octobre 6, 2022

Trois Mille Ans à t’Attendre – L’Anti Mad Max?

Titre Original : Three Thousand Years of Longing

De : George Miller

Avec Idris Elba, Tilda Swinton, Aamito Lagum, Nicolas Mouawad

Année : 2022

Pays : Australie, Etats-Unis

Genre : Fantastique

Résumé :

Alithea Binnie, bien que satisfaite par sa vie, porte un regard sceptique sur le monde. Un jour, elle rencontre un génie qui lui propose d’exaucer trois vœux en échange de sa liberté. Mais Alithea est bien trop érudite pour ignorer que, dans les contes, les histoires de vœux se terminent mal. Il plaide alors sa cause en lui racontant son passé extraordinaire. Séduite par ses récits, elle finit par formuler un vœu des plus surprenants.

Avis :

Venu d’Australie, George Miller est un cinéaste au parcours très atypique. Très vite, avec son premier film « Mad Max« , il se fait connaître et ses suites ne vont faire qu’assurer son talent. Par la suite, même s’il va être souvent salué par ses paires, George Miller va avoir du mal à trouver sa place, oscillant entre drames salués et comédies familiales assez « étranges » dans le sens, où l’on ne voyait pas vraiment le réalisateur d’un « Mad Max » réaliser un film comme « Babe, un cochon dans la ville » et ça, même s’il est à l’origine du premier.

Après un détour par le film d’animation, pour lequel d’ailleurs il remportera un Oscar en 2006, George Miller revient en 2015 avec un projet qui lui tient à cœur depuis près de vingt-ans, un quatrième opus à « Mad Max« . Après plusieurs productions avortées, Miller l’aura finalement fait et à soixante-dix ans à l’époque, le metteur en scène donne une leçon de cinéma, offrant l’un des films les plus dingues des années 2010.

Dès lors, George Miller a de nouveau le pied à l’étrier, et même s’il a bien une idée pour un cinquième opus « Mad Max« , avant s’entamer la réalisation de ce dernier, il se lance dans ce qu’il va s’amuser à appeler un anti « Mad Max«  ».

Cet anti « Mad Max« , c’est donc « Trois mille ans à t’attendre« , un projet ambitieux qui se pose comme un conte romanesque et romantique. Encore une fois, le réalisateur démontre bien qu’il a encore tout un tas d’idées novatrices, et même s’il ne livre pas l’incroyable film escompté, cette fresque magique et poétique à la fois se pose comme un petit, mais beau, George Miller, qui mérite tout notre intérêt.

Alithéa est une professeure de renom. Un jour, lors d’une conférence en Turquie, elle déniche dans un souk une petite fiole abîmée. Quand d’autres auraient vu de la pacotille, Alithéa voit un objet qui a une histoire, et elle était très loin de se douter que quelques heures plus tard, un génie allait en sortir et lui proposer de réaliser trois vœux…

Un film de George Miller, c’est toujours un événement, car depuis une vingtaine d’années, le réalisateur a tendance à se faire rare. Imaginez donc qu’entre « Mad Max Fury Road » et ce film, il s’est écoulé sept ans déjà…

Pour son retour dans nos salles obscures, George Miller revient avec un film pour le moins très étonnant. Un film qui trouve sa place quelque part entre le conte de fées et le drame, aux réflexions philosophiques très intéressantes.

Adapté d’une nouvelle de A.S. Byatt qui date de 1994, « Trois mille ans à t’attendre » est un film qui est à l’opposé d’un « Mad Max« , et derrière ça, il est aussi très différent de ce à quoi l’on pouvait s’attendre. Sorte de huis clos en forme de conversations, « Trois mille ans à t’attendre » est un film qui a un scénario particulièrement intéressant, car il est très riche, que ce soit en termes d’histoires ou de réflexions. Reprenant cette histoire qu’on connaît tous par cœur, le génie qui sort d’une lampe (ici une fiole) et qui propose trois vœux, George Miller livre pourtant autre chose avec cette histoire-là.

Le réalisateur livre un conte de fées où un génie se livre à une mortelle, lui racontant son histoire, ses mésaventures, et au-delà de ça, il lui faut la convaincre de demander ses vœux, afin qu’il puisse retrouver sa liberté. À travers cette histoire, et tous les récits qui vont avec, le réalisateur questionne la liberté, l’envie, la connaissance, l’altruisme, l’amour ou encore l’idée d’être satisfait dans sa vie. À quel moment est-on vraiment satisfait et derrière ça, que faire lorsqu’on se sait satisfait de sa vie, et qu’on vous propose d’avoir plus encore ? Que faire ? Des réflexions qui sont passionnantes.

Derrière ces réflexions, au travers des conversations où le génie conte sa vie à travers les âges, George Miller nous entraîne dans une grande fresque sublime à découvrir et à regarder, car le réalisateur démontre encore qu’il est bourré de créativité. C’est vrai que parfois, le film ne sera pas toujours très juste, et certains effets spéciaux sont assez discutables (cet énorme pied…), mais sur l’ensemble, « Trois mille ans à t’attendre » est beau. Franchement, on en prend plein les yeux, et au travers des âges qu’on traverse, le film est un bouillon de culture qui passionne.

Après, « Trois mille ans à t’attendre« , malgré tous ces bons éléments et toutes ces idées un peu folles, est un film qui déçoit quelque peu, car finalement, il n’est pas aussi intense et touchant qu’il en avait l’air. À travers ces histoires, ces dilemmes, ces personnages, il manque au film de George Miller de l’émotion. Certes, c’est beau, c’est grand, mais du point de vue des émotions, même si les personnages sont intéressants, finalement, on a du mal à être pris d’émotions concernant ce qui leur arrive. Un sentiment qui est surtout développé dans la deuxième partie du film, après un vœu. Même si, dans un sens, ce qui s’y passe demeure logique, on aurait presque envie de dire que petit à petit, on se détache de ces personnages, pour les suivre, certes, avec intérêt, mais émotionnellement parlant, on reste très éloigné, et c’est bien dommage, car il ne manque que de l’émotion pour que ce George Miller s’envole vraiment.

Ce sentiment est d’autant plus étrange parce que le film est tenu par deux grands acteurs, qui sont tous les deux très bons dans leur rôle. Tilda Swinton est excellente, campant un personnage logique, qui a les pieds sur Terre. Quant à Idris Elba, il est très charismatique en génie empreint de nostalgie et d’envie de liberté.

Ainsi, ce nouveau George Miller se pose comme un beau et bon film qui déborde de richesses. Un film qui nous entraîne dans un voyage qu’on n’aurait pas forcément imaginé, et ça, c’est excellent. Après, derrière ça, le film déçoit quelque peu, car très étrangement, alors que tout est là, ses personnages, dans leurs relations, demeurent froids, et l’on a bien du mal à être touché par ce qui leur arrive et c’est dommage.

Note : 13,5/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.