mai 16, 2021

Dolls les Poupées

192517dolls

Titre Original : Dolls

De : Stuart Gordon

Avec Stephen Lee, Guy Rolfe, Ian Patrick Williams, Carolyn Purdy-Gordon

Année: 1987

Pays: Etats-Unis

Genre: Horreur

Résumé:

Sur la route des vacances, David Bower, sa future épouse Rosemary et sa fille Judy sont surpris par un violent orage, qui les contraint à s’arrêter sur le bord de la route. Ils trouvent refuge dans une maison aux murs décrépits où vit un couple de vieillards, collectionneurs de poupées. Pendant la nuit, les hôtes dévoilent leur vraie nature et entreprennent de châtier ceux de leurs invités qui ont perdu leur âme d’enfant…

Avis:

La poupée est vraiment une figure de choix dans le domaine du film d’horreur. Au même titre que les bestioles dangereuses pour l’homme ou aux autres créatures fantastiques comme les vampires ou les zombies, la poupée est devenue au fil du temps un objet incontournable du panthéon de la terreur. Bien entendu, certaines sont devenues cultes, à l’image de Chucky, créée par Don Mancini et figure de proue de l’horreur et certains producteurs sont devenus des spécialistes de la poupée en plastique comme Charles Band et sa société de production Full Moon. Parmi les films les plus connus on peut citer la saga Puppet Master ou encore le film Blood Dolls. Mais juste avant la sortie de Jeu d’Enfants, mettant en vedette Chucky, sort Dolls, Les Poupées de Stuart Gordon, qui ressort grandi de son succès avec Re-Animator.

dolls

Et le film n’a pas fait que des heureux au départ, puisque Tom Holland, réalisateur du premier Chucky était fort mécontent de voir un autre film avec des poupées lui voler la politesse. Néanmoins, après un coup de fil cordial, les deux réalisateurs en arrivèrent à la conclusion que les deux films étaient forts différents. Et il est vrai qu’il y a peu de rapport entre Jeu d’Enfants et Dolls, l’un étant un slasher avec une pointe de fantastique et l’autre étant un vrai film d’horreur fantastique avec un message final. Car sans meilleur que l’autre, Dolls est un très bon film d’horreur qui n’a pas pris une ride depuis sa parution en 1987.

Judy est une petite fille qui n’est pas aimé ni par son père, ni par sa belle-mère, une riche bonne-femme exigeante. Alors qu’ils sont en voiture pour les vacances, un orage éclate et leur voiture se retrouve embourbée. Fort heureusement, ils trouvent une grande maison avec à l’intérieur, un couple de personnes âgées fort sympathique. Lui est créateur de jouets et sa femme l’aide dans son labeur. Durant le repas, un homme et deux jeunes femmes punks font irruption pour se mettre à l’abri et ils sont invités à dormir pour la nuit. Seulement, les jouets vont prendre vie durant cette nuit et le cauchemar va commencer.

Film avec une jolie réputation, Dolls les Poupées ne démérite ce statut et le bluray édité par Sidonis Calysta le prouve une fois encore. Bien loin de fournir dans l’horreur bas de gamme, le film de Stuart Gordon essaye de faire passer un message tout en gardant un aspect de peur de bonne facture. Il faut dire que la réalisation est parfaite, donnant quelques moments de pure frousse, notamment lorsque l’une des deux punkettes découvrent l’état de sa copine, avec un masque de poupée blafard et les yeux dans les mains. Le réalisateur joue avec les lumières et les ombres et fournit un excellent travail. Mais encore mieux, il arrive à garder une ambiance très particulière, entre réalité et cauchemar. L’introduction avec les pensées de la jeune fille et son nounours qui devient un monstre sanguinaire donne le ton, le film jouant sans arrêt sur la tangente entre une réalité délétère et un cauchemar éveillé.

Et le film joue aussi sur le tableau du gore tout en gardant un message enfantin. Cette dichotomie est très intéressante et permet de mettre le spectateur mal à l’aise dans un univers glauque et pourtant protecteur. Ainsi, certains meurtres sont vraiment barrés, comme cette fusillade en règle par des soldats de bois ou encore l’état de la nana qui se défenestre. D’un autre côté, on aura tout un côté protecteur, salvateur avec la position du fabricant de jouets qui aime les enfants ou les adultes ayant gardé leur âme d’enfant. Ainsi, on ne s’inquiète jamais vraiment pour ces personnages, sauf envers les autres adultes et notamment le père et la belle-mère qui sont vraiment détestables. Les acteurs sont au diapason, étant les seuls à ne pas jouer sur un double tableau inquiétant et rassurant. Sauf bien évidemment les deux tenanciers de la baraque, absolument adorables mais cachant un lourd secret et devenant par là même dérangeant, surtout lorsque la dame promène une poupée dans un landau. Reste les effets spéciaux, de fort belle qualité pour l’époque, sauf peut-être la transformation finale en numérique qui demeure aujourd’hui décevante. S’il fallait trouver des défauts, ce serait surement la fin qui tombe comme un cheveu sur la soupe ou encore certaines situations cocasses impromptues comme lors de l’arrivée de l’homme et des deux punkettes.

Dolls-Dolls

Au final, Dolls les Poupées est un excellent film d’horreur qui ne souffre pas vraiment des années. Jouant continuellement sur deux tableaux entre cauchemar et bienveillance, le métrage est un film d’horreur hybride, souvent dérangeant, parfois amusant, et avec un message intéressant, l’importance de garder son âme d’enfant. Un film à redécouvrir en haute qualité, relativement court et rythmé et comme on en fait plus aujourd’hui, au même titre que ces poupées si rassurantes et flippantes à la fois. Annabelle, tu peux aller te faire foutre!

Note: 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.