novembre 30, 2022

Sur Ordre de Dieu

D’Après une Idée de : Dustin Lance Black

Avec Andrew Garfield, Sam Worthington, Daisy Edgar-Jones, Denise Gough

Pays : Etats-Unis

Nombre d’Episodes : 7

Genre : Policier, Thriller

Résumé :

Juillet 1984. Les habitants d’une petite ville mormone de l’Utah découvrent avec horreur que Brenda Wright Lafferty et son bébé âgé de 15 mois – deux membres d’une influente famille de la communauté de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours à laquelle quasi tous les concitoyens appartiennent – ont été sauvagement assassinés à leur domicile. Pour tenter de trouver le ou les responsables, l’inspecteur Jeb Pyre – un mormon pratiquant – et ses enquêteurs vont devoir pousser leurs investigations jusque dans les collines avoisinantes et démêler l’écheveau d’une bureaucratie mormone bien décidée à leur mettre des bâtons dans les roues. Bientôt, Jeb voit sa foi ébranlée en découvrant de sombres secrets sur l’origine de la théologie qu’il a embrassée et les conséquences funestes que peut entraîner le fondamentalisme religieux.

Avis :

Scénariste, réalisateur et comédien à ses heures perdues, Dustin Lance Black débute sa carrière à la toute fin des années 90. Il va passer le début des années 2000 à écrire pour des courts-métrages et la télévision. Ainsi, on verra son nom sur des projets comme la série « Faking It« , ou bien sur le film « A Journey Of Jared Price« . C’est en 2008 que le nom de Dustin Lance Black est d’un coup mis sous l’œil des projecteurs, puisque c’est lui qui écrit le scénario du très beau « Harvey Milk » que réalise Gus Van Sant. Depuis, on a vu le scénariste et showrunner à travers sur la série « Big Love » et sur le film « J. Edgar » de Clint Eastwood. Black aura aussi écrit sa première série, « When We Rise« , une série qui aborde l’homosexualité et la lutte pour les droits LGBT.

Pour sa seconde création de série, Dustin Lance Black s’éloigne de ce qu’il a déjà fait pour cette fois-ci s’intéresser au mormonisme, sujet qu’il connaît bien puisqu’il vient d’une famille de mormon. « Sur ordre de Dieu » sera alors une série qui va nager en eaux troubles, se posant comme une série policière, qui tient une enquête aussi prenante qu’elle est originale. « Sur ordre de Dieu » ira plus loin que la série en forme de polar, se posant aussi comme une chronique du mormonisme, peignant un portrait effrayant de ses fidèles.

Utah, Juillet 1984, le corps de Brenda Lafferty est retrouvé dans sa maison, avec son bébé de quinze mois. La jeune femme, comme la petite fille, ont toutes deux été égorgées. C’est Jeb Pryce qui hérite de l’enquête, car Brenda était mormone, tout comme Jeb. C’est la première fois que Jeb enquête sur un meurtre, et au fil de son enquête, l’histoire de son peuple, tout comme sa foi, vont être mises à rude épreuve.

Partant sur une base de sept épisodes d’un peu plus d’une heure chacun, « Sur Ordre de Dieu » est une série qui peut aisément prétendre à se poser comme l’une des meilleures mini séries qu’on aura cette année 2022.

Originale, tendue, prenant son temps pour raconter son histoire, son enquête, et même son contexte, « Sur ordre de Dieu » est une série qui se fait passionnante de par le sujet qu’elle décide de peindre, le mormonisme. Si la série demeure bel et bien une enquête, avec ce qu’il faut de mystères et d’intrigues pour nous garder en suspens jusqu’au dernier épisode, pour ma part, c’est bien la peinture de l’univers mormon qui a changé la donne ici. Série évidemment politique, Dustin Lance Black, accompagné de ses réalisateurs (et il y a du beau monde, David Mackenzie, Courtney Hunt, Isabel Sandoval et Dustin lui-même), n’a clairement pas fait dans la dentelle pour décrire la religion mormone, ses croyances, ses règles, ses rituels et ses déviances, avec ses branches dites radicalisées.

Évitant avec brio les clichés, et même les jugements de valeurs envers ses personnages, « Sur ordre de Dieu » est une série qui livre une peinture qui nous en colle la chair de poule. Au travers des sept épisodes, la série arrive à conjuguer et marier une enquête avec un grand lot de suspens, la grande histoire du mormonisme, au travers de flashbacks qui seront toujours les bienvenus, puis derrière ça, et c’est sûrement le plus prenant, la série va peu à peu mettre grandement à l’épreuve la foi et les idées de certains de ses personnages, ce qui va rendre la série étonnante et touchante.

Puis au fur et à mesure que les épisodes s’enchaînent, que les preuves se rassemblent, que les flashbacks convergent, Dustin Lance Black arrive à faire que sa série soit intense. Bien souvent, on va être tendu, révolté, agacé, craintif, ou encore très ému face, et j’y reviens, à ce personnage incarné par Andrew Garfield qui voit ses croyances pour son monde grandement secouées. Dans un sens, c’est un peu comme si avec cette enquête, c’était la fin de l’innocence pour ce personnage. Puis le personnage est aussi extrêmement touchant, grâce à la palette d’émotions et de finesse de jeu dont fait preuve le comédien anglais.

« Sur ordre de Dieu » est une série qui en plus d’être très bien écrite, tient aussi un rythme et un sens de l’enquête parfaitement réussi. Dustin Lance Black prend son temps pour tout raconter, ce qui renforce l’ensemble. Puis derrière ça, la série tient une ambiance glaçante et sous tension permanente, ce qui nous donne toujours l’envie d’aller plus loin. La série est très riche aussi en propositions de mise en scène, se tenant souvent à huis clos pour des interrogations, allant sur le terrain pour récupérer des preuves, ou encore basculant presque deux cents ans plus tôt pour peindre l’histoire du mormonisme, afin de donner plus de poids et de sens aux décisions et autres actes dans le présent. Dans un sens, avec ces scènes de flashback, c’est un petit bout de l’histoire américaine que « Sur ordre de Dieu » raconte.

Enfin, la série peut se vanter d’un casting en or massif, avec d’excellents comédiens qui trouvent tous des rôles intéressants. La série est par ailleurs très riche en rôles, et on ne s’y perd jamais. Tenu par un grand Andrew Garfield, il ne faudrait pas oublier de citer Gil Birmingham, Daisy Edgar-Jones, Sam Worthington, Wyatt Russell, Billy Howle, ou encore Rory Culkin, et encore, j’en oublie tant la série regorge de personnages et de très bons acteurs et actrices pour les incarner.

Sombre, difficile, injuste, révoltante, tendue, et même temps passionnante de bout en bout, « Sur ordre de Dieu » offre une enquête bien plus grande et complexe qu’on ne se l’imaginait. Disponible sur Disney +, la série est immanquable, tout simplement.

Note : 18/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.