octobre 26, 2020

Paranormal Activity 2

Paranormal_Activity-2-film-Poster-Affiche-Francaise-01

De : Tod Williams

Avec Sprague Grayden, Katie Featherston, Brian Boland

Année: 2010

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur

Résumé:

L’esprit démoniaque du premier Paranormal Activity est de retour, et c’est une nouvelle famille fraîchement installée dans une belle demeure qui va en faire les frais…

Avis :

Quand un film d’horreur fonctionne et fait le buzz autour de lui, il est d’une logique implacable qu’une suite fasse immédiatement surface. C’est le cas avec Paranormal Activity 2 qui est à la fois prélude, présent et suite du premier épisode qui a tant déchiré les critiques et les spectateurs. Si l’on se penche un petit peu du coté purement monétaire du projet, on est en droit à s’attendre à un film identique au premier et qui ne se renouvelle pas des masses. Sauf qu’ici, la donne est différente, car les producteurs ont du se dire que ce qu’il y a de pire après un jeune couple dans la fleur de l’âge, c’est une famille entière avec un nouveau-né. Faisant fi de la facilité scénaristique pour instiller la peur chez le spectateur, je me mate donc cette suite presque immédiatement après avoir vu le premier, mais était-ce une bonne chose ? Le film est-il aussi sympathique que le premier métrage ? La malédiction des suites est-elle encore une fois avérée ?

PAranormal-Activity-2-trail_4ugeek.png

Ceci n’est pas un film sur la négligence parentale où on laisse un berger allemand avec un bébé.

Le scénario de ce deuxième opus fait très largement dans la facilité. Après avoir torturé un jeune couple amoureux auquel on pouvait facilement s’identifier, voici que maintenant on s’attaque à une famille complète et surtout au petit dernier de la famille. Bien entendu, les scénaristes ne se sont pas foulés puisque la logique après un jeune couple, pour monter dans l’angoisse et la peur est un enfant et si possible un bébé. Ce deuxième opus est donc dans la continuité du tout premier. Sauf que les scénaristes ont eu une fulgurance sur la fin et dans le déroulement global de l’histoire. En effet, plutôt que de prendre une autre famille et de refaire bouger les lustres, on nous présente la famille de la sœur de la victime du premier métrage. De ce fait, on revoit rapidement la nana du premier film sans qu’elle soit possédée. Néanmoins, on comprend que tout a commencé ailleurs et que finalement, le démon ou l’esprit qui les tourmente est présent depuis leur jeunesse. Le seul problème, c’est que tout cela ne dure pas bien longtemps et que la plupart du temps, on attend les différents phénomènes dans la baraque et les différents moments de frousse. On peut donc dire que scénaristiquement parlant, le film est quasiment identique au premier sauf qu’il y a plus de personnages et qu’il est plus long.

Mais pourquoi une telle longueur ? Le premier métrage durait à peine plus d’une heure vingt et c’était largement suffisant. En effet, dans ce genre de film, il n’y a pas beaucoup d’action et quand il y en a, les phases où ça bouge un peu se résument la nuit, sur caméra fixe, puis avec une réaction plus ou moins rapide de la famille. Avec ce deuxième volet, le film prend quasiment plus d’une demi-heure et il en devient presque trop long. D’autant plus que l’on connait déjà l’histoire et que cela risque de paraître pour une simple resucée du premier film. Du coup, l’ambiance a énormément de mal à s’installer et on attend impatiemment le prochain coup d’éclat de l’esprit. Seulement, il ne se passe pas grand-chose, tout du moins, il se passe beaucoup moins de chose que dans le premier. De ce point de vue là, c’est déjà une déception. Comme l’ambiance a du mal à s’installer et que l’on s’emmerde plus qu’autre chose, les différents effets ne prennent pas et les sursauts sont beaucoup moins présents. Le coup du robot de piscine est d’une nullité affligeante, et seuls les assauts sur le bébé sont intéressants et relativement bien fichus. Néanmoins, c’est une bien maigre consolation et le sentiment de malaise qui m’avait envahi lors du premier métrage a été absent lors du visionnage de ce deuxième film.

paranormal-activity-2-1-07-10

C’est à peu près la dégaine que l’on a lorsque le bébé ne fait toujours pas ses nuits.

Au niveau des acteurs, on retrouve deux personnages du premier film. Micah Sloat et Katie Featherston font quelques apparitions car il s’agit de la sœur de la mère de famille. Bien entendu, il s’agit d’acteurs inconnus, mais ils tiennent bien leur rôle et c’est l’essentiel. Celle qui va être possédée, la mère de famille est une actrice un peu plus connu. Il s’agit de Sprague Grayden, qui a joué dans toute sorte de séries dont l’excellente Sons of Anarchy dans laquelle elle incarnait la femme d’un des héros. Dans Paranormal Activity 2, elle incarne une mère de famille tout ce qu’il y a de plus banal et il faut dire qu’elle le fait relativement bien. Il n’y a pas de surjeu, pas de fausses notes, donc c’est agréable. Le reste du casting reste très effacé et cela pour plusieurs raisons. La première, la plus évidente, est que leurs rôles ne sont pas hyper importants, comme le père de famille, même si son rôle reste déterminant par la suite ou encore comme la fille de la famille qui demeure relativement inintéressante. Par contre, il faut rajouter un gros plus pour le bébé de la famille qui demeure relativement bon, notamment lors des phases d’attaque.

Evidemment, tout ceux qui connaissent Paranormal Activity savent qu’il ne faut pas s’attendre à du gore et à du sale. Le film mise tout son potentiel horrifique sur des effets du quotidien mais dans un contexte incongru, comme une lumière qui s’allume et qui s’éteint alors que personne n’est débout dans la maison, des portes qui claquent sans que personne ne les touchent et sans courant d’air, etc. Le deuxième volet ne fait exception à la règle même si j’ai trouvé que les effets étaient beaucoup moins forts que dans le premier. Il faut dire aussi que l’on sait à quoi s’attendre et ce n’est pas la multitude de caméras filmant les trois quarts des pièces  de la maison qui va changer quelque chose. D’ailleurs, mettre plus de caméra est une évolution bien maigre entre les deux films. La chose intéressante, c’est que les scénaristes ont voulu intégrer les personnages du premier opus et surtout montrer la continuité entre les deux métrages. Ainsi, après une scène gerbante où l’on pense être à la fin du film, un rebondissement survient et montre une vraie suite au premier film. Il y a là quelques effets sympathiques comme un petit brisage de nuque et le tout reste relativement nihiliste avec une désagréable sensation d’impuissance.

paranormal-activity-nouvel_35n3l_1at1xa

Je te l’ai déjà dit petite sœur, la sodomie n’est douloureuse que si elle est faite par surprise !

Au final, on se retrouve devant un opus bien décevant et très en dessous du premier qui arrivait à distiller une peur grandissante au fur et à mesure des découvertes et des effets de plus en plus forts. Dans le deuxième film, les effets sont bien moins puissants et on sait à quoi s’attendre. Ayant énormément de peine à se renouveler, Tod Williams essaye tant bien que mal de proposer quelque chose de divertissant et d’effrayant, mais la sauce ne prend pas. Si l’idée de l’enfant semblait facile et l’histoire de la famille très réaliste, le film s’enlise dans un rythme lent et dure beaucoup trop longtemps car seule la fin présente un intérêt pour la série. Dommage, il y avait matière à faire.

Note : 08/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.