décembre 7, 2022

Fitzcarraldo

10580648_954599637886779_429138725_n

De : Werner Herzog

Avec Klaus Kinski, Claudia Cardinale, José Lewgoy, Miguel Angel Fuentes

Année : 1982

Pays : Pérou, Allemagne

Genre : Aventure

Résumé :

Brian Sweene Fitzgerald, plus connu sous le nom de Fitzcarraldo, rêve de construire le plus grand opéra du monde à Iquitos, au cœur de l’Amazonie. Pour gagner l’argent nécessaire à son projet, il achète une concession de caoutchouc le long du fleuve Uycali, réputé inaccessible à cause de violents rapides. Pour atteindre sa concession, Fitzcarraldo choisit de descendre le fleuve Pachitea, séparé de l’Uycali seulement par une montagne. Il devra hisser son bateau à vapeur en haut de la montagne pour basculer sur l’autre versant. Sa tentative finit par échouer et Fitzcarraldo  transforme son navire en théâtre en accueillant chanteurs et musiciens pour un spectacle unique au cœur de la forêt amazonienne. Prix de la mise en scène au Festival de Cannes en 1982.

Avis :

Réalisateur allemand, de Werner Herzog je n’avais vu jusque-là que son « Bad Lieutenant » avec Nicolas Cage. Puis un soir, alors que je faisais des recherches sur le net, je suis tombé sur une photo aussi belle que curieuse. Sur cette photo, bercée dans la brume, on y voit un homme de dos qui regarde un bateau perdu dans ce qui semble être une forêt tropicale. Qu’est-ce que ceci ? La mise en scène de cette photo est tellement enivrante que je me suis lancé par curiosité dans son histoire. Et c’est là que j’ai entendu parler de « Fitzcarraldo » et à la lecture du synopsis, le film est devenu une de mes priorités. Je voulais absolument voir ce qui me semblait être un chef d’œuvre.

Fitzcarraldo

Brian Sweeney Fitzgerald, plus connu sous le nom de Fitzcarraldo, est un passionné d’opéra et il rêve de construire son propre opéra, dans une petite ville perdue dans le Pérou. Pour ça, il a imaginé tout un plan qui lui permettra de faire fortune dans le caoutchouc. Après avoir acheté un bateau à vapeur, il se lance alors dans ce qui risque bien d’être l’odyssée de sa vie.

« Fitzcarraldo« , c’est un tournage épique en plein cœur de la forêt amazonienne, un acteur littéralement possédé par son personnage, et surtout une histoire fascinante aussi bien à l’image qu’en dehors, puisque le tournage fut une expérience terrible, le réalisateur ne supportant pas son acteur principal et vice versa, si bien que les engueulades, les provocations et pire encore, était le pain quotidien de l’équipe de tournage. La mésentente était si extrême qu’un jour, Werner Herzog tenta de brûler la maison de Kinski avec l’acteur à l’intérieur. On se demande bien comment ce film a fini par voir le jour.

Donc, « Fitzcarraldo » est un film fascinant sur l’obsession d’un homme prêt à tout, et même faire franchir à un bateau une colline pour arriver à son rêve.

L’histoire s’inspire de Carlos Fiztcarrald, baron du caoutchouc. Werner Herzog a réalisé là un film incroyable de par son ambiance, son histoire totalement originale, je ne crois pas avoir vu un autre film de la sorte, et son défi technique, puisque le réalisateur a vraiment hissé son bateau à vapeur hors de l’eau et l’a fait passer au-dessus d’une colline. Et le rendu à l’image est un petit bijou qui tutoie le chef d’œuvre.

Le scénario est captivant, le film est un peu long, il dure un peu plus de deux heures trente, et l’ambiance est si enivrante que j’y ai plongé à bras le corps et malgré plusieurs scènes assez contemplatives et le déroulement de l’histoire assez lent, j’y ai trouvé que peu de longueurs. Le film m’a presque toujours apporté ce que j’étais venu chercher. L’histoire est divisée en deux parties. Premièrement, on va assister à un beau voyage sur l’Amazone. Werner Herzog va rendre ce voyage envoutant grâce aux paysages qu’il filme parfaitement, aux décors, avec la musique, les réflexions de ses personnages, puis la certaine tension qui s’installe. Une tension faite de rumeurs et de légendes. D’ailleurs cela restera jusqu’au bout du film, ne sachant jamais si l’on doit faire confiance aux peuples indiens ou non, et qui va aider Fitzcarraldo à accomplir son rêve. La deuxième partie, plus courte, sera toute aussi prenante. Dans cette partie, il sera enfin question de passer ce bateau de l’autre côté de la colline et la mise en scène d’Herzog sera aussi dantesque que son tournage, avec des plans incroyables et impressionnants, le réalisateur n’a absolument pas volé son prix de la mise en scène au festival de Cannes cette année-là. Puis il y a les effets spéciaux, qui n’ont pas trop mal vieilli. On voit bien le côté maquette, mais je n’ai pas trouvé ça dérangeant. Je trouve qu’il place le film dans son époque et lui donne du cachet.

L’autre atout terrible de ce film, c’est bien sûr l’immense Klaus Kinski, acteur aussi fou que génial. Et même si le tournage fut une tannée, la mésentente ne se voit pas du tout à l’écran. L’acteur est impérial dans la peau de Fitzcarraldo. Il est passionnant, même quand il ne dit rien, son charisme et son regard émerveillé, plein d’espoirs, fait presque tout le personnage. Le choix de Klaus est comme une évidence et l’on ne peut voir personne d’autre dans ce rôle, tant le personnage lui appartient et ça dès la première scène du film. Il fait aussi très bien la paire avec celui qui incarne le capitaine du bateau, Paul Hittscher. On trouvera aussi en début de film la sublime Claudia Cardinale dans la peau d’une gérante de bordel au grand cœur. Puis aussi Jean-Claude Dreyfuss dans un rôle hilarant mais trop court.

fitzcarraldo1

Werner Herzog ne m’a vraiment pas déçu avec ce film, (dont en fait, j’avais déjà vaguement entendu parler à cause de son tournage houleux). Au contraire, il m’a même donné envie de découvrir toute sa filmographie. « Fitzcarraldo » est un film démesuré, onirique, intense, original et prenant. Un film à découvrir donc !

Note : 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=F53yUsgVuL0[/youtube]

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.