décembre 4, 2021

Un Brasier d’Eau et de Vent – Marine Kelada

Auteure : Marine Kelada

Edition : Books on Demand

Genre : Fantastique, Romance

Résumé :

Myra est obsédée par la mer. Toutes les nuits pendant un an, elle fait le mur pour aller s’y baigner, ignorant le froid, les tempêtes, le noir. Pour rien au monde elle ne manquerait ces moments secrets de plénitude inexpliquée…
Jusqu’à cette terrible nuit au début des vacances d’été. Myra vit un drame qui la traumatise de la mer et la renferme complètement sur elle-même.

Un mois plus tard, une rencontre la bouscule.
Une rencontre liée à son passé et à ses démons, aussi palpitante que dangereuse.
Car derrière les yeux de cristal et les secrets qu’ils dissimulent, se trouve sa salvation…ou sa perdition.

Avis :

Une sacrée entrée en matières

Marine Kelada nous enchante avec sa troisième histoire d’amour, après L’héritage d’Arachné et Cendres, toujours en lien avec des mythes et légendes ; un récit empli d’éléments fantastiques et de féerie qui émerveille. Cette atmosphère rafraîchissante fait du bien. Un brasier d’eau et de vent casse ces codes sans ménagement car son aura sombre enveloppe tout le récit. Contrairement à Cendres qui prend son temps, ce roman démarre sur les chapeaux de roue ! Et c’est peu dire !

Les premières pages embarquent le lecteur dans une furie, une tempête démente où la mort résonne dans les jets du vent et les tourbillons marins. Le personnage principal souffre dès l’instant où l’on ouvre le livre, cela nous glace de l’intérieur, et nous happe pour mieux nous enchaîner. Nous n’avons qu’une envie : suivre l’héroïne pour comprendre ce qui s’est passé et l’accompagner vers des jours meilleurs. Une entrée en matière mouvementée, pour un récit à la fois terrible et magnifique, entre ombre et lumière, romance et combat pour la vie.

Des thèmes universels

Marine Kelada ne met pas en scène qu’une « simple » histoire d’amour. Des enjeux bien plus grands, inattendus et savoureux ouvrent les portes d’une lutte pour la survie d’une espèce, pour la pérennité de l’humanité et le maintien de la planète.

La nature, à travers les élémentaux, est menacée, tout comme cette espèce qui se meurt. Les élémentaux ne sont plus qu’une poignée, un petit nombre à la tâche lourde, celle de sauvegarder la beauté de la mer, la férocité du feu, l’allégresse du vent et la sagesse de la terre. Pour espérer ne jamais disparaître, et que l’humanité ne s’étripe dans les flammes d’un chaos indescriptible, ils n’hésitent pas à tout tenter pour que leurs gènes se perpétuent. Un brasier d’eau et de vent propose des scènes terrifiantes, douloureuses, auxquelles l’autrice ne nous avait pas habituées. Le roman n’en devient que plus intense, plus étonnant et tristement réaliste.

Un couple fort

Le couple Myra – Maeldan est rapidement attachant. Ce sont deux personnages forts, charismatiques. Ils ne sont pas parfaits, loin de là. Leurs imperfections nous font les aimer davantage. Impétueux, sauvages, courageux, et follement amoureux.

Leurs points de vue s’entremêlent dans cette histoire : ils ont tous les deux besoin de l’autre, mais pas aux mêmes instants. L’un sans l’autre ne serait rien. Cette complexité et osmose traversent les lignes pour nous toucher. Leurs souffrances sont les nôtres, tout comme leurs combats. Malgré une longueur sur la fin, le roman nous emporte dans une histoire prenante, un amour sincère partagé par deux êtres exceptionnels et en même temps si proches de nous.

Des péripéties homériques

Comme les odyssées d’autrefois, ce roman regorge d’aventures épiques. Les élémentaux se joignent au spectacle, alors que Maeldan et Myra doivent choisir. Le roman bascule dans un tout autre genre, celui qui aime les flots de sang et les violences crues, celui qui met en scène les pires sacrifices et les pires atrocités. La mort danse, aussi bien autour d’une Myra meurtrie, qu’un Maeldan déchaîné. Les éléments tourmentés achèvent la ronde macabre, alors qu’un soleil brûlant menace de tout emporter.

Parce que l’on est habitués, l’on sait que tout se terminera bien. Malgré cela, le lecteur doute. L’autrice sait nous malmener, tout comme elle le fait avec ses héros : rien n’est écrit tant que l’on n’est pas arrivés à la dernière ligne. Les émotions fortes nous assaillent, des questionnements nous envahissent : comment vont-ils s’en sortir ? Mais comment ? L’autrice nous avait pourtant prévenus en amont, chaque détail compte. Rien n’est dit à la légère. Le suspense reste pourtant soutenu !

Le dénouement arrive à point nommé, dans une atmosphère rondement menée avec intelligence. Les pouvoirs des mythes et légendes battent leur plein, le rêve et la lumière englobent tout. En plus d’une belle histoire d’amour qui se termine à merveille, les autres combats se voient eux aussi clôturés avec panache.

Les dernières lignes nous renvoient à l’un des évènements tragiques du roman, l’un des premiers qui annonçait une aventure houleuse.

Entourés d’élémentaux et amis en or, notre couple s’en sort, non sans cicatrices. Espérons que plus aucun mal ne leur arrivera jamais, et que la planète ne cessera de refleurir sous les assauts du soleil, les marées bleutées, les mélodies du vent et les graines sous la terre.

Note : 19,5/20

La chronique vous a donné envie de lire le roman ? Cliquez ici https://bit.ly/3s5modd pour l’acheter et soutenir vos chroniqueurs !

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.