décembre 4, 2021

Revival – Stephen King

9782226319302g

Auteur : Stephen King

Editeur : Albin Michel

Genre : Fantastique

Résumé :

La foudre est-elle plus puissante que Dieu ?

Il a suffi de quelques jours au charismatique Révérend Charles Jacobs pour ensorceler les habitants de Harlow dans le Maine. Et plus que tout autre, le petit Jamie. Car l’homme et l’enfant ont une passion commune : l’électricité.

Trente ans plus tard, Jamie, guitariste de rock rongé par l’alcool et la drogue, est devenu une épave. Jusqu’à ce qu’il croise à nouveau le chemin de Jacobs et découvre que le mot « Revival » a plus d’un sens… Et qu’il y a bien des façons de renaitre !

Avis :

En général, la foudre (et l’électricité par extension) est un thème cher pour les météorologues, les chasseurs de tornades ou de belles images. Dans un roman, elle contribue à instaurer une ambiance pour servir une histoire ou une séquence particulière. Pour son nouveau livre, Stephen King décide d’en faire une divinité, rien que ça ! Après une incursion plutôt remarquable dans le domaine du polar, ce retour au fantastique se fait dans un contexte précis à travers le parcours et l’existence d’un homme dans la seconde moitié du siècle dernier. Avons-nous entre les mains un grand King ?

Avec un titre pareil, on pourrait s’interroger sur une éventuelle variante de ses premières œuvres ou à un renouveau de celle-ci. Étant donné la constance qualitative dont il fait preuve, on serait enclin à pencher pour la première hypothèse. Or, ce n’est pas dans le genre ou dans l’intrigue elle-même qu’il faut rechercher cette récurrence dans l’univers de l’écrivain, mais autour des thèmes qu’il évoque, dissèque et analyse depuis plus de quarante ans. À travers des sujets aussi forts que le fanatisme religieux, l’addiction au sens large du terme et la nostalgie du passé, ils brassent des destins, des personnalités, au gré de l’Amérique capricieuse et versatile du XXe et XXIe siècle.

Des années 1960 avec leurs mœurs bien-pensantes à la fin des années 2000 en quête d’espoir, l’histoire tend à offrir plus d’une seconde chance à chaque protagoniste. Changement de cadre, d’emplois et d’entourages… Ces moments clefs dans la vie de tout un chacun gravitent autour d’une renaissance à la fois commune et individuelle ; semblable à des détritus qui tournoient au cœur d’une tornade. Des épreuves, des obstacles et parfois des opportunités qui se présentent pour mieux les saisir. Malmenés et brisés, les intervenants font preuve d’une crédibilité et d’un réalisme dont seul Stephen King est capable de retranscrire avec une telle justesse.

Des personnages principaux à ceux qui occupent à peine une page, tous bénéficient d’un traitement sans faille où l’on découvre progressivement leurs doutes et leurs motivations. Par le biais de réactions et de comportements cohérents avec ce que l’on sait d’eux, on finit par les trouver aussi attachants que déroutants dans leur chemin de vie. Un peu comme si le hasard gouvernait l’instant et, plus tard, avec le recul nécessaire un plan, une volonté, se formait pour donner naissance au présent et à la finalité qui en découle. Autrement dit, le roman s’interroge sur le libre arbitre. Jusqu’où sommes-nous maîtres de nos destinées ?

En ce sens, la ferveur religieuse est à même d’immerger le lecteur au sein d’une Amérique puritaine. Les ouailles acceptent aveuglément en la parole du Seigneur qui se manifeste à travers un révérend ou un pasteur. Grandiloquence, charlatanisme et miracles se confondent dans un tourbillon de dévotion sans trop savoir où s’arrête la foi et où commencent les boniments. Sans doute l’un est-il indissociable de l’autre pour entretenir l’illusion… Toujours est-il que cet aspect non négligeable du récit permet de développer l’atmosphère générale du livre tout en dépeignant un portrait consternant et crédule sur les croyances et la religion.

Tels Houdini et ses automates, Stephen King manie les mots avec dextérité et un talent impérissable. Au même titre que la dextérité du célèbre magicien, l’intrigue emprunte des tours et détours pour exposer le visage de la société américaine par le prisme de protagonistes marquants et témoins de l’extraordinaire. Appuyé par les multiples influences de sa vie de lecteur (Mary Shelley, Arthur Machen, H.P. Lovecraft…), Stephen King nous offre un roman du plus bel effet. Il en ressort une histoire à mi-chemin entre le fantastique et le drame qui revient sur les sujets les plus prégnants dans la bibliographie du maître. Une valeur sûre.

Note : 17/20

Par Dante

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=MkFUbtcnfE4[/youtube]

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.