mai 16, 2021

Le Dernier Loup

lopio

De : Jean-Jacques Annaud

Avec Feng Shaofeng, Shawn Dou, Ankhnyam Ragchaa, Yin Zhusheng

Année : 2015

Pays : France, Chine

Genre : Aventure

Résumé :

En 1969, Chen Zhen, un jeune étudiant originaire de Pékin, est envoyé en Mongolie-Intérieure afin d’éduquer une tribu de bergers nomades. Mais c’est véritablement Chen qui a beaucoup à apprendre – sur la vie dans cette contrée infinie, hostile et vertigineuse, sur la notion de communauté, de liberté et de responsabilité, et sur la créature la plus crainte et vénérée des steppes – le loup. Séduit par le lien complexe et quasi mystique entre ces créatures sacrées et les bergers, il capture un louveteau afin de l’apprivoiser. Mais la relation naissante entre l’homme et l’animal – ainsi que le mode de vie traditionnel de la tribu, et l’avenir de la terre elle-même – est menacée lorsqu’un représentant régional de l’autorité centrale décide par tous les moyens d’éliminer les loups de cette région.

Avis :

Si on devait définir la carrière du talentueux Jean-Jacques Annaud en un mot, ou une seule pensée, je pense que l’on pourrait facilement employer le mot voyage, car cela fait plus de trente ans maintenant que le réalisateur français nous emmène de pays en pays et d’époque en époque avec toujours la même envie de nous raconter de belles et grandes histoires. Après nous avoir emporté au cœur du Vietnam des années 30, avec « L’amant« , nous avoir fait découvrir la préhistoire avec « La guerre du feu« , ou encore l’Inde du début du siècle dernier pour « Deux frères« , puis le moyen âge gothique et perfide avec l’immanquable « Le nom de la rose » et d’autres endroits merveilleux (le Tibet, l’Arabie, la Grèce délirante) le cinéaste se lance un nouveau défi et c’est aujourd’hui dans la Mongolie de la fin des années 60 perdue dans les plaines désertes auprès d’un peuple nomade que Jean-Jacques Annaud a décidé de poser sa caméra.

Il aura fallu un an et demi de tournage et bien plus encore de préparation pour que le nouveau film de Jean-Jacques Annaud nous arrive enfin. J’attendais le nouveau film d’Annaud avec une certaine impatience, car je dois dire que le réalisateur m’a rarement déçu et presque toujours fait voyager. Et il faut dire que le projet était ambitieux, et qu’à la découverte de la bande annonce, radieuse, l’excitation était à son comble. « Le dernier Loup » s’annonçait bourré de promesses que le film va tenir haut la main, puisqu’à ma sortie de la salle, le seul et unique mot qui me vient directement en tête pour le définir est MAJESTUEUX!

10997848_1037911036222305_1098666592_o

Chen Zhen est un jeune étudiant de Pékin. Envoyé dans les grandes pleines de Mongolie, il doit éduquer les enfants des peuples nomades. Mais une fois sur place, la vie n’est pas comme il l’avait imaginé et bientôt celui qui devait apprendre aux autres se retrouve l’élève d’un vieux maître. Commence alors pour lui une sorte de voyage initiatique. Berger, perdu dans l’immensité des plaines, il va alors se fasciner pour les loups qui vivent en totale liberté. Les loups sont vénérés par la tribu nomade dans laquelle est envoyé Chen. Mais très vite, une tension va naître entre les hommes et les bêtes. Affamées, celles-ci se rapprochent des troupeaux et des hommes. Des décisions vont être prises et ce sera peut-être la fin d’une époque, d’une légende, la steppe (Terre des nomades) ne sera plus jamais la même et Chen en sera changé à jamais.

Jean-Jacques Annaud, dans la famille du cinéma français, est un peu à part. Depuis le début de sa carrière, le réalisateur ne fait pas dans la demi-mesure et jouit d’une très belle liberté. Ses films se font rares, celui-ci est son treizième en un peu moins de quarante ans de carrière. Alors on peut dire qu’un nouveau Jean-Jacques Annaud est un événement que l’on a très hâte de découvrir, surtout s’il s’avère de cette trempe-là, car « Le dernier Loup » va s’avérer être ni plus ni moins son meilleur film depuis une belle quinzaine d’années. Les ayant tous vus, je peux dire que je n’avais pas pris un tel plaisir devant l’un de ses films depuis « Stalingrad« .

