juillet 20, 2024

The Children

the-children

De : Tom Shankland

Avec Eva Birthistle, Rachel Shelley, Hannah Tointon, Jeremy Sheffield

Année: 2009

Pays: Angleterre

Genre: Horreur

Résumé:

Deux familles se réunissent dans une maison à la campagne pour célébrer les fêtes de Noël. Un havre de repos pour les parents, un parfait terrain de jeu pour les enfants.
Très vite pourtant, ce moment privilégié prend une tournure qu’aucun des adultes n’aurait pu envisager : leurs propres enfants, sous l’effet d’un mal mystérieux, se retournent contre eux avec une cruauté et une ingéniosité implacables.

Avis :

Les enfants ont toujours été une source d’inspiration pour le cinéma d’horreur. D’ailleurs, dès Le Village des Damnés 1960 ou encore La Malédiction de Richard Donner de 1976, on peut voir des mômes effrayants, terrorisant une grande partie de la population. D’ailleurs, qu’y-a-t-il de plus effrayant qu’un être représentant la pureté, la gentillesse et l’innocence devenir un monstre de violence et de ruse assassine ? Si l’on associe cela à une ambiance froide et à une situation familiale un peu ambigüe, on obtient The Children, le troisième film de Tom Shankland qui avait déjà réalisé le très remarqué Waz. Néanmoins, utiliser les enfants pour susciter la peur et la terreur n’est-il pas un procédé déjà éculé ? Le risque de tomber dans quelque chose de trop politiquement correct est-il trop présent ? L’Angleterre est un pays en devenir dans le monde de l’horreur, profitant d’un climat humide et froid, Tom Shankland a-t-il su en tirer parti ? Mettons bonnets et écharpes, on va voir des sales gosses.

children1

L’épidémie de gastro fait des ravages !

En général, les films avec des gosses tueurs sont des films de possession. La Malédiction joue beaucoup sur cet aspect-là en mettant en avant la venue de l’antéchrist dans le corps d’un petit enfant. Le Village des Damnés joue plutôt sur l’aspect de l’enfant, alors qu’il s’agit d’extraterrestres en voie d’extinction. Avec The Children, nous ne sommes pas du tout dans le même genre d’histoire. D’ailleurs, le mystère reste assez flou car on n’aura aucune explication sur la transformation des enfants, si ce n’est quelques insistances sur quelques taches de sang. Est-ce un virus, une bactérie, un animal parasite ? On n’en sera rien et c’est au spectateur de se faire sa propre opinion. On va donc voir deux familles qui vont se réunir pour les fêtes de fin d’année. Accumulant cinq enfants aux deux familles, on va voir une petite asthmatique cracher du sang et un autre qui va tousser quelques gouttelettes de sang. C’est alors qu’au bout d’un moment, les enfants vont vite vriller pour devenir des tueurs organisés et faire la fête à leur manière. S’éloignant donc des processus vus et revus du thème de la possession, Tom Shankland va aller vers une approche plus direct, plus plausible, se rapprochant presque du virus zombie.

Au niveau de l’ambiance, le film s’inspire de ce qui se fait de plus glacial. Par exemple, on pourra aisément citer un film comme Esther, se déroulant dans la neige et le froid, et je pense que le film de Jaume Collet-Serra a dû inspirer le réalisateur de The Children. S’attardant volontairement sur la nature, les bois rachitiques, et les petites stalactites pendant le long des branches rabougris, Tom Shankland montre une atmosphère froide, glaciale et qui n’augure rien de bon. Néanmoins, ce n’est pas le seul point qui plombe l’ambiance, rendant le film intrigant et bien lourd. En effet, le réalisateur va aussi montrer l’insouciance de l’enfance au travers différents comportements qui laissent franchement à désirer. Par exemple, l’enfant autiste qui tape régulièrement sur son xylophone, scandant un rythme entêtant, ou encore le jeune garçon surexcité, qui ne s’exprime qu’en criant et crachant, avec un pistolet en plastique, ou bien la jeune fille malade, au visage émacié et au comportement plus que taciturne. Bref, on a là une belle brochette d’enfants au comportement plausible et dont le virement devient encore plus effrayant. L’attitude des parents joue aussi pour beaucoup dans cette ambiance froide, montrant des parents égoïstes, ou à l’attitude ambiguë comme le tonton qui semble bien attiré par la fille aînée de sa belle-sœur. Bref, tout est réuni pour mettre en avant une ambiance franchement bizarre et vraiment glaciale. Après, il est vrai que le film met un peu de temps à démarrer, mais cela reste nécessaire, pour inverser les rôles et présenter des personnages assez détestables et aux relations plus que complexes.

