novembre 30, 2021

L’Héritage d’Arachné – Marine Kelada

Auteure : Marine Kedala

Editeur : Nouvelles Plumes

Genre : Fantastique, Romance

Résumé :

Emma, jeune danseuse de 19 ans, vit seule avec son père, un scientifique peu scrupuleux qui s’est réfugié dans le travail depuis la mort de son épouse. Lors d’un footing, elle trébuche sur le corps d’un jeune homme inconscient. Il ne porte sur lui qu’un collier attrape-rêves. Le père d’Emma décide rapidement d’en faire son cobaye clandestin. Alors que la jeune fille se prend d’affection pour cet étrange garçon, le mystère s’épaissit: ses yeux noirs ont un reflet rouge, il s’exprime dans une langue du XIIe siècle et il peut faire preuve d’une force herculéenne. Entre passion et sorcellerie, l’existence d’Emma est sur le point de basculer.

Avis :

Nouvelles Plumes est une édition qui fait du bien et qui nous fait découvrir constamment de nouveaux auteurs. C’est le cas ici, avec ce roman au genre du fantastique, qui ne paye pas de mine et qui pourtant ne finit pas de nous étonner. Le résumé ne laisse pas de grand doute quant à l’histoire d’amour qui se déroulera entre la protagoniste et l’homme qu’elle découvrira malgré elle.

Cependant, cette histoire est fascinante, et les personnages dégagent une force et des émotions riches. Le caractère de l’homme-araignée est agréablement surprenant et celui d’Emma est électrique. On se laisse vite prendre au piège des premières pages et on s’attache rapidement à ces deux héros atypiques. Par ailleurs, l’histoire de cœur n’est pas ce qui ressort le plus à la fin du roman et l’auteure a su décrire les sentiments avec finesse et subtilité. On n’est pas dans du gnangnan ou de l’eau de rose et c’est criant de vérité malgré la situation.

Emma a une personnalité complexe et c’est avec plaisir que l’on plonge dans ses pensées les plus sombres comme dans ses réflexions du quotidien, grâce à la narration à la première personne. L’action n’avance pas toujours vite et ce n’est pas dérangeant. La vie de la jeune femme est plaisante à suivre, aussi bien dans ses petits jobs que dans ses répétitions pour ses représentations de danse. Cette part artistique du personnage ne ressort tout de même pas assez et c’est dommage.

Il aurait été intéressant d’en savoir bien plus sur le pourquoi d’un tel métier, sur ce qu’elle ressent quand elle danse ou sur ses sensations pendant un spectacle devant des centaines de personne. Toute cette partie est plutôt mise à l’écart tout en permettant d’enjoliver Emma et ses aspirations malgré tout. Quelques incohérences ou oublis pointent le bout de leur nez, notamment lorsque Emma, blessée, ne s’inquiète pas du tout pour ses chorégraphies ni pour ses phases de réapprentissage du corps. Une passion aussi dévorante ne peut s’occulter ainsi, à priori.

Le personnage d’Arachos est bien construit et très attachant. Timide, découvrant constamment ce qu’est de vivre, et apprivoisant petit à petit la présence d’Emma à ses côtés, on ne peut que l’apprécier tel l’enfant qu’il est même si son âge est démesurément grand et loin de nos réalités. Ce paraître qui diffère radicalement de ce qu’il est au fond de lui, permet au jeune homme de se complexifier au fil des pages et de captiver le lecteur qui a du mal à prévoir ce qui va suivre. Ses pouvoirs et ses capacités n’étonnent pas vraiment au vu du titre du roman, et du super-héros Spider-Man que l’on connaît plutôt très bien pour beaucoup d’entre nous. Cela n’est pas gênant car l’apparition des pouvoirs d’Arachos n’a rien à voir avec une araignée radioactive et que la légende liée à son histoire est bien trouvée.  

D’autres personnages secondaires, au charisme débordant, tournent autour de nos deux héros et ne leur sont pas toujours bénéfiques. Le père d’Emma, par exemple, est l’exagération même du scientifique sans scrupule qui passe sa vie en laboratoire plutôt que de voir grandir sa fille. La relation entre le père et la fille est plutôt malsaine et il est difficile de blâmer la jeune femme quand on se rend compte que son père est capable des pires atrocités pour arriver à ses fins. La première partie du roman est d’ailleurs basée sur ces problèmes et la critique du savoir et de la science sont plutôt intéressantes.

L’élément perturbateur du roman arrive un peu tard et ne surprend pas. On a l’impression de devoir continuer une histoire qui partait bien et qui finira sans surprise aucune. Heureusement, la fin est surprenante par bien des côtés et n’est pas toute rose, comme on aurait pu s’y attendre, ou au contraire toute noire. On ressort de la lecture avec une impression agréable et la sensation d’avoir vécu une belle histoire.

Le rythme du livre est étrange et parfois désagréable. Plusieurs ellipses de plusieurs mois sont établies à plusieurs reprises et on ne voit pas vraiment l’intérêt de certaines si ce n’est justifier la lenteur de plusieurs chapitres. Certains passages sont un peu répétitifs et la vie reculée de nos héros n’est pas toujours passionnante à suivre malgré les caractères des protagonistes et leurs instants de découverte de l’un et de l’autre.

L’héritage d’Arachné reste une belle surprise et un roman fascinant et apaisant.

Note : 16,5/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.