décembre 2, 2021

Le Temps de l’Innocence

13472410_1344105042269568_328781770_n

Titre Original : The Age of Innocence

De: Martin Scorsese

Avec Daniel Day-Lewis, Michelle Pfeiffer, Winona Ryder, Geraldine Chaplin

Année: 1993

Pays: Etats-Unis

Genre : Romance

Résumé :

A travers le portrait d’un homme partagé entre deux femmes et deux mondes, une étude minutieuse de la haute société new-yorkaise des années 1870, avec ses intrigues, ses secrets, ses scandales, ses rites désuets et subtilement répressifs.

Avis :

Les années 90 ont très très bien commencé pour Martin Scorsese qui s’est illustré avec deux très grands films, « Les affranchis » et le très nerveux « Les nerfs à vifs« . Mais Martin Scorsese est un touche à tout et il est très loin de choisir la facilité, comme il l’a déjà prouvé par le passé. Il s’est donc lancé dans ce « Temps de l’innocence« , une romance adaptée du roman éponyme d’Edith Wharton.

Film époque qui s’aventure sur la frustration des mœurs de l’époque, « Le temps de l’innocence » est un film plaisant qui dégage assurément un charme incroyable. Mais pourtant, malgré toutes les qualités que le film a, et dieu sait qu’il en a un sacré nombre, « Le temps de l’innocence » est un film qui séduit qu’à moitié. Un film qui manque d’émotion et qui n’arrive pas à réellement toucher. C’est donc un film qui reste assurément un bon film, mais qui, sera dans l’incroyable filmographie de son réalisateur, un petit cru.

13407444_1344105195602886_1069192706_n

New-York, 1870, dans la haute société, Newland Archer est un jeune homme de bonne famille qui vient de demander en mariage la splendide May Welland. Un soir, Archer fait la connaissance de la comtesse Ellen Olenska, la cousine de sa fiancée. La comtesse est une femme qui ne ressemble à aucune autre de par ses choix. Très critiquée par-derrière dans la haute société, Archer se sent terriblement attiré par cette femme.

Comme dit plus haut, ce cru 1993 de Martin Scorsese est un bon film qui déborde de talent, de maitrise et d’excellentes idées. Avec « Le temps de l’innocence« , Martin Scorsese se lance dans une chronique acerbe qui décrit avec une certaine virulence les mœurs de l’époque dans laquelle son intrigue se déroule. Portrait hypocrite et vicieux d’une haute société qui juge sur le comportement de chacun et l’apparence qu’il faut avoir pour bien se faire voir, Martin Scorsese sonde et analyse cette société pour en dresser un portrait peu flatteur.

Soutenu par un scénario qui est une petite perle d’écriture, même si dans son intrigue l’histoire est un simple triangle amoureux, « Le temps de l’innocence » nous entraîne dans les tiraillements d’un homme. Amour impossible, désir foudroyant retenu, frustrations touchantes d’injustice ou encore dissimulations pour bien se faire voir, Martin Scorsese sait très bien décrire ce que peut ressentir son personnage. Un personnage qui est tenu par l’excellent Daniel Day-Lewis. Un Daniel Day-Lewis tout en retenue que Scorsese filme magnifiquement.

« Le temps de l’innocence » est le premier film de Scorsese qui s’aventure dans ce genre d’époque et le moins que l’on puisse dire, c’est que là aussi le réalisateur réussit ce qu’il entreprend. Esthétiquement très beau, on remarquera la beauté des décors et le souci du détail dans les costumes. L’esthétisme est d’autant plus poussé par la mise en scène maîtrisée de Scorsese qui nous réserve de très belles scènes, mais aussi des plans superbes, même si certains ont pris un petit coup de vieux, laissant deviner leur fond vert.

On remarquera aussi que le film est accompagné par une belle bande son qui est composée par Elmer Bernstein, qui avait déjà composé la fabuleuse bande sonore des « Nerfs à vifs » le précédent film de Scorsese. La musique est moins percutante que sur Les nerfs a vifs, mais elle sera plus envoutante, habillant d’un ton dramatique les sentiments et les frustrations des personnages.

Puis, pour conclure cet éloge, on ne peut passer outre les comédiens qu’a réunis Martin Scorsese. Au premier plan, on retrouve les superbes Daniel Day-Lewis, Winona Ryder et Michelle Pfeiffer. Puis au deuxième plan, c’est avec plaisir qu’on trouve des acteurs tels que Géraldine Chaplin, Jonathan Pryce, Michael Gough, Richard E. Grant, ou Miriam Margolyes. Tous sans exception trouvent de bons rôles et se trouvent être excellents.

13467473_1344105128936226_1730746833_o

« Le temps de l’innocence » a donc d’excellents arguments pour convaincre et l’on peut nier que, premièrement, c’est un très bon film et deuxièmement que Martin Scorsese a très bien réussi son pari. C’est donc un film qui plaira et qui mérite amplement qu’on s’y arrête.

Note : 14,5/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=K0bENHsyGPg[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.