décembre 2, 2021

Skins UK Saison 1

skins-serie-skins-tv

Sur une Idée de : Jamie Brittain et Bryan Elsley

Avec Nicholas Hoult, Joseph Dempsie, Hannah Murray, Mike Bailey

Pays: Angleterre

Genre: Drame

Nombre d’Episodes: 10

Résumé :

Un groupe de jeunes adolescents britanniques vivent à Bristol et font leurs premières expériences du monde adulte, en se déchirant autour de sujets comme la religion, la sexualité, la drogue, les déséquilibres alimentaires…

Avis :

Beaucoup de séries se sont lancées avec comme programme l’adolescence et ses problèmes. On peut citer des noms comme « Newport Beach« , « Gossip Girl« , « La Vie secrète d’une ado ordinaire  » et même en France on a « Soda« . C’est donc un sujet qui n’est pas tout neuf. Nos amis britanniques ont décidé en 2007 de sortir à leur tour leur vision de l’adolescence.

La série s’appelle « Skins » et suit le parcours de neuf adolescents dans leur vie de tous les jours. De suite la série remporte une jolie succès qui lui permettra d’aller jusqu’à sept saisons, avec la particularité de changer le casting toutes les deux saisons créant de nouvelles générations de lycéens. Avec cette façon assez unique de parler de l’adolescence, « Skins » deviendra même la série la plus exportée de Grande Bretagne.

Mais bon, revenons sur cette saison un. Une saison que j’aime bien.

14508117skins1-jpg

Dans cette première saison on va découvrir la vie, les amours, les souffrances et les envies, les espoirs, les désillusions de Tony un adolescent prétentieux. De Chris, le plus fou et décalé de la bande, à Cassie une jeune fille dépressive qui n’a pas l’air de vivre dans le même monde que les autres. De Maxxies, ado gay qui le vit très bien et de son meilleur ami Anwar, musulman qui fait sa prière cinq fois par jour, mais qui ne dit pas non à une bonne bière et qui rêve de s’envoyer en l’air pour la première fois. Il y a aussi Sid, torturé et mystérieux, il parle peu et est amoureux de Michelle, la copine de Tony, mais il ne s’en cache pas. Puis il y a Jal, la discrète du groupe.

Cette bande de copains, très unie, va vivre une année riche en rebondissements, en découvertes. Chacun d’eux va grandir à sa manière, vivre de nouvelles expériences, bonnes ou mauvaises.

Neuf épisodes, pour neuf personnages, « Skins » nous invite à découvrir les mondes de l’adolescence vu par neuf personnages qu’on va suivre tout au long de la série et qui aura chacun un épisode qui lui sera plus réservé.

Comme on peut s’y attendre dans ce genre de série, « Skins » aborde une multitude de thèmes qui sont tous bien développés et abordés de manière assez simple et pudique. La série ne se complique pas la tête et va à l’essentiel. Au programme de ces neufs épisodes de quarante-cinq minutes chacun, « Skins » va nous parler de l’amour, le premier amour, l’homosexualité, les problèmes de famille, monoparentales, parents laxistes, troubles mentaux, s’inspecter soi-même, le plaisir, la drogue, le danger, l’interdit, le narcissisme, la manipulation et bien d’autres encore. « Skins » est une série très large qui aborde tout de plein front, même si ça reste toujours assez pudique. Ce que j’aime surtout dans cette série c’est que ce n’est pas une série aseptisée qui a envie de plaire au plus grand nombre. C’est une série qui a du caractère, qui dégage une ambiance, qui raconte quelque chose, qui a développé son propre univers, c’est vraiment bien fait et en plus c’est prenant.

Il y a de l’humour, bien sûr, il y a un certain suspens aussi, du drame, c’est bien prenant. Je trouve que l’écriture est loin d’être facile, elle est même bien plus subtile qu’elle n’en a l’air.

Le rythme est bon et la réalisation de chaque épisode est bien, la série passe vite et pour cette première saison, chaque épisode est nécessaire et on ne peut en enlever aucun. L’histoire suit son cours, on entre dans la vie de ces personnages et c’est sympa que chaque épisode développe le portrait d’un personnage, j’aime beaucoup, car du coup on en sait plus sur eux.

Il y a aussi une super bande son, une ambiance très rock anglais, ce qui est très loin de me déplaire.

Ce que j’aime aussi dans cette série, c’est qu’à l’époque « Skins » nous permettait de découvrir plein de jeunes acteurs anglais qui était inconnus à l’époque. Je trouve que ça donnait une certaine légitimité à cette nouvelle série. Il y a une sorte de spontanéité qui se dégage de cette bande de potes. Comme dans toute série, on a nos personnages préférés. Moi j’adore celui de Chris, qui est terriblement bien joué par Joseph Dempsie (qui a fait son petit bout de chemin depuis). Je le trouve drôle, assez touchant dans son genre, complètement décalé avec un grain de folie qui est génial. Mike Bailey qui joue Sid est très sympa, Dev Patel est carrément tordant et Nicholas Hoult est parfaitement insupportable, dans le bon sens du terme, j’adore détester ce personnage. On trouve aussi quelques guest stars anglaises dans cette saison comme Danny Dyer, qui joue le beau-père de la sympathique Michelle (April Pearson), ou Peter Capaldi (Le futur Doctor Who) dans le rôle du père de Sid, il m’a bien fait rire lui et on trouve aussi Iddo Goldberg (« L’auberge espagnole » et « Journal intime d’une call girl« ) dans un épisode.

skins13_sid_nuts_squeeze

« Skins » est donc une bonne série qui commençait très bien. Pour l’instant je n’ai vu que les trois premières saisons.

C’est une série, sexe drogue et rock’n’roll So British que j’aime bien, devant laquelle je passe un bon moment devant cette bande de jeunes ados un peu naïfs et inconscients. C’est une série qui passe trop vite et dont le final nous scotche tant il est surprenant et inattendu. J’ai très hâte de revoir cette saison deux.

Note : 15/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=MXqvk0RBL0M[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.