septembre 28, 2022

Wishing Well – Chasing Rainbows

159680

Avis :

S’il y a bien une terre de rock et de métal, c’est la Finlande. Territoire scandinave qui résonne aux riffs lourds et aux chants lyriques de groupes comme Nightwish, la Finlande est l’un des pays où la guitare est reine et le chant guttural une seconde langue. Néanmoins, si certains groupes voyagent facilement à travers les frontières, pour d’autres, c’est plus difficile et l’industrie du disque n’a pas de limites terrestres. Ainsi, sortir un premier album, se faire connaître, ce n’est pas facile, même dans un pays où le rock prévaut sur n’importe quel autre style. Wishing Well en fait un peu les frais, malgré le hard rock old school qu’ils font et Chasing Rainbows a bien dû mal à se faire un petit nom. Absence de communication même dans les milieux spécialisés, une petite page sur les réseaux sociaux qui peine à se faire trouver faute d’adhérents, autant dire que Wishing Well se fait discret et c’est bien dommage. C’est dommage car le groupe finlandais offre un premier album assez court, seulement neuf pistes, mais d’une qualité indéniable, citant des références tout à fait honorables et doté d’une maîtrise technique impressionnante. Et c’est d’autant plus dommage car le groupe offre une musique rétrograde mais nécessaire et totalement intemporelle.

Le skeud débute avec Chasing Rainbows, le titre éponyme de l’album. Et c’est une belle entrée en matière. Sans pousser des riffs de folie, le groupe attaque avec ce qui pourrait être un mélange de ZZ Top et d’Iron Maiden, entre des riffs très classic hard rock et une certaine grandiloquence dans les refrains. Si on sent de suite les références du groupe, on ne peut qu’être étonné par la qualité de la production pour un premier album. Il y a une ligne de conduite qui est tenue jusqu’au bout et surtout, l’album, en tant qu’objet, est solide. Entre des morceaux plus pêchus et des ballades relativement classiques, le groupe fournit quelque chose de complet et de profondément professionnel. Le groupe attaque d’ailleurs très fort dans Science Fiction, le deuxième titre, qui flirte plus avec le power métal avec des riffs beaucoup plus rapides et un rythme bien plus endiablé. C’est d’ailleurs là que l’on voit de nouvelles références, comme Judas Priest, mais sans la voix aigüe de Rob Halford. C’est peut-être moins puissant aussi, mais, encore une fois, on ne peut que rester sur le cul tant la qualité artistique est au rendez-vous. Se débarrassant de toutes ambages superflues, le groupe livre un titre impeccable sur toute la ligne. On retrouvera aussi des morceaux plus Desert Rock à la manière de Sacrifice, un titre plus construit et âpre ou encore Holy Mountain qui s’engage avec des riffs scandés bien lourds. Ainsi, le groupe propose vraiment quelque chose de varié, de diversifié, s’assurant une écoute de tous les instants et proposant vraiment un skeud jamais ennuyeux.

Wishing-Well-promo2-510x383

L’album ne sera jamais pénible notamment grâce à une bonne gestion de la voix du chanteur. Parfois criarde quand il faut donner plus de puissance, le chanteur sait aussi se poser et assurer le show avec une voix plus grave, plus sensuelle. On pourra s’en rendre compte avec I’ll Never Let You Go et son petit ajout de piano, une ballade très touchante et qui montre tout le talent vocal du chanteur. Il est juste dommage qu’il n’utilise cet aspect plus calme que deux fois dans le skeud, avec notamment la chanson de clôture Fire in my Soul, qui débute presque comme du Metallica. Mais malgré tout ça, l’album n’est pas exempt de défauts et comporte une paire de pistes qui ont bien du mal à exister. D’une part à cause de leur courte durée qui fait un peu tâche dans ce genre d’album déjà court, mais aussi et surtout par un manque d’idées et d’accroches. Ainsi, Luck is Blind fait office de vilain petit canard au sein du skeud, mais on pourra aussi noter Hippie Heart Gypsy Soul, qui démarre très fort, mais qui n’arrive pas à coller une rythmique plus lente avec une voix trop nasillarde pour parfaitement fonctionner.

Au final, Chasing Rainbows, le premier album de Wishing Well, est loin d’être une déception, bien au contraire. Arpentant le chemin tortueux d’un hard rock rétro rappelant les années 80, le groupe arrive à fournir quelque chose qui a une identité propre malgré des références évidentes, mais surtout, il arrive à fournir un album carré, très professionnel et qui n’a pas à rougir techniquement de ses aînés. A la fois puissant, harmonieux et technique, Chasing Rainbows est un très bon album qui pourrait promettre un avenir radieux au groupe si le bouche à oreille et la scène fonctionnent.

  1. Chasing Rainbows
  2. Science Fiction
  3. Hippie Heart Gypsy Soul
  4. Sacrifice
  5. Luck is Blind
  6. I’ll Never Let You Go
  7. Sands of Time
  8. Holy Mountain
  9. Fire in my Soul

Note : 16/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=JjAUCJ5e4nk[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.