décembre 4, 2021

Docteur Sleep – Stephen King

doctor sleep

Résumé :

Le petit Dany Torrance est désormais adulte. Il a échappé au sort de son père alcoolique et travaille en tant qu’aide-soignant dans un hospice où il utilise ses pouvoirs surnaturels pour apaiser la souffrance des mourants. D’où son surnom : Docteur Sleep. Il rencontre Abra, fillette de 12 ans, pourchassée par un étrange groupe de voyageurs qui traversent les Etats-Unis en se nourrissant de la lumière des enfants télépathes. Commence alors une guerre épique entre le bien et le mal…

Avis :

Après Carrie et Salem, Stephen King signe l’un des ouvrages majeurs de sa bibliographie : Shining. Huis clos d’épouvante absolument angoissant, la lecture de ce roman a marqué tout un pan de la culture horrifique, plus globalement le monde littéraire. L’adaptation cinématographique de Stanley Kubrick aura fini d’asseoir l’œuvre de l’auteur comme un incontournable (malgré le rejet de King pour ce film). En 1997, l’on découvre une mini-série. Plus en adéquation avec les attentes de son géniteur, on restait sur de bonnes bases pour un moment pas forcément terrifiant, mais immersif. Tandis que Dôme débarquait fraîchement dans les librairies américaines en 2009, une suite fut évoquée. Deux ans plus tard, Stephen King confirme que l’on reverra bien Danny Torrance. Alors, nouveau chef d’œuvre ou coup de marketing douteux ?

Tout d’abord, recentrons la chronologie des événements. L’hôtel Overlook et ses fantômes sont partis en fumée avec Jack Torrance. Le petit Danny vivote de-ci de-là avec sa mère. Puis il grandit. La première partie du roman s’axe principalement sur ce contraste entre l’enfant innocent et l’adulte qu’il devient. Ironie du sort, il est un alcoolique notoire, vagabond et colérique alors qu’il refusait de suivre le chemin de son père. C’est donc un personnage tourmenté et perdu que l’on découvre. Puis, il finit par trouver son point d’ancrage à Frazier et décide de se battre pour arrêter de boire. Ainsi, l’on verra se succéder différentes époques plus ou moins rapprochées (2001, 2005, 2011 et 2013 pour rester dans les grandes lignes).

Le traitement est volontairement dramatique, même si les visions spectrales sont présentes, mais pas forcément nombreuses. On sent un certain vécu chez l’auteur. La question de l’alcoolisme le préoccupe particulièrement, il en évoque des raisons (sans toutefois les justifier), des pistes qui pourraient expliquer cette dérive (notamment l’héritage familial, la génétique…). La progression graduelle de Danny est fouillée au possible. Passant de phases tourmentées à des moments difficiles pour ne pas replonger. Le combat contre la boisson est un combat de tous les instants. Pour le soutenir : les alcooliques anonymes. Là encore, on reste dans la retenue pour exposer leur fonctionnement et leur méthode.

À cela, s’ajoute également l’appréhension de la mort. Danny travaille à l’hospice de Rivington et aide les patients à accepter leur sort. Pas de grand discours ou de repentance, mais simplement une étape pour terminer son chemin (et peut-être en poursuivre un autre). Avec ces thématiques abordées, on est bien loin du roman d’épouvante. Pour tout dire, on se situe clairement dans le drame fantastique. Ce choix pourra décontenancer les inconditionnels du premier tome en espérant revoir un nouveau huis clos, des fantômes à foison dans des couloirs étriqués. Hormis son personnage principal et la région, il faut bien reconnaître que Docteur Sleep n’a pas grand-chose en commun avec son aîné.

Malgré une psychologie de fond travaillée à tous les niveaux, on se trouve sur une approche plus intimiste, plus modérée. À ce titre, le rythme est volontairement lent. On notera une grosse baisse de régime dans le milieu du roman. Les protagonistes faisant l’objet d’un soin tout particulier (presque maniaque) dans leur description et leurs motivations. Néanmoins, la conclusion se montre plus tendue et recèle son lot de suspense. Il n’en demeure pas moins (même dans les passages longuets) un style d’écriture qui prend aux tripes et happe littéralement le lecteur entre les mots. Stephen King ne surprend pas en faisant montre de tout le talent auquel il nous avait habitués.

Il faut donc avoir bien en tête que le côté fantastique restera en second plan, même s’il est la ligne directrice. Les fantômes entretiennent l’atmosphère, mais sont peu présents au fil des pages. L’incursion du Nœud Vrai, êtres immortels qui s’apparentent à des vampires se nourrissant du Don, est une bonne idée. Cela permet l’avancement du récit dans le temps et l’espace. Tels des bohémiens, ces nomades de la route parcourent le pays sans jamais s’arrêter. Point de manichéisme de mauvais augure à l’horizon, car en adoptant leur point de vue à intervalles réguliers, l’auteur brouille les cartes. Ils ne commettent pas leurs exactions par plaisir (quoique…), mais par nécessité. Élément intéressant qui occupe une place prépondérante dans l’intrigue.

Au final, Docteur Sleep n’est pas le chef d’œuvre annoncé. Bien trop éloigné de son aîné, son principal défaut est sans doute de jouer sur « la fameuse suite de… » plutôt que de se concentrer sur le récit en lui-même (le seul point commun et évident étant Danny Torrance). Exit le huis clos et l’épouvante, pour une narration posée (parfois lente) et une approche dramatique et intimiste du fantastique. Cela plaira ou non, mais les thématiques avancées (l’alcool et la mort) donnent une symbolique profonde à l’intrigue tout en s’attelant à nous faire vivre une belle histoire bien ficelée et immersive. Une valeur sûre, à condition de ne pas y voir un « Shining bis ». Un roman authentique qui vibre d’une sincère humilité.

Note : 16/20

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « Docteur Sleep – Stephen King »

  1. J’ai passé un chouette moment à le lire, Stephen King écrit toujours aussi bien. Mais le fait qu’il parle de son alcoolisme a travers le livre, ça m’a pas forcément touché. Et j’ai pas apprécié le final… Pour moi, 13/20 !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.