octobre 25, 2021

Tiens-Toi Droite

570099.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Katia Lewkowicz

Avec Marina Foïs, Noémie Lvovsky, Laura Smet, Sarah Adler

Année : 2014

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Louise, Sam, Lili. Trois femmes qui ne se connaissent pas mais dont la volonté farouche d’évolution va les faire se rencontrer, se rejoindre, se juxtaposer.
C’est l’histoire de Louise qui quitte le pressing de famille pour travailler dans une grande entreprise de fabrication de poupée où l’a pistonnée son amant.
De Lili, Miss Nouvelle-Calédonie, qui fait la rencontre d’un riche industriel.
De Sam, mère de famille nombreuse, qui décide de prendre son indépendance.
Il y a la pression de leurs mères, de leurs sœurs, de leurs amies.
Il y a leurs hommes qui disparaissent. Il y a leurs filles qui les regardent, les imitent.
Et il y a la conception de ce nouveau modèle de poupée, enfin à l’image de la femme.
Mais est-ce le modèle qui doit s’adapter à la femme ou l’inverse ?

Avis :

« Tiens-toi droite« , un titre bien curieux comparé à la bande-annonce farfelue du second film de la réalisatrice Katia Lewkowicz. Farfelu, c’est le premier mot qui me vient à l’esprit pour vous parler de cet ovni aussi délirant que creux dans le fond. Et je dis bien creux, car même si j’ai bien rigolé devant les différentes destinées des personnages, j’ai trouvé l’ensemble assez plat dans le fond, un film qui en fin de compte ne raconte pas grand-chose, et c’est dommage, car l’ensemble est drôle, mais il lui manque le fond pour que ce soit génial.

062023.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx



C’est l’histoire de trois femmes toutes très différentes les unes des autres. Trois femmes aux aspirations diverses, qui ne se connaissaient pas et que le hasard va réunir autour d’un projet, la création d’une poupée.

En premier, il y a Sam, mère de famille de trois, enfin bientôt cinq filles, dépassée pour les événements, elle fait tout pour garder la tête hors de l’eau. Ensuite, il y a Lili, une belle jeune femme intrigante. Élu Miss Calédonie, elle cherche encore ce qu’elle veut faire dans la vie. Et puis il y a Louise, qui vient de décrocher le poste qu’elle convoitait depuis des années. Toutes les trois ne se connaissent pas, mais bientôt, elles vont devoir travailler ensemble et ça risque de ne pas être commode.

Il y a comme un vent de folie douce qui s’apprête à débarquer dans nos salles pour cette fin novembre. Une folie douce et amère à la fois, une folie qui se laisse regarder avec plus ou moins de sourires, mais qui nous quittera avec un sentiment de confusion et d’interrogations. Certes, Katia Lewkowicz nous réserve un film complètement décalé, un véritable ovni qui a ses bons côtés, et bien évidemment, il aura ses défauts et la tambouille au final sera mitigée et j’en ressors aussi amusé que perplexe.

Le scénario est pour le moins original et inédit. La réalisatrice a voulu faire un film de femmes, qui parlera beaucoup aux femmes, (selon elle, quand elle est venue présenter le film) et qui est en grande partie tenu par des femmes. Le film aborde de manière délirante et dramatique à la fois, la féminité, le travail des femmes, leur pouvoir, leur magie, leur dérive, leur concession, leur engagement, et leur folie, leur non-sens. Si les intentions sont louables, et l’on comprend bien le désir de la réalisatrice d’aborder ces sujets de manière différente et peu conventionnelle, dans le fond, le film ne nous racontera pas grand-chose, et au final, on se demande bien le but d’une telle œuvre. Car, au final, quand j’y repense, aucune d’entre elles n’aura vraiment avancé dans son histoire. J’ai eu la sensation que le film tournait en rond, et c’est ça qui me dérange le plus, car dans le fond, je n’ai pas passé un mauvais moment, au contraire, je peux même vous dire que je me suis bien amusé devant les situations cocasses ou burlesques que le film nous présente. Puis l’humour, comme les dialogues, sont bien pensés et écrits. Je me suis même vraiment marré devant le parcours d’une Laura Smet qui joue parfaitement la cruche et en fait baver à son staff. Mais c’est ce final qui me dérange, cette coupure brutale, et je suis ressorti de la salle un peu frustré avec l’impression de « tout ça pour ça en fin compte »…. Mouais, merci pour la rigolade, mais pourquoi ? »… Même si ce n’est pas la comédie de l’année, ce côté ovni burlesque, déjanté et cette touche de non-sens m’avait plu, mais j’aurais aimé un autre traitement surtout une conclusion moins… euh… Non, enfin plus… euh… Enfin non… Bref, je ne sais pas trop, mais autre chose que ce qui nous est proposé.

Les trois histoires sont plus ou moins intéressantes, mais leur très gros point fort, c’est d’être tenues par des acteurs et surtout des actrices qui sont bien dans leur peau, dans leurs personnages, à commencer par Laura Smet qui est sur toutes les lèvres à la sortie de la projection. L’actrice est géniale dans la peau de cette cruche, qui est une femme complètement perdue, qui ne sait simplement pas quoi faire de sa vie. Son personnage est le plus gros point du film, celui qui fait rire, qui détend, qu’on aime, en fait, elle crève l’écran tout simplement, surtout qu’elle est accompagnée par une Lola Dueñas hilarante au bord de la crise de nerfs. Marina Fois trouve là un joli rôle touchant dans son envie de réussir. Elle aborde un côté plus dramatique je ne lui connaissais pas et ça lui réussit bien.
Seule Noémie Lvovsky est en dessous dans le casting. Non pas que la comédienne soit mauvaise, non, c’est simplement son histoire qui est la moins intéressante du lot.
Le reste du casting sera tenu par un Jonathan Zacaï fortement sexy, un Michael Abiteboul très naturel, Richard Sammel christique et une pelletée de gamines parfaitement insupportables et drôles en même temps.

077727.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx


« Tiens-toi droite » est donc un film qui est sauvé dans un sens par la folie qui y règne, son univers déjanté, avec ce côté décalé qui est bien réussi, par son humour aussi et ses situations drôles et sympathiques et heureusement que ces moments sont là, car ils sont là pour masquer un film creux.

Note : 12/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=tUPGhFqGQcs[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.