Jean-Jacques Annaud est donc de retour et il est en très grande forme. Son « dernier loup » s’avère être un film surprenant dans tous les sens du terme. Adapté du roman de Jiang Rong, « Totem du Loup« , le cinéaste nous offre un grand et beau film d’aventure, où le spectacle est au rendez-vous, mais aussi un film éducatif et instructif, où l’on part à la découverte d’un pays, d’un peuple, de ses légendes, ses traditions et ses croyances. Si l’histoire en elle-même reste toutefois assez banale, on pourrait même dire que l’on a déjà vu ce genre de film et que dans un sens on devine comment ça va se finir, le film n’en sera pas inintéressant pour autant. Bien au contraire, grâce au talent de Jean-Jacques Annaud, on entre dans l’histoire, dans ses détails, et l’on apprécie vraiment son déroulement. Je dois dire que par bien des aspects, le film m’a passionné de bout en bout. L’histoire fait s’affronter plusieurs opposants, les animaux et les hommes évidemment, mais aussi les hommes entre eux et leur bêtise. Mais c’est sans jugement aucun que le réalisateur continue de nous raconter cette histoire s’étalant sur presque deux heures, qui pour le coup aurait vraiment mérité d’être plus long.

loup

Vous l’aurez donc compris, l’histoire est belle, intelligente, prenante, touchante, mais là où « Le dernier loup » prend toute sa force et son impact, c’est dans la mise en scène, absolument grandiose. Comme je le disais, il faudrait remonter jusqu’à « Stalingrad » pour retrouver des images aussi fortes, ou des séquences aussi inspirées, parfois d’une rare violence. Le film bénéficie d’une photographie incroyable qui nous immerge immédiatement, d’une bande originale signée James Horner qui nous choppe les oreilles dès la première scène et enfin d’un très beau rythme qui fait que le réalisateur nous fait passer de l’émerveillement à une tension palpable d’une scène à l’autre. Jouissant d’une liberté totale, Jean-Jacques Annaud nous offre mieux que le spectacle attendu et le film contient des séquences de poursuites complètement folles, et d’une maîtrise absolue qui pourrait en faire mourir de jalousie plus d’un. Une certaine scène, dans une tempête, est surement l’une des plus intenses que le réalisateur ait pu tourner.

Jean-Jacques Annaud aime tourner avec des animaux et pour ce tournage, comme pour « L’ours » ou « Deux frères« , le réalisateur a donc tourné avec de vrais loups et à l’heure du tout numérique, des effets spéciaux à outrance, Annaud fait le choix du réel et tourne avec une vraie meute de loups et il va les filmer avec une sacrée puissance, rendant ses animaux à l’écran aussi beau et grand que la vision de ces dieux pour la tribu nomade. Ces loups sont beaux, menaçants, angoissants parfois, mais pourtant à contrario, ils sont aussi touchants, attendrissants, voir même rassurants, car face à la bêtise de l’humain et sa cupidité, eux ne suivent que la loi de la nature.

Tourné en mongolien, le réalisateur s’est entouré d’un casting que j’ai pris plaisir à découvrir. Tous convaincants, Jean-Jacques Annaud tire le meilleur d’eux et les différents portraits qu’il nous fait découvrir sont tous captivants. Un acteur en particulier m’a vraiment passionné aussi bien par son jeu que son regard ou son personnage. Il s’appelle Basen Zhabu et c’est lui qui joue le « sage » de la tribu et j’avoue avoir été particulièrement touché par celui-ci. Et il se partage parfaitement l’affiche avec Feng Shaofeng qui lui incarne cet étudiant de Pékin.

photo.php

Je n’ai donc pas besoin de préciser que « Le dernier loup » m’a totalement conquis de son premier à son dernier plan. Jean-Jacques Annaud nous livre l’un de ses plus beaux films et c’est mon premier coup d’amour de l’année. Un film que je ne suis pas prêt d’oublier. Un film qui m’a passionné par ses imagines fabuleuses, par la puissance presque magique avec laquelle Jean-Jacques Annaud filme ces animaux. Puis j’ai vraiment adoré découvrir cette nouvelle culture, ces traditions, même si certains moments m’ont révolté, voire même choqué. Et puis enfin, il y a cette scène incroyable de nuit en pleine tempête qui a marqué mon année de cinéma.

Alors si vous avez envie de dépaysement, d’aventure, de voyage (on y revient) et qu’en plus le style de Jean-Jacques Annaud vous séduit, alors n’hésitez pas et foncer voir « Le dernier loup« . Bref, surement l’un des meilleurs films de l’année et pourtant, elle ne vient que de commencer.

Note : 20/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.