le premier, avec Schwentke aux commandes, la saga « Divergente » gagne quelques bons moments. Et je parle bien de moments, car dans le film, « Divergente » reste encore et toujours un film qui lorgne sur le vraiment pas terrible. Suite logique du premier, ce numéro 2, comme son grand frère, n’a aucune ambiance, malgré les moyens engagés. Comme pour le premier, le film sent le fond vert à plein nez et gagne même un côté très clip, à l’esthétisme poussé pour lui donner de la tronche sur son final. D’ailleurs, c’est même beaucoup trop sur la fin. Et c’est dommage, car comme pour le premier, ce nouveau film a de bonnes idées, mais l’écriture, très survolée et surtout naïve enlève toutes émotions et empathie pour l’histoire et pour les personnages. Pourtant, le film contient de bonnes scènes qui d’un coup relèvent le niveau. Je pense à une scène de test de vérité par exemple que j’ai trouvé prenante. Ou encore des personnages assez ambigus, qui installent quelques surprises, chose qu’il manquait cruellement au premier. Mais à chaque fois que le film est sur la bonne voie, il se rétame à la scène suivante et anéantit tous les efforts faits avant…

Donc si le scénario nous donne de belles idées, la mise en scène, elle, n’est vraiment pas ce que l’on a fait de mieux. « Divergente 2 » n’est pas spécialement mal filmé, mais le réalisateur s’enferme dans des effets de style détestables (les zooms rapides ont dix ans de retard). Comme pour le premier, on regrette le manque d’ambiance. Esthétiquement, le film est très fade et surtout bien trop facile. Puis les effets spéciaux font très numérique. C’est vraiment dommage vu l’ambition que l’on devine en regardant le film défiler.

Encore une fois, côté casting, la saga s’est fait plaisir en se payant un casting de luxe, mais pas forcément très utile dans son intrigue. La petite Shailene Woodley est pas mal du tout et retrouve son personnage qui gagne en maturité. Décidément, cette actrice, même si elle tourne dans des films pas terribles, arrive toujours à tirer son épingle du jeu et « Divergente » en est la preuve parfaite. Je peux même dire que le film gagne beaucoup en intérêt grâce à elle. Par contre, c’est toujours le même résultat en ce qui concerne le pauvre Theo James, c’est-à-dire fade au possible et sans expression. Tout comme Jai Courtney qui comme son collègue n’a qu’une seule expression, l’acteur croyant qu’il suffit de faire les gros yeux pour paraître méchant. Comme je le disais plus haut, c’est un casting de luxe auquel on a le droit et « Divergente » réunit à l’écran Kate Winslet, toujours aussi bien dans la peau de la saloperie de service et une Naomi Watts assez « badass » dans la peau d’un chef de groupe. Et au milieu de tout ce beau moment, c’est bien Miles Teller qui s’en sort le mieux, avec un personnage vraiment intéressant et ambigu pendant tout le film.

11087087_1061431587203583_1353490115_o

Alors comme prévu, le verdict ne change pas du tout au tout, « Divergente 2 » suit les pas du premier, tout en rehaussant d’un tout petit cran le niveau. Le premier film était risible et mauvais, celui-ci sera simplement pas terrible… À voir, ou à éviter, c’est à vous de voir maintenant …

Note : 07/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.