octobre 21, 2021

September

10716139_954597894553620_1917606250_n

De : Woody Allen

Avec Dianne Wiest, Mia Farrow, Elaine Stritch, Denholm Elliott

Année: 1987

Pays: Brésil, Etats-Unis

Genre: Comédie Dramatique

Résumé :

Six personnes sont réunies dans une maison de campagne du Vermont à la fin de l’été. Entre chacune d’elles des liens intenses et affectifs et une impossibilité totale à communiquer.

Avis :

Décidément, la période fin des années 80 de Woody Allen n’est vraiment pas faite pour moi. Alors que je sortais de l’année 70 que j’ai trouvée merveilleuse, avec différents styles de films géniaux, Woody Allen osait et ça marchait très bien, le début des années 80 est tout aussi excellent et même dément avec « La rose pourpre du Caire« , malheureusement je retombe, car avec « September » j’enchaîne ma troisième déception de suite, de la part de mon réalisateur new-yorkais préféré qui parle encore des problèmes de famille, ou bien amoureux, et il commence à se répéter, mais n’arrive pas à retrouver la poésie et le charme d’ »Annie Hall » ou d’un « Manhattan« .

september 10

Un bel été dans le Vermont. Une belle maison, une famille, des amis, six personnes pensent passer un bon moment de détente. Tout ce petit monde est très lié par des sentiments forts. Mais, pendant ce laps de temps partagé ensemble, des envies, des secrets, des trahisons, des espoirs et désespoirs vont alors venir s’entremêler et s’entrechoquer et ternir l’image de ces vacances. Des choses vont être dites, des actes faits et au final personne ne sera épargné…

Après n’avoir pas apprécié « Hannah et ses sœurs » et Radio Days voici que dans la continuité de l’œuvre de Woody Allen, je ne me lance dans « September » et comme dit le dicton, jamais deux sans trois et je me retrouve malheureusement, encore une fois devant un film signé Allen que je n’aime pas.

« September » est un film que j’ai encore une fois trouvé vraiment ennuyant. Woody Allen se répète avec des films qui commencent à se ressembler et c’est très curieux venant de lui, alors que le début de sa carrière est parsemé de film en tout genre (burlesque, films d’époque, science-fiction, drames amoureux, le cinéaste avait testé beaucoup de choses différentes). Là, avec « September« , le film me fait penser à « Hannah et ses sœurs« . Le principe du film est le même et le réalisateur explore les non-dits, les problèmes familiaux et dans celui-ci, à la place de parler que de la famille, Woody rajoute des amis, et le film est lourd. Comme pour « Hannah et ses sœurs« , j’ai trouvé le scénario inintéressant, beaucoup trop long, alors qu’avec un sujet pareil et le talent de Woody dans l’écriture, on était en droit d’attendre un film meilleur, plus drôle, avec un humour noir et surtout le réalisateur ne se répète pas. Pour « September » je trouve que le scénario est sous-exploité, la mise en scène peu inspirée avec beaucoup de longueurs et des images quelconques alors que j’aime le style de Woody. Mais là, aucune scène n’arrive à retenir mon attention et les personnages du film ne nous donnent pas envie de suivre leurs désarrois. En fait, on dirait une caricature peu inspirée de la part de son auteur. Et il serait temps que Woody Allen change de style et passe à autre chose et j’ai vraiment hâte de retrouver le Woody que j’aime tant.

Il reste néanmoins l’excellente bande originale qui accompagne le film. Comme d’habitude, le film est bercé dans le jazz et la musique permet de se sortir de toute cette morosité ambiante qui est vraiment trop lourde à mon gout.

Puis enfin il y a cette grosse déception de plus qu’est le casting du film. Comme le veut la tradition désormais, Juliet Taylor, la directrice de casting de Woody Allen a encore une fois fait des merveilles en nous offrant un casting de luxe. On retrouve encore Mia Farrow et Dianne Wiest (on en parle peu, mais Dianne Wiest a fait pas mal de film pour Woody Allen, on pourrait même parler d’une autre muse du réalisateur). On trouve aussi Elaine Stritch et Sam Waterston, mais malgré ces grands noms, les personnages qu’ils incarnent ne m’ont jamais séduit, touché ou donné envie de voir jusqu’où ils vont bien aller et ce qui va bien pouvoir leur arriver. Dommage.

september 17

Une carrière ne peut que rarement être excellente du début à la fin. Bien souvent jonchée de haut et de bas, je dirais qu’en ce moment, ce serait plus le bas de la carrière de Woody que je suis en train d’explorer et heureusement que je connais plusieurs films que le réalisateur a faits après, ce qui me redonne espoir pour le prochain, « Une autre femme » qui est un film que je ne connais pas non plus. Allez Woody, le prochain, je le sens bien, en attendant celui-là va très vite s’oublier.

Note : 04/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=PQvYNVzcl0U[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.