décembre 7, 2021

Jonathan Maberry – Apocalypse Zombie

apocalypse-zombie-maberry

Résumé :

Benny a grandi dans une petite ville protégée des attaques zombies par une barricade et doit trouver son premier boulot pour ses seize ans. Il rêve de se venger de la mort de ses parents en devenant exterminateur de zombies. Après tout, c’est l’entreprise familiale ! Tom, son frère, en a fait son métier. Mais le jour où Benny doit affronter son premier zombie, il se rend compte que la barricade ne le protégeait pas du véritable danger. Un sabre ne suffira peut-être pas à assurer sa survie.

Avis :

Le zombie est à la mode est cela est indéniable. Très souvent, dans les différents supports ludiques, c’est lui qui nous bouffe le cerveau, mais en ce moment, on peut dire que le zombie est croqué à toutes les sauces et qu’à quelque part, le succès de Walking Dead n’y est pas pour rien. Décliné sous toutes les formes, le zombie se voit en jeux vidéo, en films, en jeux de société, en comics et en livres, et c’est justement ce dernier support qui va nous intéressé aujourd’hui. Alors je ne vais pas (encore) parler du guide de survie en territoire zombie de Max Brooks, ou encore de la trilogie Zombie Island, mais plutôt d’un titre pour adolescents qui répond au doux nom de Apocalypse Zombie. Avec un tel titre, on s’attend à quelque chose de gore, de sale et de totalement désespéré. Alors avons-nous à faire à une énième histoire de zombie dans un monde ravagé ? Oui. Mais ce livre vaut quand même le coup d’œil pour diverses raisons que je vais tenter d’énumérer de suite.

Apocalypse Zombie nous narre les aventures de deux frères, Benny et Tom Inamura qui vivent dans une bourgade très surveillée. Le premier point intéressant de ce livre, c’est que les zombies sont déjà là et que l’on n’a pas une arrivée lente et irrécupérable de l’inéluctable. Jonathan Maberry ne va pas se prendre dans un monde déjà vu, mais il essaye plutôt d’entrevoir la survie des hommes au milieu des zombies. De ce fait, on comprend que les zombies sont majoritaires et que les humains vivent reclus dans des bourgades. L’auteur essaye alors d’imaginer le rôle de chacun et instaure un schéma de vie simple, où la ration remplace l’argent et où le travail prévaut à l’éducation (même si elle existe). Relativement intelligent dans sa première partie, le livre va se perdre quelque peu dans une narration classique du genre zombie et surtout il va tomber dans le message moralisateur que nous serine Romero dans tous ces films : L’homme est pire que le zombie. Ceci dit, cela n’est pas du tout mauvais, bien au contraire. Le style assez fluide et le vocabulaire employé par Maberry demeure très bon, en plein accord avec le genre. Mais au-delà de ça, le livre comprend de très bons moments et montre des personnages vraiment horribles en dehors de nos deux héros. Il joue aussi sur les sentiments et notamment sur les liens difficiles entre les deux frères dès le début de l’histoire et un passage va littéralement vous fendre le cœur. Maberry, en vieux briscard littéraire, n’oublie non plus d’insérer une dimension passé tragique aux deux héros, histoire de pimenter les relations et de poser des questions aux lecteurs.

Au final, Apocalypse Zombie demeure un bon roman de jeunesse et il s’éloigne de ses pairs en proposant un univers déjà blindé de zombies et s’intéressant principalement à deux frères et aux affres de l’adolescence dans un monde ravagé. Lourdingue dans sa partie aventure avec les gros méchants très méchants qui montre une fois de plus (trop ?) que l’homme est finalement pire qu’un mort-vivant, le livre surprend surs on coté psychologique avec les questionnements et l’évolution de l’adolescent dans ce  monde si difficile. Bref, il en résulte un livre agréable, pas forcément novateur mais ayant de bonnes idées et qui croque quatre portraits intéressants celui des deux héros et de deux jeunes filles qui ont tout perdu à cause de l’être humain. Un univers intéressant puisque un deuxième tome risque de voir le jour rapidement.

Note : 15/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.