juillet 15, 2024

Zombieland The Series

11004749_1039825292697546_285935334_n

D’Après une Idée de : Rhett Reese et Paul Wernick

Avec Tyler Ross, Izabela Vidovic, Mairana Walsh, Kirk Ward

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie, Horreur

Nombre d’Episodes : 1

Résumé :

Série adaptée du film Bienvenue à Zombieland

Avis :

En 2009, arrivait sur nos écrans un film de Ruben Fleischer appelé « Bienvenue à Zombieland« , une excellente comédie menée par un quatuor d’acteurs géniaux et qui nous a réservé son lot de surprises. Le film, pour beaucoup, est entré dans leur meilleur film de zombie. Même si celui-ci était une comédie, il y avait les ingrédients d’excellents « Zombie movies ». On peut même dire que « Bienvenue à Zombieland » est aujourd’hui aussi culte que son aîné « Shaun Of The Dead« . Alors en adaptant la suite qui commence à se faire plus que désirer, nos amis producteurs hollywoodiens ont voulu décliner l’idée du film en série. Pourquoi pas…

Présenté en 2013, « Zombieland » aurait pu être le penchant comique pour faire face à « The Walking Dead« , surtout que la série partait avec un plus, tout le monde ou presque connaissait le film de Ruben Fleischer. Mais voilà, après un épisode seulement, la série fut directement annulée et le projet jeté avec perte et fracas aux oubliettes. Pourquoi une telle décision ? Même si l’idée vient d’un film, on peut dire que les zombies ont la cote, que ce soit sur le grand ou le petit écran, « Dead Set« , « Z Nation« , « In the flesh » , « Death Valley » et il y a même en projet une autre série évoluant dans l’univers de « The Walking Dead« . Cette annulation a donc aiguisé mais curiosité et j’ai voulu me rendre compte par moi-même, pourquoi « Zombieland » a trouvé son clap de fin avant même sa naissance. À la découverte de cet unique épisode, j’ai très vite compris….

961634_1039825382697537_786532851_n

Mesdames et Messieurs, bienvenue en enfer, euh à Zombieland. La terre est ravagée par un virus qui développe l’agressivité et ramène les gens à la vie. C’est dans une Amérique en ruine que Columbus, un jeune homme, essaie de survivre à cette grosse angoisse. En compagnie d’une famille qu’il s’est récrée, deux sœurs, Wichita et Little Rock, ainsi que de Tallahassee, un homme qui adore dégommer du zombie, il parcourt Los Angeles, guidé par une voix dans un GPS, pour retrouver d’éventuels survivants qu’ils n’arrivent pas à garder en vie. Bientôt la voix dans le GPS va leur apprendre l’existence d’une île, non infectée où plusieurs survivants auraient trouvé refuge. Mais cette île est de l’autre côté des États-Unis.

Quand on pense à « Bienvenue à Zombieland« , on sourit en pensant à cet humour noir génial, à ce gore assumé et à ces acteurs qu’on adore dans les rôles. Alors une série dérivée du film, et bien, on devrait retrouver cela, bon sans les acteurs, mais ça, on s’en doute et on s’y prépare. Par contre là où l’on n’est pas préparé, c’est que les comédiens de la série reprennent carrément les rôles des acteurs du film, et même leurs noms, ce qui est surement la première grosse erreur de la série, car elle force la comparaison et ce n’est pas ça. À cause de cette erreur, la série perd de suite l’idée de se trouver une propre identité et elle perd son spectateur. Alors c’est vrai que juger une série complète en un épisode, qui ne dure que vingt-huit minutes, sur les noms des personnages, est peut-être trop rapide, et peut être que le reste est sympa. Malheureusement là non plus la série peine à convaincre. Si la scène d’ouverture est géniale et promet énormément (deux personnes sont en train de discuter dans un bureau, dos aux baies vitrées ce qui nous laisse le plaisir de voir le monde partir en couille derrière eux (le coup de la tronçonneuse géniale)). Mais voilà après cette scène, la série ne va faire que décevoir.

L’intrigue est mal foutue, on ne comprend pas bien quel est le but des personnages. On a du mal à savoir pourquoi ils écoutent ce GPS et partent chercher tel ou tel personne, qu’ils n’arriveront jamais à sauver. Quelques moments drôles bien sûr, surtout quand ils perdent la personne à sauver, mais dans l’ensemble, ça ne marche pas. L’humour est lourdingue, les personnages peu attachants et les acteurs, en particulier Kirk Ward, le remplaçant de Woody Harrelson, en fait beaucoup trop pour légitimer son personnage. Il saoule et l’on a qu’une envie, c’est qu’il se taise. De plus, la série est basée comme un best of du film, dans le sens où le réalisateur et les showrunners veulent à tout prix faire comme dans le film et l’on se retrouve avec certains moments qui dans le film sont géniaux, mais refait ici, ils tombent à plat.

Deuxième gros défaut, c’est visuellement. Si le film est bon et gore à souhait, ici, la série n’a clairement pas le même budget et essaie comme elle peut d’imiter le style, mais n’y arrive jamais. Les effets spéciaux sont très approximatifs et le sang est tout ce qu’il y a de plus numérique à mon grand désespoir. Puis, on ne peut même pas y trouver son compte dans la réalisation pourtant tenu par Eli Craig, (réalisateur qui nous avait enchanté avec le décomplexé « Tucker et Dale fightent le mal« ) est d’une mollesse infinie. La série n’a pas de rythme, elle n’a pas de caractère et l’on passe d’une scène à l’autre sans vraiment de but avec toujours cette impression désagréable d’imiter le film.

Enfin, dernier défaut et pas des moindres, les comédiens. C’est vrai que le fait de tenir les mêmes rôles que les personnages du film ne plaident pas en leur faveur, mais il n’y a pas que ça. Sans être vraiment mauvais, même si certains en fond des caisses, on n’arrive pas à leur trouver le charme d’un Jesse Eisenberg ou d’une Emma Stone. On n’arrive pas à trouver la folie d’un Woody Harrelson ou l’innocence d’une Abigail Breslin, quitte à faire la comparaison autant la faire jusqu’au bout. Leur groupe ne fonctionne pas, il n’y a pas d’alchimie entre eux, ils sont plats au possible et c’est tellement dommage.

10998440_1039825432697532_1655125973_o

« Zombieland » n’aura en tout et pour tout duré que vingt-sept minutes et quarante-quatre secondes, mais si court soit-elle ça a suffi pour sceller son destin et on comprend pourquoi. En si peu de temps, les showrunners, le réalisateur et les acteurs ont fait absolument tout ce qu’il ne fallait pas faire. Il ne reste que l’ouverture géniale de la série, quelques passages drôles, mais dans l’ensemble, c’est bel et bien l’inexistence d’imagination et d’ambition qui demeure dans les souvenirs et on remercie chaleureusement les producteurs d’avoir abrégé le projet.

Note : 06/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=gdlBeKpsF7M[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.