children630-1887

Qu’est-ce qu’on a l’air con quand on joue avec des gosses !

Les acteurs sont relativement bons dans ce métrage et il semble que le metteur en scène les a bien dirigés car même les enfants restent très convaincants. En effet, généralement, les jeunes acteurs ont toujours tendance à surjouer ou à proposer des jeux un peu trop grossiers. Dans The Children, les enfants jouent juste et restent particulièrement efficace. On notera la folie du garçon surexcité, ou encore le visage impassible du jeune garçon autiste. Il en devient glaçant et franchement détestable. Du côté des filles, on aura droit à la brune, qui, avec son regard, semble vraiment plus que borderline et présente tous les symptômes de la folie, ou encore la petite blonde qui cache bien son jeu, pour devenir une véritable petite peste. C’est un gros coup de maître de la part du réalisateur, car tous les enfants sont crédibles et convaincants. Du côté des adultes, c’est un peu moins rose. En effet, on s’attardera surtout sur l’héroïne, Eva Birthistle, qui demeure attachante, car elle possède un atout charme et elle reste peut-être la personne la plus normale et ayant le moins de défaut. Le reste du casting est aussi bien convaincant, avec Rachel Shelley jouant la sœur qui veut être la mère parfaite, mais qui se prend les pieds dans le tapis avec ses gosses horribles ou encore son mari qui joue un jeu dangereux avec la fille aînée de sa belle-sœur. Bref, tout cela est très bon et contribue à faire de The Children un film bien sympathique.

Mais ce qui a de bien avec ce film, c’est que malgré son ambiance, malgré le bon casting, malgré son scénario amusant, il possède quelques passages gores du plus bel effet. Le premier meurtre, qui a tout de l’accident, demeure bien glauque, avec son empalement sur un petit râteau. Le plus drôle étant le lambeau de peau qui se détache, révélant un gros trou obscène. Nous avons aussi, le magnifique brisage de jambe dans le jeu pour enfant, ou bien, le coup du crayon dans l’œil. Jouant sur l’aspect inquiétant des enfants, le mystère de leur maladie mais aussi sur le côté bien barré et bien gore, The Children essaye de contenter un maximum de gens et il faut dire que cela marche plutôt bien. On aura aussi le côté sadique des enfants qui sera mis en avant, avec notamment, le cadavre qui devient un jouet géant, dans le lequel on enfonce un poupon dedans, au milieu des viscères, ou encore lorsque la jeune fille enlève violemment l’atèle de la jambe cassée, histoire de lui faire bien mal. Donc du point de vue purement gore et sale, le film s’en sort relativement bien, et il n’épargne pas les enfants, comme on peut le voir avec les morts violentes qui s’enchaînent, entre empalement sur une vitre brisée ou encore l’écrasement de la jeune fille entre deux voitures.

the-children4

Bon, les deux gosses au fond, c’est quand vous voulez, pour trucider la nénette !

Au final, The Children est un film d’horreur très sympathique et franchement intéressant. Mettant en avant des enfants tueurs sans pitié et particulièrement sadiques et violents, le film se permet de mettre une ambiance pesante, un côté gore assumé et un scénario simple mais qui contient une petite part de mystère. La réalisation, aussi froide que les décors montre le talent de Tom Shankland, qui avait déjà sévit sur le très bon Waz. Un film que je conseille !

Note : 15/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=GAgCHQCF9Jo[/youtube]

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.