octobre 26, 2020

L’Inspiration des Best-Sellers – Anthony Lamacchia

Auteur : Anthony Lamacchia

Editeur : Publishroom

Genre : Thriller

Résumé :

Alors que Fabien Dûmur vient d’emménager avec sa femme dans leur nouvel appartement, celle-ci se fait assassiner. Aucun témoin, aucun suspect. Dévasté, il prend la plume pour faire son deuil. La réalité se mêle ainsi à la fiction, et Fabien se lance dans une enquête haletante qui le conduira au bord du gouffre. Quel est le rapport entre les horribles visions qui le torturent et le meurtre de son épouse ? Et si le manuscrit qu’il rédigeait était une pièce du puzzle ?

Avis :

L’inspiration des best-sellers, comme l’exprime clairement sa couverture, n’est pas un livre de philosophie ou d’enquête sociale, mais bien un roman policier, auréolé d’une aura de thriller psychologique, et de folie. Anthony Lamacchia, dont la critique de son roman pour enfants est également présente sur le site, nous offre ici une toute autre aventure, moins épique, moins fantastique, davantage terre à terre, curieuse, déroutante, mais toujours pleine de mystères.

Bien que le titre de l’ouvrage soit plutôt éloquent, il ne laisse pas entrevoir tout ce que cela implique. Comme son contenu, il est à double tranchant. Et pour davantage nous appâter, l’auteur n’a pas hésité à rendre son univers plus réaliste, en inventant une nouvelle maison d’éditions, La plume rouge, et en lui créant même son site internet. Machiavélique jusqu’au bout et infiniment créatif !

La fin de L’inspiration des best-sellers prouve, une fois de plus, l’inimitable talent de l’auteur pour nous étonner, nous perturber et nous chambouler, à tel point que l’on en vient à se questionner, à réfléchir autrement sur le monde qui nous entoure, et à considérer le roman différemment, avec un point de vue tout neuf, une dimension inédite. L’inspiration des best-sellers nous retourne le cerveau, et cela constitue certainement le plus grand plaisir de la lecture, même si le lecteur ne comprend et n’est impacté que lors des dernières pages. L’inspiration des best-sellers fait partie de ces romans qui ne prennent toute leur envergure qu’après l’avoir refermé, et y avoir médité quelques instants dessus.

Dans L’inspiration des best-sellers, on ne sait plus très bien où se termine la réalité, ni où commence l’imagination du personnage principal. Souvent perdu, comme le héros de ce livre, le lecteur est bousculé de part en part. Entre fiction et réel, entre ses activités d’écrivain et celles d’un homme lambda, le lecteur suit le héros du roman qui ne sait plus très bien qui il est, ni où il va. La vie n’a pas été tendre avec Fabien.

Fabien perd sa femme, au début du roman, et se plonge dans l’écriture pour oublier, laisser fuir sa douleur et ses questionnements. Les premiers chapitres, empreints d’un réalisme adroit, nous transportent dans son quotidien de solitude, de souffrance, qui lui rappelle sans cesse sa femme bien aimée, assassinée sans pitié. Fabien cherche à comprendre pourquoi sa femme est morte, et essaie de survivre malgré ses idées noires et ses journées ternes, sans saveur. Suivi par une psychologue, il tente de s’en sortir et de trouver une issue à cette vie sans joie, sans lumière à l’horizon. La personnalité du personnage, cohérente et vraie, nous procure de la peine. On s’attache à Fabien, et on l’accompagne dans sa quête d’un nouveau soi, d’un autre Fabien moins marqué par son passé et ses peines.

Fabien lit pour trouver de l’inspiration, et la trouve également dans ce passé brutal. Ecrire lui permet de soigner ses douleurs. L’auteur Anthony Lamacchia propose ainsi quelques réflexions intéressantes : A-t-on plus d’inspiration lorsque l’on n’est pas heureux ? Ecrit-on mieux quand on est triste et malheureux ? Les best-sellers proviennent-ils d’auteurs à la vie effroyable ? Ecrit-on seulement pour se libérer d’un poids ? Les lecteurs apprécient-ils davantage les œuvres d’auteurs meurtris ? Se sentent-ils plus proches de héros blessés ?

Alors que notre héros mortifié se plonge dans l’écriture, le lecteur admire ses capacités d’imagination et de créativité. Les quelques passages mettant en avant ces pérégrinations littéraires sont aussi horrifiques qu’effrayantes, surprenantes qu’étranges. Ses peines et ses souffrances s’entremêlent pour créer une histoire étonnante, une histoire qui le guérira peut-être, une histoire que l’on croit parfois réelle tant elle se mélange avec la réalité. Fabien se questionne, et ses doutes se transforment en images, en scènes d’aventures ésotériques de haut vol.

L’inspiration des best-sellers est un roman ensorcelant, qui parlera peut-être davantage aux artistes, dont les réflexions lancées par l’auteur feront écho avec leurs propres idées sur le sujet, aux artistes en devenir, aux personnes également blessées par la vie, ou aux individus passionnés par les crimes et les histoires sombres, à la fin épatante.

Même si le récit s’intéresse davantage à la rémission de Fabien, l’ouvrage est un hommage au sujet vaste de l’inspiration, un mot tantôt inquiétant quand il s’associe à la page blanche, ou rassurant quand les mots pleuvent avec facilité. En plus d’une enquête captivante, L’inspiration des best-sellers constitue une œuvre à la portée psychologique prenante, dans laquelle le lecteur se perd avec plaisir.

Note : 18/20

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.