juillet 15, 2024

Coexister

De : Fabrice Eboué

Avec Fabrice Eboué, Audrey Lamy, Ramzy Bedia, Guillaume De Tonquédec

Année : 2017

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Sous la pression de sa patronne, un producteur de musique à la dérive décide de monter un groupe constitué d’un rabbin, un curé et un imam afin de leur faire chanter le vivre-ensemble. Mais les religieux qu’il recrute sont loin d’être des saints…

Avis :

Le dernier film de Fabrice Eboué est une réussite ! En plus de rire, de sourire et d’être ému, le spectateur sera aussi choqué par la teneur de certaines blagues comme par le trash de certaines scènes. Il se verra également réfléchir sur le message du film qui, loin d’être moralisateur, est tout de même un hymne au partage, au vivre-ensemble et à l’acceptation des autres.

Le speech ne paraît pourtant pas très révolutionnaire et la bande-annonce ne survend pas le film, bien au contraire. Nicolas, un producteur de musique, pour ne pas perdre son emploi, doit remplir dans les six mois la salle de l’Olympia avec un nouveau groupe ou une nouvelle star. A l’image du groupe des prêtres chanteurs, qui a eu un succès non négligeable, il décide, contre toute attente, de choisir un prêtre, un rabbin et un imam pour former un nouveau groupe du nom de Coexister. L’idée ne paraît clairement pas crédible ni faisable aux yeux de ses proches mais Nicolas y croit : quoi de mieux que d’apporter du bonheur, de la paix, du partage et de la tolérance dans le cœur des gens alors que le monde est en émoi suite à de multiples attentats et à des guerres de religion ?

Même si certains pourront les croire clichées, les blagues sont intelligentes, drôles et recherchées. Pour quelques-unes, on se surprend à en être choqués, comme si critiquer les religions était dangereux alors que rire de tout est un des meilleurs moyens d’en parler, de mieux les comprendre et de les mettre au même niveau. Chacune des trois religions en prend pour son grade tout au long du film. On ne s’ennuie pas et la fin arrive bien vite. Le rythme est soutenu du début à la fin avec des passages plus accrocheurs que d’autres, plus émouvants que d’autres ou plus choquants que d’autres.

Les 5 acteurs principaux sont époustouflants dans leur rôle : Fabrice Eboué joue un Nicolas juste, sans fioritures, qui croit en ses idées et dans l’entente entre les trois religions monothéistes malgré tous les obstacles qui s’ajoutent au fur et à mesure de la tournée ; Ramzy Bedia a un rôle provocateur et ne l’exagère en rien, et loin d’être lourd, il reste touchant, très émotif mais par contre pas très réfléchi ; Jonathan Cohen est un rabbin dépressif qui essaie de remonter la pente, on l’apprécie rapidement notamment via ses réflexions et son ouverture d’esprit ; Audrey Lamy joue le rôle de Sabrina avec finesse, on s’attache au fur et à mesure que son personnage est approfondi dans le film, nous faisant découvrir une personne sensible qui se révèle une vraie femme d’affaires ; et Guillaume de Tonquédec qui représente la religion chrétienne dans ce film, avec un tempérament posé, calme, droit, logique et qui ne se laisse jamais aller jusqu’à la fin.

Sa voix est claire et mélodieuse, plus aigüe que les deux autres. Celle de Jonathan Cohen est magnifique avec son timbre grave et celle de Ramzy, quoique plus ordinaire, est chaude et profonde. Le film nous laisse entendre principalement trois des musiques du groupe, une reprise et deux originales. Même si elles n’ont rien d’extraordinaire, elles sont de la bonne variété et rentrent rapidement dans la tête. Les textes sont bien pensés et les mélodies sont simples à retenir. On s’étonne à les retenir facilement pour les chanter sur la fin en même temps que le groupe passe sur scène.

Les autres personnages du film, comme celui joué par Mathilde Seigner, sont crédibles, et bien que peu présents dans le film, y jouent un rôle essentiel.

Certains passages du film sont très bien construits. Le début est particulièrement hilarant, notamment lorsque Nicolas doit chercher un nouveau groupe et qu’il épluche tous les choix qui lui sont proposés. Entre des filles dénudées, du rap plus qu’original et de la chanson dépressive, la petite maison de production a du mal à en croire ses oreilles. Le tournage d’un des clips est bien réalisé. On le vit pleinement tant avec les chanteurs qu’avec l’équipe technique. Les sous-intrigues sont aussi intéressantes et n’alourdissent en rien l’histoire principale. Les histoires d’amour ne sont pas des stéréotypes ennuyeux et amènent des messages et émotions qui en toucheront plus d’un. Les personnages sont chacun approfondis à leur manière et le film passe du temps sur chacun d’eux pour que le spectateur se les approprie tous. Certaines scènes qui auraient pu être exagérées, lourdes ou attendues, ont été tournées habilement et surprennent les spectateurs qui, loin d’être exaspérés sont agréablement surpris.

Un film qui fait du bien et qui sait rigoler de tout. Il est certain qu’une certaine ouverture d’esprit est nécessaire pour pleinement apprécier le film, le comprendre dans son intégralité et rire tout du long. Les trois personnalités religieuses, loin de s’apprécier au début, et prônant plus l’hypocrisie que le vivre-ensemble, finissent par représenter ce qu’elles chantent tout en nous donnant un peu d’espoir.

Note : 18/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=aX_Tpn61540[/youtube]

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.2passions1dream.com/. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.