octobre 18, 2021

Testament T.01 – L’Héritière – Jeanne-A Debats

Auteure : Jeanne-A Debats

Editeur : ActuSF

Genre : Urban Fantasy

Résumé :

Je m’appelle Agnès Cleyre et je suis orpheline. De ma mère sorcière, j’ai hérité du don de voir les fantômes. Plutôt une malédiction qui m’a obligée à vivre recluse, à l’abri de la violence des sentiments des morts. Mais depuis le jour où mon oncle notaire m’a prise sous son aile, ma vie a changé. Contrairement aux apparences, le quotidien de l’étude qu’il dirige n’est pas de tout repos : vampires, loups-garous, sirènes… À croire que tout l’AlterMonde a une succession à gérer ! Moi qui voulais de l’action, je ne suis pas déçue. Et le beau Navarre n’y est peut-être pas étranger.

Avis :

L’univers créé par Jeanne-A Debats nous transporte dans un futur proche où toutes les créatures que l’on a l’habitude de suivre dans les contes, les légendes ou les mythes, côtoient les humains, sans que ces derniers ne soient au courant de rien. L’héritière n’innove pas énormément en la matière, notamment en choisissant de mettre au premier plan des vampires et des loups-garous, deux espèces imaginaires communes dans ce type de récit.

Cependant, les personnages, leur charisme et leur caractère apportent du sang neuf, des sous-intrigues captivantes et des répliques aussi dynamiques que délicieuses. Le vocabulaire, sans aller dans le vulgaire ni le cru, reste assez imagé pour que l’on s’imprègne de toutes les subtilités mâtures énoncées.

En plus des vampires et des loups-garous, nous rencontrons des sirènes, des médiums, des fantômes et des sorcières dans ce tome un, entres autres choses. L’occulte reste constamment présent, apportant une atmosphère lugubre bienvenue, agrémentées de spectres, des formes que perçoit l’héroïne Agnès, grâce à un pouvoir dont elle se passerait bien volontiers.

Malgré cette ambiance plutôt sombre, l’auteure réussit le défi de faire rire ses lecteurs. Les personnages sont sarcastiques et satyriques à souhait, surtout le vampire Navarre, un des acolytes de l’oncle d’Agnès, qui porte un regard bien cynique sur les humains, du haut de ses plusieurs centaines d’années. Parfois un peu condescendant, ou prétentieux, on finit tout de même par l’apprécier, tout comme Géraud, l’oncle notaire, dont les connaissances et l’intelligence semblent ne pas avoir de limite. Différemment de l’insolence de Navarre, on ressent davantage la tristesse qui s’échappe de ce personnage. Ils forment ainsi un savant mélange fascinant.

Agnès découvre l’AlterMonde pas à pas, aidée du dernier membre de sa famille encore en vie, et apprend à maîtriser ses pouvoirs. Ceux-ci se développent d’ailleurs au fil du livre pour éclater lors d’une scène grandiose à couper le souffle. Dans L’héritière, on suit Agnès dans sa toute première aventure avec l’Etude, un cabinet réputé pour aider les peuples de l’AlterMonde à gérer toutes sortes de soucis judiciaires. Dans ce tome un, nos héros doivent aider une famille de vampires à trouver un héritier digne de leur succéder. Tâche ardue lorsque l’on sait que les vampires vivent des centaines d’années, et qu’il va falloir à l’Etude rechercher toutes traces de naissances dans une famille qui a traversé l’Histoire.

Le roman nous transporte ainsi quelques temps dans le passé, le temps des recherches du cabinet, nous rappelant quelques faits historiques au passage, ou nous en faisant découvrir d’autres, selon les connaissances des lecteurs. L’enquête est rondement menée, ne perd pas en rythme et s’associe à des sous-intrigues aussi prenantes, comme une histoire d’amour naissante, des querelles entre coéquipiers, des pouvoirs incontrôlables, un changement de vie pour Agnès qui avait l’habitude de vivre recluse, et la présence d’un vampire ignoble et perfide que l’Etude soit surveiller et nourrir. Les discussions entre Géraud et Navarre sont passionnantes en puissance, tandis que celles avec Zalia, la sirène, sont portées sur les jeux de mots et le comique. Les tons s’accordent pour nous fournir un récit savoureux.

La narratrice, Agnès, s’appesantit souvent un peu trop sur ses ressentis et émotions, de sorte que certains dialogues en deviennent très lents, notamment quand l’héroïne se justifie après chacune de ses phrases, par exemple, ou lorsqu’elle examine les sous-entendus des autres interlocuteurs. Cela permet tout de même de mieux la connaître pour la suite des aventures, et de s’attacher à elle. Son pouvoir lui mène la vie dure, mais la jeune fille parvient à s’en sortir, malgré toute la souffrance et la douleur que les fantômes lui communiquent lors de ses passages dans les rues de Paris. La saga Testament permet de se rendre compte de tous les massacres qui ont eu lieu dans la capitale, et de l’Histoire chargée qui fourmille dans les murs de la ville.

Sur la fin, une scène hilarante retient particulièrement l’attention, grâce à la présence de personnages légendaires à la puissance incroyable, mais à l’apparence qui dénote complètement avec la stature de leur fonction. L’auteure réinvente des codes et se les réapproprie avec réussite, pour nous offrir des scènes émouvantes, drôles ou plus sombres, dans un univers crédible et cohérent, qui fascine.

L’héritière constitue un beau début de saga, qui place ses personnages principaux charismatiques et qui donne envie de lire la suite. Bien que l’univers ne soit pas complètement original, il nous fait rêver et revisite l’Histoire comme des légendes oubliées.

Note : 17/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.