octobre 5, 2022

Sous le Regard de Laria – Chloé Garcia

Auteure : Chloé Garcia

Editeur : Maïa

Genre : Fantasy

Résumé :

Le royaume de Linaria a toujours vécu en paix, sous la bienveillance de la déesse Laria. Le couronnement d’Ystar, fils du Tiane, représentant divin de la déesse, approche. Tous se préparent et entament le long chemin pour célébrer cet événement.
De son côté, sa sœur Via a d’autres soucis en tête. De terribles cauchemars l’assaillent et de puissants pouvoirs se développent en elle. Serait-elle une anomalie ? Ou pire, un monstre ?
À l’est, l’Elfe Lildrille, au sang maudit à la naissance, est interdit d’assister à la cérémonie. Il ne pourra passer du temps avec Via, qu’il aime secrètement. Alors qu’il fuit pour la rejoindre, une guerre familiale intestine fait échouer tous ses plans et le transforme en criminel.
Plus au sud, indisposée par une jambe cassée, la reine Cassiopée se terre dans son antre. Une terrible tragédie remet en cause son amour pour la déesse, alors qu’un attentat meurtrier avorte la cérémonie de couronnement.
La paix en Linaria survivra-t-elle ?

Avis :

À l’instar de la science-fiction, la fantasy est un genre cosmopolite où un imaginaire débridé peut s’épanouir à sa convenance. On y distingue d’ailleurs de nombreuses déclinaisons ; de la fantasy historique aux courants heroic ou dark. Autant de possibilités et de variantes qui permettent de donner corps à des œuvres originales ; elles-mêmes souvent à l’origine de sagas épiques. Tout comme pour le steampunk, on y décèle des fondamentaux malléables dont l’importance et la présence au sein d’un récit tiennent aux aspirations de l’auteur. En l’occurrence, Sous le regard de Laria fait la part belle à la magie, ainsi qu’à la découverte d’un monde complexe.

D’emblée, on distingue un univers particulièrement riche et dense. Le propos tenu se développe par ces extraits d’ouvrages historiques qui permettent de découvrir le passé du royaume de Linaria, ainsi que certains évènements notables. L’intrigue expose les tenants sous le point de vue de nombreux intervenants. Face à ce foisonnement de protagonistes, il est vrai qu’un temps d’adaptation est nécessaire pour appréhender leur rôle et la place qui leur échoie. Cela vaut aussi pour les noms propres, les néologismes et les termes employés pour définir le statut des personnages. En complément des informations en postface, un glossaire aurait pu faciliter la première approche.

Pour autant, ce fourmillement de détails et de relations (sociales ou hiérarchiques) constitue également la force du présent ouvrage. En effet, il est aisé de distinguer une inspiration bouillonnante à même de servir un aperçu global de la situation en Linaria. À travers le contexte et les intervenants, le lecteur se familiarise avec le fonctionnement politique qui caractérise l’ordre sociétal du royaume. Par ailleurs, ces jeux de pouvoir occupent une importance notable dans la manière dont les évènements s’avancent. On pense, par exemple, à ces tensions sous-jacentes qui sommeillent sous couvert d’alliances intéressées, d’amitiés ou de rivalités.

De convoitises en luttes de pouvoir, l’ensemble demeure élaboré et parfaitement cohérent. Cela peut paraître évident aux yeux du lecteur, mais la difficulté est réelle pour faire interagir autant de protagonistes tout en songeant à leur évolution, et ce, sans perdre de vue le fil directeur du récit. Afin de mettre en exergue les enjeux, la fluidité de la narration va de pair avec le style. Ce dernier se montre particulièrement enthousiaste à s’immiscer dans des contrées imaginaires ou dépeindre des échanges au gré des descriptions de cadre. Plus didactique et non moins essentiel, on s’attarde aussi sur les mécanismes régissant Linaria tels que les éléments inhérents à la fantasy, comme l’évocation du mythe des dragons.

Là encore, on remarque une réelle cohésion pour détailler les pouvoirs, ainsi que leur portée respective. Les notions de bien et de mal demeurent floues à dessein. En effet, tout dépend des aspirations et du caractère des intervenants qui font usage de la magie, non du pouvoir en lui-même. À certains égards, la magie peut constituer une forme de croyance, un refuge, qui se manifeste à travers le délaissement d’anciennes religions et divinités. Au fil des pages, le lecteur dispose d’un meilleur aperçu que les protagonistes eux-mêmes des évènements vécus, sans oublier ceux propres au passé du royaume. Un peu comme si les tensions existantes naissaient de cet oubli graduel, d’une mécompréhension de l’autre et des erreurs commises auparavant.

Au final, Sous le regard de Laria est un roman de fantasy entraînant. Chloé Garcia donne corps à un monde cohérent, foisonnant de tenants et d’enjeux à même de faire s’entrecroiser le destin de personnages ; un panel d’intervenants tout aussi nombreux, soit dit en passant. Après s’être familiarisé avec le royaume de Linaria, la découverte laisse place à un récit prompt à l’évasion, à l’expression d’une imagination débordante. En complément de descriptifs fouillés, cela se traduit également par l’évocation d’autres planètes et de leurs peuplades. Ce qui suggère des considérations cosmogoniques quant à l’étendue de cet univers et un potentiel évident pour de futurs tomes…

Note : 15/20

Par Dante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.