juin 22, 2021

Dieu Voyage Toujours Incognito – Laurent Gounelle

9782843375439

Auteur : Laurent Gounelle

Editeur : AC Editions

Genre : Initiatique

Résumé :

Imaginez. Un homme vous sauve la vie, en échange de votre engagement de faire tout ce qu’il vous demande… pour votre bien. Le dos au mur, vous acceptez et vous vous retrouvez embarqué dans une incroyable situation où tout semble vous échapper. Vous n’êtes plus le maître de votre vie et pourtant… à bien des égards, elle est plus excitante qu’auparavant ! Mais peu à peu, le doute s’installe en vous : quelles sont les intentions réelles de cet homme qui s’est immiscé dans votre existence ? Qui est-il vraiment ? Et qui sont ces personnages énigmatiques dans son entourage ? Les découvertes que vous faites n’ont rien pour vous rassurer. Cette histoire, qui nous plonge dans l’atmosphère envoûtante d’un été parisien, ouvre la voie de la plus belle des réflexions sur nous-mêmes : qu’est-ce qui peut nous permettre de dépasser nos inhibitions, nos peurs et nos conditionnements, pour sortir du chemin tout tracé de notre vie lorsque celle-ci ne nous apporte pas pleinement satisfaction ?

Avis :

Avec L’homme qui voulait être heureux, Laurent Gounelle proposait un premier ouvrage riche et passionnant. Le sens de la vie, apprendre à vivre avec et aux côtés des autres, mais surtout réaliser ses rêves en se départissant de nos peurs. En dépit de nombreux avis négatifs qui qualifiaient son livre de naïf et bancal, il en ressortait un message fort et une lecture qui nécessitait nombre de réflexions pour appliquer ce qui se trouvait au fil des pages. Avec Dieu voyage toujours incognito, l’auteur poursuit son exploration philosophique et psychologique de l’existence. Ce roman initiatique semble-t-il répétitif ou complémentaire au regard de son aîné ?

Là où l’homme qui voulait être heureux proposait une introspection sur fond de vacances exotiques, ce deuxième ouvrage prend place dans la capitale française. Atmosphère suffocante et polluée, surmenage, grisaille et… un personnage désespéré au bord du gouffre ou plutôt de la Tour Eiffel. C’est donc dans ce contexte morne que le protagoniste évoluera. L’on demeure dans une entame similaire à son prédécesseur, à savoir : une insatisfaction de la vie qu’on mène. En cela, l’approche dispose d’une construction identique avec un nombre de péripéties revues à la hausse (comme l’épaisseur du livre) pour aboutir à un véritable travail sur soi.

Même si cela reste dans les intentions, on s’éloigne quelque peu de la réalisation de ses rêves. Le changement de vie est toujours à l’ordre du jour, mais on se concentre d’abord à surmonter ses inhibitions pour créer des relations professionnelles et amicales plus saines. En cela, l’on trouve autant de leçons de vie (que l’on peut exercer à notre niveau ou pas) que de situations « banales » où les utiliser. Bien que plus conséquente, l’intrigue reste secondaire au sein du livre. Il est plaisant de décortiquer les messages et les conseils dissimulés au fil des pages que de suivre les frasques ordinaires d’un employé en mal de reconnaissance.

Le décor est bien implanté, mais certains passages auraient gagné à être raccourcis pour dynamiser la progression. En première ligne de mire, des échanges longuets quand on entre dans la sphère professionnelle. Si besoin était, ces descriptions ont le mérite d’éclaircir les méthodes de certaines entreprises pour se plier aux exigences absurdes de la bourse et, par extension, au mode de vie imposé par la société. Les ficelles sont loin d’être surprenantes, mais s’avèrent convaincantes dans les rebondissements lors du dénouement.

Les intervenants disposent de caractères suffisamment dissemblables pour les différencier assez rapidement. Pour le duo de têtes, on retrouve un mentor et son apprenti pour étayer la vision de l’auteur, ainsi que les moyens pour remédier aux problèmes qui nous accablent, même si aucune solution miracle n’existe. Toutefois, l’on reste dans un partage des rôles assez manichéen qui laisse peu de place à l’ambiguïté et aux contradictions de chacun. L’on a donc droit à une gamme de protagonistes intéressants, sympathiques ou énervants, mais guère surprenants lorsque l’on creuse un peu la surface.

Au final, les lecteurs qui ont apprécié L’homme qui voulait être heureux exploreront dans ce deuxième roman de nouvelles pistes de réflexion tout en développant les anciennes. De par la construction de son intrigue, le thème central et les messages véhiculés, l’on peut qualifier le présent ouvrage de suite non avouée. Malgré quelques longueurs et un récit assez prévisible, Dieu voyage toujours incognito se montre aussi riche que son aîné. Sans complaisance, la démarche philosophique et psychologique permet d’appréhender l’histoire et l’existence d’une manière singulière et détachée pour trouver sa propre voie. Un roman initiatique plus que recommandable.

Note : 15/20

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.