octobre 18, 2021

Âme de Pirate – Charlotte Macaron

Auteure : Charlotte Macaron

Editeur : 404 Editions

Genre : Aventure, Fantasy

Résumé :

Il ne fait jamais bon aller dans les Mortes-Îles. Naviguer dans ce labyrinthe d’îles, si proches les unes des autres qu’elles frôlent la coque des navires qui s’y aventurent, affronter le brouillard opaque qui les recouvre, et les ombres qui s’y cachent, relève de la folie furieuse ! Mais, poursuivi par la Marine Royale, l’équipage pirate du Saule pleureur n’a pas le choix. Ils ne se laisseront pas intimider par la sombre réputation des Mortes-Îles. Ils ont à leur bord les meilleurs navigateurs, et rien n’arrêtera leur soif de liberté. Pourtant ce labyrinthe leur réserve bien des épreuves et ils n’en sortiront peut-être pas indemnes…

Avis :

Âme de pirate est un roman court, empreint de poésie, qui nous raconte l’histoire d’un équipage devant échapper aux forces gouvernementales d’un univers bien différent du nôtre. Etant donné la longueur de l’ouvrage, l’auteure n’a pas le temps de nous décrire ce nouveau monde et de nous en présenter les règles. Bien que cela ne constitue clairement pas l’objectif de l’histoire, il est quand même dommage de ne pas détailler les nombreuses pistes lancées par l’auteure. Par exemple, celle-ci nous explique que la magie a disparu de l’univers qu’elle met en scène. Comment a-t-elle disparu ? Pourquoi a-t-elle disparu ? Sur un autre plan, pourquoi l’équipage que l’on suit est-il poursuivi ? Quelles fautes a-t-il pu commettre ? Pourquoi les héros de ce roman sont-ils devenus des pirates ?

Malgré ces trous dans l’histoire et la trame de fond, il est agréable de suivre les péripéties de l’équipage. Chaque chapitre nous montre à voir de belles scènes d’actions, alliant mysticisme, sang à profusion, meurtres, trahisons, et combats effroyables. L’auteure en profite pour mettre en avant certains personnages à quelques moments clés, et ces huis clos sont bien intégrés. Ainsi, on en apprend davantage sur quelques membres de l’équipage, alors que d’autres restent complètement dans l’ombre.

Pour ces derniers, seuls leur prénom et fonction nous sont présentés, de telle sorte que l’on ne peut pas vraiment s’attacher à eux. Il est plutôt désagréable d’introduire ces personnages sans prendre le temps des présentations. Telle une agression, un nouveau prénom est balancé sans ménagement aux yeux du lecteur, qui n’a même pas le temps de se demander qui est ce nouveau personnage, que l’on ne s’intéresse déjà plus à lui. Cela est le problème des gros équipages, à l’intérieur duquel il n’est pas toujours possible de considérer tous les membres à part entière. Ainsi, la plupart des pirates (que l’on appelle ainsi notamment à cause du titre du roman, même si l’on ne sait pas très bien pourquoi) apparaissent seulement comme de la chair à canon peu intéressante. Cette non-proximité dérange. Il aurait sans doute été plus honnête de les considérer comme une masse indistincte, plutôt que d’essayer de les humaniser pour ne jamais s’en resservir par la suite.

Les autres personnages, ceux qui s’avèrent centraux, ont quant à eux une belle place dans le roman. L’auteure nous dévoile même un peu de leur passé, de leurs émotions et de leurs rêves. On s’attache au capitaine et à son second, deux figures intrépides, qui semblent sillonner les mers depuis la nuit des temps. Le lecteur apprécie également la vigie, qui apparaît comme une personne qui a les pieds sur terre et qui est prête à tous les sacrifices pour sauver les siens. Les personnalités mises en avant sont captivantes, fortes et charismatiques, implacables.

Le roman joue principalement sur les obstacles que doit traverser le navire pour s’échapper et retrouver sa liberté. Fantômes, monstres d’épouvantes, mythes magiques, gouffres plongeants, mer déchaînée, canons retentissants… tous les ingrédients y sont pour donner des frissons à la majorité des lecteurs et notamment à ceux déjà amateurs de piraterie et de magie. On ne s’ennuie pas, le rythme enjoué et entraînant se poursuit tout du long, les actions s’enchaînent en nous laissant à chaque fois souffler quelque peu avant de repartir de plus belle. Le roman laisse la sensation que ces vagues survoltées, entrecoupées de calme plat, ne s’arrêteront jamais, comme si nous étions sur une montagne russe infinie. L’auteure semble en faire un peu trop, tant les problèmes rencontrés apparaissent gros, insurmontables, même si la plupart sont cohérents étant donné la situation de départ.

L’auteure emploie des mots et des phrases aux tournures envolées, qui contrastent avec un univers sombre. La poésie et le rythme musical de certaines phrases donnent une dimension plus colorée au roman, qui se lit agréablement bien. Les premières lignes nous transcrivent une chanson pirate et celle-ci est rappelée tout au long du roman. La chanter redonne espoir à nos héros. Cette traversée musicale du roman est une belle trouvaille qui permet à ce monde emplis de pirates de ressortir plus pétillant encore.

Âme de pirate est un récit d’aventures qui rappelle les aventures de l’Odyssée d’Ulysse, mais en plus réduit. Le navire doit batailler contre des monstres, des ennemis féroces et des sortilèges millénaires. Telle une entité héroïque, il survit malgré les multiples rebondissements, et ses soubresauts homériques enhardissent son équipage et font frissonner les lecteurs.

Note : 14.5/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.