décembre 2, 2021

Atomka – Franck Thilliez

76457920

Résumé :

A Paris, le lieutenant Lucie Henebelle et le commissaire Franck Sharko se remettent du drame de Gataca. Mais une succession d’événements tels que le meurtre d’un journaliste, et la réapparition d’une affaire de femmes jetées dans des lacs quasi gelées vont conduire Lucie et Franck sur les traces d’un tueur obsédé par l’hypothermie qu’ils poursuivront jusqu’à la zone interdite de Tchernobyl.

Avis :

Depuis le succès mérité de La chambre des morts, Franck Thilliez ne cesse de nous étonner avec des thrillers à la fois tendus, maîtrisés et glauques. En somme, de très bons ouvrages qui ne déçoivent jamais et s’appuient sur une documentation technique et scientifique pointue et cohérente. Après l’excellent huis clos Vertige, l’auteur revient avec ses deux personnages fétiches (à savoir Sharko et Lucie) pour une nouvelle enquête. Un roman qui se veut dans la continuité (presque directe) du diptyque de la violence (Le syndrome E et Gataca). Alors, nouveau coup de maître au pays du thriller francophone ?

Il est vrai que leurs précédentes péripéties ont grandement éprouvé le duo de tête. Des événements tragiques qui les ont laissés tels des écorchés de la vie. Atomka marque un point d’évolution capital pour Franck et Lucie, mais aussi pour leur relation. L’on se trouve bien dans un thriller digne de ce nom qui ne privilégie pas la romance avant l’intrigue, mais ne l’oublie pas pour autant. Cet équilibre soigné permet d’apporter de l’épaisseur et de la crédibilité à la caractérisation tout en proposant quelques bouffées d’oxygène au sein de l’enquête.

Des interludes qui peuvent paraître un peu longs aux yeux de certains (il est vrai que l’on notera une petite baisse de rythme lors des derniers chapitres), mais varient l’action tout en faisant monter la tension. À ce titre, le suspense est maîtrisé du début à la fin grâce à une intrigue dense et foisonnante de détails. Certes, les tenants de l’histoire restent classiques (un meurtre, une enquête), mais la portée des découvertes pendant les investigations confère à Atomka un statut supérieur à celui de thriller. Entre quête d’immortalité et dénonciation du nucléaire, les fils pour relier ces deux thèmes principaux sont solides et bien cousus.

On reconnaît bien là, le talent de l’auteur pour partir d’une idée folle et la rendre plausible via une évolution progressive et recherchée. En s’appuyant sur des données scientifiques et des théories, Franck Thilliez tisse le mobile et la trame de son récit sans jamais se perdre en propos abscons ou retournements de situations téléphonés. Outre ses évidentes qualités d’écritures, on retiendra des explications claires (pas toujours concises) et vulgarisées au possible pour la crédibilité de l’ensemble. À cela, les séquences d’action ou un peu plus musclés ne manquent pas à l’appel pour faire d’Atomka un roman complet et immersif au possible.

Non seulement les codes du genre sont respectés à la lettre, mais Franck Thilliez nous happe dans son univers via une atmosphère sombre et froide des plus délectables. Le récit se passe à la veille de Noël sous une tempête de neige. Entre la France, le Nouveau-Mexique et Pripiat, on nous offre un triangle aussi complexe et inquiétant que le sigle nucléaire. Les environnements sont décrits avec sobriété et sans jamais tergiverser sur des détails inutiles. Là encore, le cadre offre une certaine variété. C’est plaisant et reste toujours dans le ton de l’histoire en dénichant des endroits étranges et singuliers à la symbolique toute trouvée.

Au final, le onzième roman de Franck Thilliez se révèle dans la droite lignée de ses prédécesseurs. À savoir, un thriller immersif doté d’un sens du suspense sans faille et d’un scénario original, fouillé et crédible. Il en ressort un livre ambitieux, dense qui pose nombre d’interrogations sur les incertitudes et les dangers qui pèsent autour du nucléaire. Sans sombrer dans la fable écologique de bas étage, le message sous-jacent a le mérite d’être présent et discret. Atomka est donc un excellent roman à recommander non seulement pour les inconditionnels de l’auteur, mais pour ceux qui souhaitent découvrir son talent.

Note : Les enquêtes de Franck Sharko et Lucie Hennebelle étant indépendantes les unes des autres, elles sont parfaitement compréhensibles sans avoir lu les précédentes.

Note : 16/20

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.